Deux sœurs au coeur d’un intrigue bien construite… mais sans grand suspense de Bernard Minier

Soeurs de Bernard Minier a tout pour me plaire. C’est un thriller, il s’étale sur deux époques distinctes, il fait intervenir le commandant Servaz – personnage récurrent chez Minier -, il développe à la fois l’intrigue de l’histoire mais aussi les caractères et les aspects privés des personnages. C’est un écrivain francophone et donc la richesse de l’écriture est supérieure aux traductions….Mais voilà, ça ne prend pas ! C’est le deuxième Minier que je lis et ça me fait le même effet à deux reprises : c’est long, pas de page-turner, j’ai l’impression qu’il noircit les pages pour faire du remplissage… Il n’y a pas cet effet de suspense, encore moins cet effet addictif qui vous empêche de poser un livre…. Dommage mais je pense que ce sera le dernier !

« Mai 1993:Deux sœurs sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes et attachées à des troncs d’arbres. C’est la première enquête du jeune Martin Servaz qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, auteur de romans policiers à l’oeuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas la Communiante? L’affaire connaît un dénouement inattendu, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête estime-t-il une pièce manque, une pièce essentielle.

Février 2018 : L’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée…elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes…et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable? »

L’histoire est bien construite et comme expliqué en introduction, ce livre a beaucoup de qualités… Mais pour moi, il n’a pas l’essentiel ! Je me suis ennuyée. Je n’arrive pas à entrer dans l’histoire, je n’arrive pas à me projeter, à craindre, à respirer pour et avec les personnages. Le défaut principal est sans doute que Servaz n’a pas assez de caractère à mon goût. Je n’arrive pas à le visualiser, à le sentir vivre, à lui donner corps.

Si l’on prend Sharko de Thilliez, Ludivine Vancker de Chattam, Kay Scarpetta de Cornwell, ils (elles) ont tou(te)s des personnalités bien installées, des caractères bien trempés, des attitudes, un peu caricaturales parfois, mais qui nous aident à les visualiser… C’est important pour vivre à leurs côtés, les voir évoluer, s’attacher et avoir envie de les garder encore un peu avec soi, de lire leur prochaine aventure….

Mais il n’en est rien, pour Minier…. D’autres vous diront le contraire, et heureusement. Ma parole n’est pas la seule qui existe…. Mais je n’ai pas accroché, je me suis ennuyée et pourtant je l’ai lu jusqu’au bout…

Pas grave, on passe au suivant… Dont la chronique sera, espérons-le, bien meilleure !

Auteur : Bernard Minier

Titre : Sœurs

Editions : Pocket

Sorti en mars 2019 (2018 chez XO)

523 pages

Prix : 8,30 €

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.