Fini la Lune, maintenant on marche sur la bulle #2 : en orbite et pourtant six pieds sous TER

Dans quelques jours, l’homme marchera sur la lune. Enfin, ça fait cinquante ans qu’il l’a fait mais ce souvenir inébranlable, cet exploit, a été transmis de génération en génération, faisant toujours autant rêver quand on lève les yeux au ciel. Alors que dans nos contrées francophones, Thomas Pesquet a ravivé l’intérêt de la conquête des étoiles et de la voie lactée, le Neuvième Art (comme le Septième) a réaffreté des vaisseaux dessinés à mettre sur orbite. Des successeurs de Tintin ou de Valérian, et tous les autres, dans tous les horizons et tous les genres. On ne sait pas si les extra-terrestres lisent des petits miquets mais les terriens, oui. Alors, en vacances, plus ou moins près de chez vous, on vous a sélectionné quelques lectures pour aller beaucoup plus loin. Préparez les combinaisons spatiales.

À lire aussi | #1 : Hot space, Aloha Aoba avec du Pulp qui dépote

Planche sans les dialogues © Rodolphe/Dubois chez Maghen

Après les grands espaces désertiques de Hot Space, on change de cadre et on s’engouffre dans un appareil spatial à l’abri de la lumière de l’univers. L’odyssée de Ter continue de manière toujours aussi fascinante et inextricable. Car des surprises restent toujours à venir en compagnie de Rodolphe et Christophe Dubois.

À lire aussi | Rodolphe et Dubois ont touché TER : « Ce premier tome c’est la confusion entre le merveilleux et le vertige »

À lire aussi | Rodolphe et Dubois: symphonie autour de SOS de TERriens en détresse

Planche sans les dialogues © Rodolphe/Dubois chez Maghen

Résumé de l’éditeur: Mandor a accompli sa mission : la jonction a été effectuée avec ceux de l’intérieur… ou ce qu’il en reste. Une guerre déchire les habitants du vaisseau depuis qu’une bande de fanatiques a refusé que quiconque reprenne les commandes du Jupiter, préférant le laisser dériver au gré de « la trajectoire de Dieu ». L’objectif de Mandor et de ses compagnons est à présent de rejoindre le centre de commandes du croiseur, qu’ils tiennent encore, mais pour combien de temps ? À la recherche de son identité, Mandor s’aperçoit que ses doutes étaient fondés : il n’est pas un prophète, peut-être même n’est-il pas un homme !

Recherches © Rodolphe/Dubois

Bluffé par les deux premiers tomes et les surprises négociées par les auteurs de manière assez naturelle (dans un décor, lui, ambigu), sans forcer, nous voilà de retour en compagnie de Mandor et de la foule qui l’a suivi : notre homme a dû assumer son rôle de guide porter par la force tranquille mais efficace de Dubois.

Recherches © Rodolphe/Dubois

Ce troisième et dernier tome de ce premier cycle promet une autre surprise sous son titre équivoque: l’imposteur. Qui cela pourrait-il être? Notre héros! Qui décidément n’a pas fini de se chercher et de faire l’in-unanimité.

Planche sans les dialogues © Rodolphe/Dubois chez Maghen

Les couleurs et la lumière ont définitivement changé dans la carcasse de cet échalas de tôle qui sert de vaisseau, contre toutes attentes, à nos rescapés, désorientés dans ces lieux si sombres qu’une lumière bleutée vient à peine éclairer. Mais ce vaisseau, c’est une baleine, un Transperceneige de l’univers. Une sorte de huis-clos, aussi, qui tient nos désormais amis à la merci d’adversaires bien équipés. Un huis-clos qui se permet de gagner les grands espaces, la verdure, les champs, à sa façon, confinée.

Planche sans les dialogues © Rodolphe/Dubois chez Maghen

Dans cet album, les auteurs ne laissent pas de place pour la récolte pour autant, ou alors du plomb dans l’aile de ce petit régiment de survivants claudiquant. La première victime en est Mandor qui se fait arrêter, jeter en tôle et… libérer de sa condition humaine. Ou enfermer ? Car il va mettre à jour un secret lié à sa chair et auquel il n’était pas préparé. Un nouveau rebondissement dans cette série définitivement étonnante. Car tout ce qui nous est donné à voir, même l’inimaginé, arrive avec naturel, sans secousse (les précédents tomes ont donné dans ce registre). Et ça, c’est fort.

Planche sans les dialogues © Rodolphe/Dubois chez Maghen

Avec intelligence et un calme olympien (même s’ils ont définitivement quitté le jardin d’Eden dans lequel évoluaient les premiers paquets de planches), Rodolphe et Dubois raccrochent une nouvelle fois les wagons en maniant les ambiances et les tensions, resserrant l’étau sur un microcosme que battent à chaud les extrémismes et les instincts de survie.  Avant de trouver un nouveau monde, ou peut-être est-ce l’ancien. Notre amour pour cette série, magnifiquement lancée par cette première trilogie, va jusqu’aux étoiles… et au-delà.

Planche sans les dialogues © Rodolphe/Dubois chez Maghen

Série : TER

Tome : 3 – Le guide

Scénario : Rodolphe

Dessin et couleurs : Christophe Dubois

Genre : Science-fiction

Éditeur : Daniel Maghen

Nbre de pages : 72 ( dont 16 pages de cahier graphique)

Prix : 15€

Date de sortie : le 21/02/2019