Fini la Lune, maintenant on marche sur la bulle #5 : Ariane et Nino, pionnier de l’espace comme il y a cinquante ans

Dans quelques jours, l’homme marchera sur la lune. Enfin, ça fait cinquante ans qu’il l’a fait mais ce souvenir inébranlable, cet exploit, a été transmis de génération en génération, faisant toujours autant rêver quand on lève les yeux au ciel. Alors que dans nos contrées francophones, Thomas Pesquet a ravivé l’intérêt de la conquête des étoiles et de la voie lactée, le Neuvième Art (comme le Septième) a réaffrété des vaisseaux dessinés à mettre sur orbite. Des successeurs de Tintin ou de Valérian, et tous les autres, dans tous les horizons et tous les genres. On ne sait pas si les extra-terrestres lisent des petits miquets mais les terriens, oui. Alors, en vacances, plus ou moins près de chez vous, on vous a sélectionné quelques lectures pour aller beaucoup plus loin. Préparez les combinaisons spatiales.

© Erre/Savoia chez Dupuis

À lire aussi | #1 : Hot space, Aloha Aoba avec du Pulp qui dépote

À lire aussi | #2 : en orbite et pourtant six pieds sous TER

 À lire aussi | #3 : is there life on Mars ? Y’a-t-il de la démocratie dans l’espace

 À lire aussi | #4 : Infinity 8, after aight pour le spéc’ opéra de Comix Buro

Eux forcément, ils ne pouvaient pas rater le coche ! Tels des Marty McFly de la BD documentaire, Ariane et Nino continuent d’explorer l’Histoire, sur terre et dans les cieux. C’est ainsi que portés toujours autant par l’esprit de synthèse et de compréhension de Fabrice Erre et Sylvain Savoia, les deux héros pas plus haut que trois pommes décollent pour la Lune et revisiter ce qu’il s’est passé le 21 juillet, il y a cinquante ans, et les jours qui précédèrent ce jour qui allait changer la face du Monde.

À lire aussi | Les écoliers sont rentrés et en guise de récré, Fabrice Erre et Sylvain Savoia jouent à la marelle d’un bout à l’autre de l’Histoire, sur le fil d’Ariane et Nino

© Erre/Savoia chez Dupuis

Résumé de l’éditeur : Quelques années après le début de la conquête de l’espace, l’Homme marche sur un autre sol que celui de la planète bleue. Neil Armstrong et Buzz Aldrin réalisent les premiers pas sur la Lune le 21 juillet 1969. Derrière eux, c’est toute l’équipe de la Nasa et d’Apollo 11 qui ont rendu ce miracle possible. 450 millions d’auditeurs suivent en direct l’événement (soit à l’époque presque 13 % de la population mondiale !) et Neil Armstrong prononce la phrase désormais célèbre : « C’est un petit pour un homme, mais un bond de géant pour l’Humanité. » Cet événement est le point culminant de la course spatiale entre les États-Unis et l’URSS. Cette première sortie lunaire durera un peu plus de deux heures. Ils seront les deux premiers des douze hommes à avoir marché sur ce satellite terrestre.

© Erre/Savoia chez Dupuis

L’Histoire, on en a retenu les images emblématiques. Le son craquelé. Le pas de l’exploit. Ce que la télévision a formaté pour nos mémoires. Encore plus quand nous n’avons pas été témoin de ces événements, de cette avancée scientifique, astronomique mais aussi politique, et que les témoignages n’ont finalement été que de seconde main. Alors, qu’on soit dans la vingtaine comme moi ou de l’âge d’Ariane et Nino, ce nouveau petit album passe-partout ne peut qu’être enrichissant.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Et ça ne loupe pas ! Toujours avec ce style accessible, dans le texte comme le dessin, Erre et Savoia parte du quotidien banal, un trampoline qui ne fait plus toucher terre, pour louvoyer vers le premier pas sur la Lune. Celui d’Armstrong, mais aussi de toutes les petites mains qui ont précédé l’exploit qui avait pourtant taille et pointure humaine.

© Erre/Savoia chez Dupuis

En trente-deux planches et quelques pistes pour en savoir plus (et notamment le portrait de Katherine Johnson, mathématiciennes et figure féminine de la conquête spatiale remise sur le devant de la scène grâce au livre puis au film Les femmes de l’ombre), les deux auteurs font encore une fois de l’excellent boulot, simple et efficace, semblant exhaustif (pour le b.a-ba) sans assommer le lecteurs de concepts, de dates et de trop longues diatribes. Non, avec Ariane et Nino, qui vont pourtant de l’idée de Verne puis de Méliès à la concrétisation de ce rêve complètement fou (mais très hiérarchisé et sans rien laisser au hasard), c’est du concis et l’inclusif. Pas besoin de prérequis, tout ce que vous devez savoir est abordé.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Au niveau du dessin, là aussi, on glisse facilement dans le documentaire, grâce à un mélange performant des plans. Au premier, nos deux jeunes héros avides de savoirs et dont les traits sont simplifiés, et au second, tout l’univers qu’ils explorent, détaillé et très technique. Et avec la conquête spatiale, Sylvain Savoia a du abattre un boulot colossal avant la mise à feu. Et ce, même si les cases sont petites. De quoi crédibiliser un peu plus cette odyssée. Notons enfin la couverture qui, pour la première fois, laisse au vestiaire le fond blanc pour s’habiller du noir, sans fond, de l’univers. Bref, ça fait rêver mais ça nous élève aussi. Que vous soyez terriens ou martiens, foncez, décollage immédiat.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Série : Le fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino

Titre : Le premier pas sur la Lune

Scénario  : Fabrice Erre

Dessin et couleurs : Sylvain Savoia

Genre: Documentaire, Histoire, Vulgarisation

Éditeur: Dupuis

Nbre de pages: 48

Prix: 5,90€

Date de sortie : le 14/06/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.