Promenons-nous dans les bois…quand Servaz n’y est pas : La Chasse de Bernard Minier

Cette couverture sur fond turquoise! L’ombre d’un homme debout avec des bois de cerf en guise de couvre chef et les brumes qui recouvrent les troncs d’arbres d’une forêt dense ! Tout est dit de l’ambiance de ce livre. Et puis quel plaisir de retrouver le commandant Martin Servaz, ses collègues Vincent Espérandieu (qui est plutôt au dixième plan dans cet ouvrage) et la punkette Samira Cheung, mise en avant dans cette enquête. On ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec « La dernière chasse » de JC Grangé. Mais c’est meilleur, plus abouti et l’enquête très bien menée. Difficile de lâcher ce roman avant d’en avoir fini totalement. Bref, un bon moment polar qui s’inscrit dans une réflexion sur notre époque à l’actualité bouleversée.

« Il y a des ténèbres qu’aucun soleil ne peut dissiper.

Sous le halo de la pleine lune, un cerf surgit de la forêt. L’animal a des yeux humains. Ce n’est pas une bête sauvage qui a été chassé dans les forêts de l’Ariège…

Dans ce thriller implacable au final renversant, Bernard Minier s’empare des dérives de notre époque. Manipulations, violences, règlements de comptes, un roman d’une actualité brûlante sur les sentiers du mystère et de la peur.

Une enquête où Martin Servaz joue son honneur autant que sa peau. »

Bernard Minier l’explique en préambule de ce roman, dans un avertissement, cette histoire s’inspire de faits réels. Des faits de violence urbain qui se sont déroulés à Toulouse mais aussi ailleurs en France. Pour les besoins de son intrigue, le romancier a parfois modifié les lieux, les dates, mais la plupart des faits cités en périphérie de ce roman se sont malheureusement produits. De plus, la narration se déroule dans notre époque, en 2021. Une époque de pandémie du Covid qui fait suite à plusieurs mois de manifestations des gilets jaunes. On sait immédiatement que l’ambiance est tendue dans les commissariats et que les cités ne font pas de cadeau.

Puis, bien sûr, il y a ces conflits entre justice et police. Les enquêtes qui mènent à l’arrestation de malfrats qui, s’ils sont mineurs, sont relâchés dans les 24h et, s’ils sont majeurs, arrivent généralement à s’en sortir avec au plus un bracelet électronique. Faute de place dans les prisons, faute de sévérité de l’institution. Parfois, même, certains sont relâchés pour vice de procédure.

Très vite le thriller commence. Un jeune homme, avec un masque qui lui cache une partie de la vue et qu’il ne peut enlever, nu, seul au milieu de la nuit en pleine forêt, court pour échapper à ses poursuivants. Il est terrorisé, il ne comprend pas ce qui lui arrive, la seule chose qu’il sait, c’est qu’il doit fuir. Il court parce que sa vie en dépend. La lumière des phares d’une voiture lui apporte un réconfort de courte durée car, dans cette nuit noire, le chauffeur fatigué ne voit pas le jeune homme. Et c’est l’accident.

Servaz (le héros récurent des policiers écrits par Bernard Minier) est appelé sur les lieux. Un jeune homme avec une tête de cerf, nu, en pleine nuit…. Ça sent l’affaire compliquée. Très vite, l’enquête révèle que ce jeune homme a été récemment libéré pour vice de procédure après avoir été accusé d’un crime affreux. Et d’autres jeunes au même profil ont disparu.

Sans en dévoiler plus de cette intrigue que l’on devine rapidement (elle utilise en effet quelques ressorts identiques à « La dernière Chasse » de JC Grangé), on peut souligner la capacité de l’auteur à s’inscrire dans notre époque. Cette histoire provoque plus de peur par ce qu’elle révèle réellement de notre civilisation que par l’imagination de l’auteur. Et c’est glaçant ! Nous quittons la fiction pour flirter avec le réel. Car en avril dernier, alors que le roman était déjà sorti, un collectif de militaires s’exprimait dans la presse afin de prévenir d’une imminente guerre civile en France.

Que l’on adhère ou pas à ces théories, elles réveillent de douloureux souvenirs de l’Histoire des siècles passés et, par cette enquête juste et perspicace, Bernard Minier nous donne à voir ce qu’il pourrait advenir demain.

Un bon thriller policier, à l’intrigue un peu réchauffée mais qui s’inscrit remarquablement dans cette époque troublée que nous vivons tous actuellement. Gageons que Minier ne soit pas le prédicateur des temps modernes ! Sinon, on n’est pas dans la m…

Chroniqués du même auteur sur Branchés Culture :

Un cercle des poètes disparus dans le sud-ouest, un serial-killer qui met de l’alcool sur nos blessures : Bernard minier laisse au lecteur prendre le temps de son intrigue.

Deux soeurs au coeur d’une intrigue bien construite mais sans grand suspense.

Un thriller qui glace le sang au coeur des Pyrénées en compagnie de Bernard Minier : Glacé.

Climat anxiogène et meurtres mis en scène dans La Vallée de Bernard Minier.

Auteur : Bernard Minier

Titre : La Chasse

Editions : XO éditions

Sorti le 1er avril 2021

Nbre de pages : 472 pages

Prix : 21,90 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.