Fini la Lune, maintenant on marche sur la bulle #3 : is there life on Mars ? Y’a-t-il de la démocratie dans l’espace

Dans quelques jours, l’homme marchera sur la lune. Enfin, ça fait cinquante ans qu’il l’a fait mais ce souvenir inébranlable, cet exploit, a été transmis de génération en génération, faisant toujours autant rêver quand on lève les yeux au ciel. Alors que dans nos contrées francophones, Thomas Pesquet a ravivé l’intérêt de la conquête des étoiles et de la voie lactée, le Neuvième Art (comme le Septième) a réaffrété des vaisseaux dessinés à mettre sur orbite. Des successeurs de Tintin ou de Valérian, et tous les autres, dans tous les horizons et tous les genres. On ne sait pas si les extra-terrestres lisent des petits miquets mais les terriens, oui. Alors, en vacances, plus ou moins près de chez vous, on vous a sélectionné quelques lectures pour aller beaucoup plus loin. Préparez les combinaisons spatiales.

À lire aussi | #1 : Hot space, Aloha Aoba avec du Pulp qui dépote

À lire aussi | #2 : en orbite et pourtant six pieds sous TER

© Runberg/Grun

À lire aussi| Kennel Block Blues et On Mars, même combat : chiens, chats ou humains, tous bagnards numérotés dans l’enfer des barreaux !

Si nous vous emmenons en vacances, une fois de plus, nos héros ne le sont pas eux. Encore plus quand Mars sert de gigantesque bagne aux terriens irrécupérables. C’est le sort qui a été réservé à Jasmine, qui n’est pas princesse Disney, du tout, dans une faune majoritairement masculine et musclée. Mars, loin des yeux, loin du coeur… et pourtant tellement connectée à la Terre, à ce qu’il s’y passe. De peu glorieux, surtout. Et si tout n’était qu’un recommencement.

© Runberg/Grun

Résumé de l’éditeur: En 2132, la colonisation de Mars est devenue une réalité. Avec l’épuisement des ressources terrestres, c’est surtout une nécessité. L’avenir du genre humain repose sur une poignée de scientifiques… Sur Mars, des prisonniers condamnés aux travaux pénibles de la « terraformation » de la planète rouge sont sous la menace de gardiens et de drônes impitoyables tandis que les colons vivent une existence paisible. Ils représentent l’avenir de la planète et pourront bénéficier, grâce aux gigantesques travaux d’aménagement, d’une atmosphère et de conditions de vie comparables à celles de la Terre. Jasmine Stanford, une ex-flic condamnée aux travaux forcés, est contrainte de rejoindre Rojas, le puissant chef de la « Nouvelle Église Syncrétique » alors que des attentats fomentés par un groupe de fugitifs appelés « Les Solitaires » se battent pour un autre futur…

© Runberg/Grun

En apnée. C’est ainsi que commence ce deuxième opus, la tête sous l’eau. Menacée ? Non, baptisée. Dans les cieux comme sur Mars, Jasmine est désormais paroissienne de l’église syncrétique nouvelle qui n’est qu’amour et met la foule en délire. Pour poursuivre sa route, Jasmine va avoir droit à un tuteur d’âme qui n’est autre qu’un de ses agresseurs… du premier tome. « C’est quoi cette connerie? » C’est clair, cette renaissance annoncée commence sur les mauvaises bases. Mais, « le meilleur reste à venir », l’assure-t-on. Pendant que, sur Terre, la foule, nourrie, nombreuse, manifeste conte la colonisation de la honte face à des élites politiques font leurs manigances et tentent de séduire les manifestants à coups de belles paroles.

© Runberg/Grun

Sur Mars, la révolte gronde et les combats s’intensifient entre les forces de sécurité, les « fanatiques » et les « solitaires » qui ont déjà foutu le souk dans le premier tome. Mais qui de tous ceux-là seront les plus terroristes ? Sport d’infiltration, ce deuxième tome d’On Mars reste psychologique. L’intrigue de Sylvain Runberg se tisse sur base des comportements des personnages, des foules, qui pensent pouvoir reprendre le contrôle alors que ce ne sont que des illusions qu’on leur donne. Et les événements effrayants qui se profilent semblent bien incontrôlables. C’est fou comme la religion peut se faire aduler par ceux qui n’ont plus aucun espoir. Il en va de la perméabilité de Mars par rapport aux extrémismes et aux dérives sectaires, que ce soit dans le pouvoir ou le contre-pouvoir.

© Runberg/Grun

Avec une héroïne à qui on ne la fait pas, critique et pas née de la dernière pluie dans ce désert de poussière, dans cette prison à ciel ou à voie lactée ouverte, voilà que les premières victimes collatérales tombent. Tandis que les têtes dures font tout pour mettre en action un sinistre plan.

© Runberg/Grun

Entre sable et reflets bleutés, Grun réussit à s’extraire de ce qui aurait pu être terne pour réaliser une vraie aventure graphique. Là où tous les personnages portent le même costume de bagnard, le dessinateur les caractérise assez fort que pour donner autre chose à voir, des singularités. Puis tous se mêlent dans les violences et les affrontements, tandis que des éclairs zèbrent le ciel au loin. Voilà un deuxième tome encore plus convaincant. Qui prépare au pire.

© Runberg/Grun

Et le pire arrivera tôt ou tard, le tome 3 est bel et bien en préparation comme en témoignent des posts de Grun sur sa Page Facebook.

Titre : On Mars

Tome : 2 – Les solitaires

Scénario : Sylvain Runberg

Dessin et couleurs : Grun

Genre : Anticipation, Science-fiction

Éditeur : Daniel Maghen

Nbre de pages : 80 (dont cahier graphique)

Prix : 16€

Date de sortie : le 14/03/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.