March, quand un comic book indépendant devient le symbole de la lutte anti-Trump

L’Amérique est schizophrène. Elle vient d’élire Trump Président. Et pendant ce temps, une petite BD en 3 volumes, March, écrit par John Lewis et Andrew Aydin et dessiné par Nate Powell, rafle toutes les accolades pour nous conter avec brio la vie de John Lewis, militant pour les Droits Civils et figure centrale de la grande marche sur Washington de 1963.

Un article de Christophe Coel

march-john-lewis-andrew-aydin-nate-powell-meeting
(c) Lewis/Aydin/Powell chez Top Shelf

La BD est un ghetto culturel. Un milieu relativement insulaire qui ne flirte avec le grand public que via ses adaptations sur écrans. Mais parfois une œuvre se détache du lot, comme Maus en son temps qui avait reçu un… Pulitzer! Maus avait gagné la reconnaissance du monde des Comics via le Eisner Award, la plus haute récompense du milieu de la BD outre-Atlantique. Et aussi reçu le respect du monde littéraire U.S. via l’American Book Award et d’autres prix. C’était au début des années 90.

march-john-lewis-andrew-aydin-nate-powell-tribune
(c) Lewis/Aydin/Powell chez Top Shelf

Aujourd’hui, au lendemain de l’élection de Donald Trump, l’Histoire se répète. March, publié par l’éditeur indépendant Top Shelf ( qui collabore, entre autre, fréquemment avec Alan Moore), avait, cet été déjà, remporté un Eisner (meilleur album inspiré de faits réels pour le tome 2), comme Maus. Et voici que le tome 3 de March remporte également le National Book Award de la littérature pour la jeunesse. Auparavant, jamais un roman graphique n’avait remporté un National Book Award! Vous l’aurez compris, il va falloir tenir à l’œil les prochaines nominations Pulitzer…

(c) Lewis/Aydin/Powell chez Top Shelf
(c) Lewis/Aydin/Powell chez Top Shelf

Il faut dire que March a tous les atouts pour devenir le symbole de la lutte anti-Trump. Le « Graphic Novel » en 3 volumes est l’auto-biographie de John Lewis, icônes du mouvement des Droits Civils qui militait dans l’Amérique des 60’s pour l’égalité raciale. Aujourd’hui, Lewis est membre du Congrès et toujours actif politiquement.

john-lewis-appel-a-vote

Et c’est via un intérêt commun pour la bande dessinée entre Lewis lui-même et un de ses collaborateurs, Andrew Aydin, que l’idée de raconter une époque charnière de l’Histoire par l’un de ses acteurs-clefs est née. Lewis cite d’ailleurs volontiers comme influence un comic-book de 1958 racontant une autre grande figure du mouvement: Martin Luther King. Le dessinateur Nate Powell, déjà multi-récompensé aux USA, entre alors dans l’équation. La suite de l’Histoire… est en marche.

(c) Lewis/Aydin/Powell chez Top Shelf
(c) Lewis/Aydin/Powell chez Top Shelf

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s