L’histoire vraie et picturale de Charlotte Salomon nous est chantée par un David Foenkinos d’une délicatesse poétique

C’est d’un ouvrage remarquable dont je vous rédige la chronique aujourd’hui. Charlotte de David Foenkinos est le récit de la vie de la peintre juive-allemande Charlotte Salomon. Durant les années 30 et 40, dans une Allemagne rongée par un anti-sémitisme de plus en plus agressif et impudique, Charlotte grandit, se construit malgré les injustices et les humiliations. Elle découvre les peintres qui l’inspireront : Chagall, Matisse, Van Gogh… Elle grandit malgré les secrets qui alourdissent le climat familial. C’est la métamorphose d’une jeune fille discrète en une artiste de génie. Malgré la guerre, malgré le régime nazi, elle parviendra à exister. Pour un temps seulement. Mais Charlotte, c’est surtout le talent de l’écriture sublime d’un homme : David Foenkinos. 

À lire aussi | Cyril Bonin perpétue de manière fabuleuse notre besoin de… délicatesse

À lire aussi | Les Souvenirs, un film de mots et de maux…

À lire aussi | Jalouse, un film emporté par la tornade Viard

À lire aussi | Lola et ses frères, Rouve, Foenkinos et Sheller

L’image contient peut-être : 1 personne

« Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France.

Exilée, elle entreprend la composition d’une oeuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : « C’est toute ma vie ». Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche. »

Image associée

Au-delà de ce récit de vie bouleversant, passionnant, intéressant, exceptionnel… Ce livre inscrit son histoire dans l’époque qui lui est associée : celle de la montée du nazisme dans une Allemagne de l’entre deux guerres. On y re-découvre avec horreur la montée des restrictions des droits des juifs qui s’accélère à partir de 1933…

Ou comment une jeune fille n’a plus le droit de choisir les cours qu’elle veut suivre, prend un risque majeur en sortant de chez elle et perd ses amies les unes après les autres de peur que la condition du juif soit contagieuse… C’est une vraie piqûre de rappel (indispensable) de ce que l’homme peut engendrer s’il n’y prend pas garde.

Image associée

Mais Charlotte, c’est surtout l’oeuvre d’un écrivain de grand talent : David Foenkinos. La découverte de son écriture est une révélation. Toute en nuance, toute en mesure, de la délicatesse mêlée de poésie. Il va à l’essentiel, mais avec le mot juste. Il ne fait pas dans la sensiblerie, il décrit les émotions, les fait ressentir… juste au travers de quelques mots.

J’aime, j’adore, je suis au comble du plaisir de lectrice avec ce style, la rationalisation des termes pour en ressortir l’essence même du propos. C’est l’excellence pure… Et je ne suis pas la seule à le penser puisque David Foenkinos a reçu de nombreux prix littéraires dont le Renaudot et le Goncourt des Lycéens pour Charlotte.

Tiens, quel est le mot utilisé quand on perd sa sœur?

Il n’en existe pas, on ne dit rien.

Le dictionnaire est parfois pudique. Comme lui-même effrayé par la douleur.

Encore un mot sur le style choisi pour la rédaction de cet ouvrage. L’auteur s’explique dans le texte mais il a choisi d’écrire des phrases courtes, se terminant par un point et revenant à la ligne suivante ensuite… Comme les strophes d’un poème ou d’une chanson. Et la musique, si présente tout au long de l’histoire, nous semble chanter les écrits de cet auteur de talent.

Je ne peux que vous recommander vivement de courir pour vous offrir Charlotte de David Foenkinos… J’ai eu la chance qu’une lectrice aussi assidue que je ne le suis me permette de le découvrir…Mais ne passez pas à côté, accordez-vous ce cadeau… Et si je puis encore vous glisser un conseil, il existe une version publiée chez Gallimard contenant une cinquantaine d’oeuvre en plus du récit. Cela peut être un moment pour soi, hors du temps.

La plus belle découverte d’un écrivain de qualité depuis Grégoire Delacourt… C’est dire !

Auteur : David Foenkinos

Titre : Charlotte

Editions : Folio

Sorti le 2 mai 2016

Nbre de pages : 254 pages

Prix : 7,40 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.