83 ans plus tard, le premier numéro mort-né du Journal de Loustic, l’autre Spirou, sort des limbes

On savait qu’Alain de Kuyssche et André Taymans préparaient un album des aventures de Loustic, c’est un tour de force qu’ont réussi les Éditions du Tiroir et le 9e numéro, d’avril, de la revue l’Aventure : remettre la main sur les 12 pages constituant le prototype du premier numéro du Loustic. Lous… quoi ? Loustic, le prénom qui figurait sur la shortlist pour affubler un héros qui devait être bientôt créé pour lancer un nouvel illustré, BD, pour la jeunesse. Loustic figurait ainsi aux côtés de Spirou et quelques autres.

À la tête de ce nouveau magazine nommé Le Jour de Loustic? L’imprimeur-éditeur Jean Dupuis et le rédacteur-en-chef désigné Jean Doisy. Or, si Spirou a été préféré aux autres (étonnamment car, comme le rappelle Benoi, « Spirou ne s’imposait pas d’emblée. Loustic, qui rimait avec Moustique, semblait avoir les faveurs »), Loustic a, semble-t-il, connu un destin fulgurant, quelques pages donnant l’idée de ce que pouvait être sur la longueur le journal de celui qui n’était même pas groom (« le personnage devait être plus libre »). Jamais édité, le fac-similé (daté du 21 avril 1938, sur papier jauni) en est donc présenté dans le tout nouveau numéro de l’Aventure, comme une sorte d’univers parallèle dans lequel Spirou et les héros phares qui allaient faire l’Histoire du journal de Marcinelle n’auraient pas existé.

La véritable histoire du journal de Loustic © De Kuyssche/Taymans

Si l’un nous est familier, aussi lointain soit-il, Zozo du dessinateur Franchi (engagé pour dessiner Loustic, comme Rob-Vel le fut pour son alter-ego), tous les autres héros, tous azimuts, dans nos villes ou les vastes plaines lointaines, ont été étouffés dans l’oeuf. Pourquoi eux et pas les autres, comme Jerry Spring ou La patrouille des Castors. Question de pari sur l’avenir, que Spirou et les auteurs qui avaient opté pour ce titre ont remporté.

La patrouille des ADL dans Le Journal de Loustic
Johnny Rivers dans Le Journal de Loustic

Les autres ont donc sombré dans l’oubli même si les ADL leur ont gardé une place chère dans leur coeur: Lelong et Lecourt (deux amis très 30’s qui vont trouver un ticket gagnant), Aodren (un roman illustré à suivre), Johnny Rivers (l’aventurier aux portes d’un temple du diable), La patrouille des A.D.L. (qui trouve refuge dans un château maudit), le jeune Geronimo (dans la nuit western).

Lelong et Lecourt dans Le Journal de Loustic
Le clan des ours dans Le Journal de Loustic
WIP Le Journal de Loustic
Le Jeune Géronimo dans Le Journal de Loustic

Chaque fois, une planche unique maniant l’art du cliffhanger et du suspense pour inviter le lecteur à s’abonner ou à acheter le prochain numéro pour voir si les héros vont périr ou triompher. Notons qu’entre une page de jeu et une rubrique d’actualité (la mort de la Reine Astrid) et un courrier des lecteurs, parmi ces personnages de BD éphémères, on trouve un certain Rémi Verger, détective amateur et Adelin le troubadour. Les mêmes qui, des décennies plus tard, auraient inspiré André Taymans dans son arlésienne égyptienne (entre des premiers récits courts dans les années 80 et aujourd’hui, il n’est jamais parvenu à en sortir un album complet) et Nicolas Van De Walle pour sa série Adelin et Irina (dont le deuxième album vient tout juste d’être publié), deux auteurs comme par hasard de l’Aventure. Un hasard ou un coup monté, due à la proximité du poisson d’avril ?

Rémi Verger dans Le Journal de Loustic
Rémi Verger © André Taymans
Adelin dans Le Journal de Loustic

On vous laisse vous faire votre avis, voir de quel auteur ancestral ces planches pourraient se rapprocher et quel auteur contemporain pourrait les avoir signées. Toujours est-il que voilà une belle entrée en matière pour mettre sur orbite le projet qu’ont en commun Alain De Kuyssche (lui-même ancien rédac’ chef de Spirou) et André Taymans imaginant un monde sans Spirou mais avec Loustic. Nous le saurons bien vite, André semble avoir bien avancé sur ce sujet.

La véritable histoire du journal de Loustic © De Kuyssche/Taymans

En attendant, ce neuvième numéro est toujours aussi bien fourni entre héros d’aujourd’hui, ceux d’hier et les intemporels. Le petit nouveau Zac Deloupy (qui a récemment achevé avec succès la campagne de financement participatif pour Le monde d’après et vient de publier Impact aux côtés de Gilles Rochier chez Casterman) signe une histoire courte de deux pages en miroir explorant la nuit insomniaque d’un couple.

À ces côtés, on trouve une histoire courte aventureuse d’Antonio Cossu et Philippe Berthet (on vous le disait, Fin de bail, recueil de ces histoires en duo, vient aussi de trouver les rayons des libraires) ainsi que de Kid Cassonade par Baloo et Blatte. Niveau histoires à suivre, ça continue aussi avec Percevan (de Léturgie et Luguy), Tucker (la nouvelle série de Wasterlain), Adelin et Irina (de Nico), Ger Monastry de Jacq sans oublier Double Dames d’André Taymans (qui réunit Caroline Baldwin et Roxane Leduc) et les espions MacGuffin et Alan Smithee des Québécois Michel Viau et Ghyslain Duguay.

Percevan t.17 © Léturgie/Luguy/Rypert aux Éditions du Tiroir
© Cossu/Berthet aux Éditions du Tiroir

Bonus ? François Walthéry nous gratifie de l’intermède érotique qu’il avait conçu non-edulcoré pour L’île d’outre-monde, La dur’lutte (qui avait été publié dans L’Écho des Savanes). On trouve aussi un carnet de voyage de Benoi et un bel et touchant hommage au dessinateur Malik (Archie Cash, Cupidon) qui nous a quittés de manière précipitée dans l’incendie de sa maison.

© Walthéry

Revue : L’Aventure

Numéro : 9

Revue BD trimestrielle

Auteurs : Nico, Zac Deloupy, Alain De Kuyssche, André Taymans, Berthet, Antonio Cossu, Marc Wasterlain, François Walthéry,  Benoi, Jacq, Jean Léturgie, Philippe Luguy, Baloo, Blatte, Michel Viau, Ghyslain Duguay

Nbre de pages : 100

Prix : 12€

Date de sortie : Mars 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.