Paperback #8 : Atomic Robo, l’Indiana Jones de métal, le Deadpool du pauvre

Depuis un an, presque jour pour jour, les Éditions Casterman peuvent compter sur une collection de comics, brandie sous le label Paperback. Soit, littéralement, livre broché. Une collection ramenée principalement des États-Unis et qui fait la part belle aux expérience de science-fiction ou de fantasy, avec ce qu’il faut de robots, de créatures pouvant sortir directement du Seigneur des Anneaux, mais aussi des dinosaures et quelques autres réjouissances. Des séries ou des one-shots indépendants et jouant l’économie des intervenants (à l’opposé de ce qui se fait dans le monde des super-héros) avec, le plus souvent, un scénariste, un dessinateur et un coloriste quand le dessinateur ne fait pas ses couleurs lui-même. Et, de temps en temps, un lettreur. La diversité des comics s’implante en France grâce à pas mal de volontés (Kinaye, Snorgleux, Reflexions, Radiant) et Casterman entre dans la danse. Ouvrage par ouvrage, nous allons décortiquer cette nouvelle collection. Ultime arrêt, pour le moment: Atomic Robo.

À lire aussi | #1 : The Realm, à la fin du monde, il y a un héros à mi-chemin entre Negan et Indiana Jones

À lire aussi | #2: Orc Stain, des taches, du trash, des barges

À lire aussi | #3 : Apocalyptigirl, l’autre Aria, badass et girly, à la poursuite du petit chat blanc entre les ruines

À lire aussi | #4 : Mech Academy, c’est pas La Mecque, qu’on soit robot ou humain

À lire aussi | #5 : Au temps des reptiles et comme un dinosaure dans une jungle de porcelaine

À lire aussi | #6 : Magnus, la fin d’un monde d’esclaves trop sages et une enquête psychologique sur le soulèvement des robots

À lire aussi | #7 : Interceptor, « Je ne suis plus tellement une légende » entre vampires et robots en guise d’armes fatales

Résumé de l’éditeur: Il traverse les époques, les galaxies et les murs. Pour la science. Il a été créé par le génial inventeur Nikola Tesla. Depuis plus de 80 ans, à la tête de l’entreprise Tesladyne, il affronte absolument toutes les menaces, qu’elles soient extraterrestres, extradimensionnelles, humaines et inhumaines, avec un humour ravageur et une mauvaise foi inoxydable. Son nom ? Atomic Robo. Sa passion ? La science. Son talent ? La bagarre.

Arf, encore une fois, je me suis fait avoir ! Je pense vous avoir déjà raconté que je n’ai pas pour habitude de lire la quatrième de couverture d’un album (soit le résumé ci-dessus). De BD, en tout cas, trop souvent elles ne m’apportent rien, résumant les premières planches de l’aventure qui me fait de l’oeil. Mais, parfois, il s’agit d’une clé de compréhension pour s’immiscer dans l’histoire avec les bases bien en place.

Bref, cela n’est toutefois pas essentiel non plus pour appréhender ce super-robot incassable créé par le vénérable Tesla… que, non, nous ne verrons pas dans ces six premiers épisodes. Il faut dire qu’avec ses blagues à deux balles et son physique très… physique même métallique, Atomic Robo prend de la place et en laisse très peu à ses compères de la ligue de la science. Bon, vous me direz, sur plus de 80 ans parcourus par cet indéboulonnable héros, il faut bien qu’il trouve du sang neuf, ce Deadpool de ferraille et moins sarcastique que l’original.

Reste qu’au premier abord, ce nouveau héros vintage pérennise l’esprit d’Indiana Jones (pas de serpent en vue mais des nazis, des momies et, surtout, des fourmis très géantes) dans la machine créée par Scott Wegener et Brian Clevinger. Deux auteurs qui connaissent leurs gammes robotiques et emmènent leur insubmersible (une qualité comme un défaut) héros à la découverte du monde, de ses vils méchants et, notamment, de ceux animés du vril, force cosmique qui fait les surhommes. Et, même au coeur des heures les plus fracassantes, Robo ne peut s’empêcher de replonger dans ses souvenirs, à propos ou moins. Surtout quand ils deviennent réguliers, trop, et brisent le rythme de lecture.

Bref, dans ces aventures qui terminent toujours en bastons, il y a de tout et de rien. De l’humour salvateur, une efficacité de trait et des épisodes courts et dynamiques. Mais aussi des fins d’épisodes mal négociées, des couperets qui tombent aux mauvais endroits et un héros finalement agaçant tant rien ne peut vraiment lui arriver. Égocentrique aussi, tant il y a peu de place et de lumière, on l’a dit, pour les personnalités entourant notre héros. À manger et à boire, donc, même si ça peut durer longtemps : Robo n’a pas de bouche ! Et l’eau à la nôtre s’est vite évaporée… en attendant la sortie d’un tome 2 prévu pour juin. Alors que ce héros à la santé de fer a connu de nombreuses aventures anglo-saxonnes.

Série : Atomic Robo

Tome : 1

Scénario :G.S. Wegener

Dessin et couleurs: Brian Clevinger

Traducteur : Basile Béguerie

Genre: Guerre, Science-fiction

Éditeur: Casterman

Collection : Paperback

Éditeur VO :Tesladyne

Nbre de pages: 152

Prix: 16€

Date de sortie: le 23/01/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.