Un Thilliez qui laisse un sentiment d’inaccompli

Le Manuscrit inachevé de Franck Thilliez est un excellent roman policier avec un page-turner efficace, une envie d’avancer dans l’histoire, des indices semés chapitre après chapitre, des personnages entiers confrontés à des situations qui sortent de l’ordinaire. Mais – parce qu’il y a un mais-, j’en sors insatisfaite. Comme une fin avortée, précipitée…qui aurait mérité plus, qui aurait mérité mieux… autre chose en somme.

A lire du même auteur : Angor de Franck Thilliez : un thriller moyen mais des personnages qu’on adore, Époustouflant, étourdissant, haletant que cet Anneau de Moebius de Franck Thilliez, Franck Thilliez, quand les choix deviennent mortels.

« Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin après une course poursuite avec la douane. Dans le coffre, le corps d’une femme. À la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme n’est pas le propriétaire du véhicule. 

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. Sa vie ? Un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’Inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l’enlèvement de sa fille Sarah. L’agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées.

Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d’autres se pose : vers qui, vers quoi se tourner, quand l’unique vérité est que tout vous devient étranger ? »

Image associée

C’est pour une large part dans un décor de carte postale, de vacances hors saison que Franck Thilliez pose son histoire. La baie d’Authie située en côte d’Opale, une maison dans les dunes, des plages à parte de vue, le fort d’Ambleteuse, la mer, le vent, la pluie. C’est sans doute pour tout cela que j’ai beaucoup aimé me plonger dans cette histoire.

Une histoire à tiroirs comme je les aime. Quand on pense avoir compris, on s’aperçoit qu’on ne survole que la surface des choses, la compréhension nécessitera encore un peu (beaucoup) d’effort. Et cela, j’adore… J’aime quand l’auteur me surprend, j’aime quand les personnages qui enquêtent ont des failles, des fêlures qui les rendent humains.

Et c’est le cas ici, le duo de flics V&V est imparable, délicieux et efficace. L’un est hyper-mnésique, l’autre son exact complémentaire. Bref, ils se répondent à merveille et c’est un plaisir de les accompagner des pages durant.

Image associée

Mais…certaines réactions sont dignes d’un mauvais film d’horreur des années 90. La mère de famille qui cherche sa fille après quatre ans de disparition pénètre seule dans la maison de celui qu’elle suspecte, le soir, sans faire appel à la police ou quelqu’un de son entourage… Cette même mère de famille, confrontée à un autre kidnapping suivi de torture décide de prendre quelques heures de réflexion avant d’envisager de le dénoncer à la police… Ce qu’elle ne fera finalement pas !

Et puis cette fin où le méchant Professeur Moriarty (hommage agréable tout au long du roman aux personnages de Conan Doyle) déballe, des paragraphes durant, le pourquoi du comment. J’aurais préféré quelque chose de plus subtil qui permette au lecteur d’arriver à la conclusion lui-même. Peut-être avec un peu d’aide mais pas ce grand aveux final. Je n’ai jamais aimé cette manière de conclure une intrigue pourtant bien ficelée. Ce fut, il y a quelques années, la manière de faire de la plupart des écrivains de policiers. Heureusement, ils nous ont offert depuis autre chose, différemment. Thilliez sait le faire, aussi bien que d’autres. Dommage qu’il ait choisi une cette voie, cette fois.

Retenons qu’hormis ces incohérences ponctuelles et ce dernier chapitre à ré-écrire (d’aucun m’écriront que c’est judicieux suite à la trame de l’histoire, chacun son opinion, je pense Thilliez aurait pu écrire un final plus singulier), c’est un bon policier avec un excellent page-turner dans un décor très agréable de côtes sauvages  balayées par une climat d’hiver peu commode. Et rien que pour le vent, la pluie, le brouillard, les embruns salés et le sable sous les pieds, ça en vaut la peine !

Auteur : Franck Thilliez

Titre : Le manuscrit inachevé

Editions : Pocket (Fleuve Noir)

Sorti le 2 mai 2019 (en 2018 chez Fleuve Noir)

624 pages

Prix : 8,60 €

4 commentaires

  1. Le dernier chapitre est plus que singulier, puisque pour répondre à la question il faut déchiffrer l’énigme…as-tu déchiffrer l’énigme de la dernière phrase? Ainsi que celle de la première phrase du livre?

    1. Il est vrai que j’aurais pu aborder le sujet de cette énigme… Mais j’avais envie de laisser le lecteur suivre sa route, sans trop en dévoiler. Malgré cela, il me manque un sérieux quelque chose…

      1. Ha ok, non, c’était pour savoir si tu avais résolu l’énigme car beaucoup sont passés à côté de l’histoire et de la fin car ils ne l’on pas déchiffré, ce qui gâche tout! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.