Époustouflant, étourdissant, haletant que cet Anneau de Moebius de Franck Thilliez

S’il y a un thriller à lire avant de mourir, ce serait bien celui-ci. Une histoire hors du commun, un tueur pratiquement impossible à découvrir, des meurtres horribles, des mises en scène exceptionnelles, une exploration en profondeur des noirceurs de la nature humaine. C’est déjà rare de rencontrer tout ceci dans un même ouvrage mais d’autres ont réussi avant : Chattam avec son Léviatemps et Grangé avec Miserere. Alors pourquoi celui-ci?

Parce que Thilliez nous en donne plus, il place son intrigue dans une boucle temporelle de douze jours. Et il ne cesse de nous propulser sur cette ligne du temps, d’avant en arrière, pour mieux nous révéler l’intrigue par morceaux, par essence, comme si l’on pouvait un peu apercevoir l’avenir qui se construit.

L’anneau de Moebius est une construction mathématique, une boucle (ressemblant au symbole de l’infini) mais qui n’a qu’un seul côté. Toute structure enfermée dans cet anneau serait condamné à n’explorer, encore et toujours, qu’une même face et à repasser sans cesse au même endroit.

Comment vous convaincre de lire ce livre sans vous en révéler trop? Comment vous dire toutes les émotions ressenties sans gâcher votre découverte, votre propre chemin de lecteur à parcourir? Stéphane rêve, cauchemarde. Il assiste à des scènes très perturbantes, traumatisantes qui lui laissent comme une sensation de panique au réveil. Très vite, il décide de noter ses rêves et a besoin de vérifier certains éléments, certains détails particulièrement nets. Il prend rapidement conscience que la plaque de la Porsche rouge existe bel et bien, que la petite Mélinda dont il rêve de la mort, vit à proximité de chez lui et que Victor, rencontré dans son cauchemar, est policier. Il voit des meurtres, des tortures et veut tout faire pour empêcher qu’ils arrivent.

En luttant contre son destin funeste, Stéphane ne participe-t-il pas à la réalisation de ce dernier? Son ami physicien lui parle de réalités parallèles, d’un anneau de Moebius qui courberait le temps et dans lequel Stéphane serait emprisonné… Franck Thilliez, au-delà de cette histoire étonnante, unique et originale, nous questionne sur notre propre destin et sur notre capacité, ou non, à modifier le cours de notre histoire… Tout n’est-il pas écrit d’avance? Avons-nous une réelle liberté d’action, de choix? 

On ne peut poser l’Anneau de Moebius une fois commencé. Il vous prend, vous entraîne avec lui dans la course folle de Stéphane et ne vous lâche qu’une fois les 600 pages terminées. Vous en sortez rincé, lessivé mais un peu transformé par les questionnements qui vous habitent.

Je note mes livres sur 5, dans un petit carnet, juste pour moi. Ils conservent cette trace du plaisir de la lecture. Dix ans après sa sortie, voilà mon premier 5/5 de 2018 !! Et il mériterait sans doute plus!

Titre : L’anneau de Moebius

Auteur : Franc Thilliez

Éditeur : Le passage (2008) ou Pocket (2009)

Nbre de pages : 597 pages chez Pocket

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.