Cyril Bonin perpétue de manière fabuleuse notre besoin de… délicatesse

On la connaissait en roman, d’abord. Puis en film (l’écrivain étant lui-même passé de la plume à la caméra avec Audrey Tautou et François Damiens). Voilà que La délicatesse de David Foenkinos fait son chemin et son voyage au pays des bulles et des dessins, à la façon inimitable de Cyril Bonin. Sans redite par rapport au roman ou au film mais en offrant une prolongation, un autre regard et en perpétuant notre besoin de délicatesse.

© Cyril Bonin chez Futuropolis
© Cyril Bonin chez Futuropolis

Résumé de l’éditeur: Nathalie et François sont jeunes et amoureux. Leur vie est une promesse. Tout est joyeusement possible. Mais François meurt accidentellement, un dimanche… Le chagrin de la jolie veuve est profond, comme un mal incurable. La mort inattendue de son mari a figé leur amour. Nathalie s’écarte du monde, accablée, aveugle aux hommes, la voilà devenue cariatide d’un amour en gloire. « Il passait par là, elle l’avait embrassé sans réfléchir. Maintenant elle se demande si elle a bien fait. C’est l’histoire d’une femme qui va être surprise par un homme. Réellement surprise.»

Recherches autour du personnage de Nathalie © Cyril Bonin
Recherches autour du personnage de Nathalie © Cyril Bonin

Judicieusement confiée aux bons soins de Cyril Bonin (à qui l’on doit, récemment, The time before, et moins récemment, Fog dont la première intégrale est ressortie, il y a quelques semaines), l’histoire naissante entre Nathalie et Markus prend toute sa force et sa simplicité. Mais avant l’amour, il y a le deuil, et ménageant les cartouches, Cyril Bonin continue son travail accompli sur The Time Before et s’impose en maître du temps. Dès les premières planches, le rythme s’impose et on se retrouve projeté dans ses bribes de vies, heureuses avant le drame.

© Cyril Bonin chez Futuropolis
© Cyril Bonin chez Futuropolis

Bonin réussit le prodige, avec la temporalité qu’il dicte à son récit, à faire mieux que le cinéma dont c’est pourtant la spécialité. Et rien que ça, c’est grandiose. D’habitude, en BD, ça arrache toujours un peu, on doit se forcer à y croire, ici tout coule de source. Cette délicatesse en bande dessinée part donc sacrément sur de bonnes bases.

© Cyril Bonin
© Cyril Bonin

… et de bonnes cases. Car le reste en découle, d’une beauté folle, d’une humanité sans faille. La maladresse de Markus est encore plus criante, les meurtrissures de Nathalie plus fortes, sans se soucier du regard des autres. Il y a des restaurants, le toit de l’immeuble et la promiscuité d’une auto. Bonin met tout cela en grâce. Le roman de David Foenkinos ne pouvait pas mieux trouver. Et nous? Hé bien, on s’y retrouve. Infiniment.

© Cyril Bonin chez Futuropolis
© Cyril Bonin chez Futuropolis

la-delicatesse-cyril-bonin-david-foenkinos-futuropolis-couvertureTitre: La délicatesse

Récit complet

D’après le roman de David Foenkinos aux Éditions Gallimard

Scénario, dessin et couleurs: Cyril Bonin

Genre: Comédie dramatique, Romance

Éditeur: Futuropolis

Nbre de pages: 96

Prix: 17€

Date de sortie: le 04/11/2016

Extraits et bonus (dont les prémisses crayonnés d’une scène au resto, trouvés sur la page Facebook de Cyril Bonin):

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s