Les écoliers sont rentrés et en guise de récré, Fabrice Erre et Sylvain Savoia jouent à la marelle d’un bout à l’autre de l’Histoire, sur le fil d’Ariane et Nino

C’ėtait couru d’avance, après de longues vacances, voici venu le temps des rires et des chants des cours de rėcrė et surtout du bruit des craies sur le tableau noir pour pousser le savoir dans les mėmoires juvėniles. Des mėmoires qui auraient parfois bien besoin d’être rafraîchies avant le comeback des cartables. Proactives, les Éditions Dupuis ont pensė à tout et, en compagnie de deux nouveaux hėros, Ariane et Nino, et de Fabrice Erre et Sylvain Savoia, vous voilà funambules sur le fil de l’histoire, ėvitant le vide de l’ignorance pour mieux faire votre chemin avec un solide bagage de connaissances même pas rėbarbatives.

Trois guerres (et il y en aura à raconter mais pas que) en retard, Dupuis? C’est vrai qu’à voir les concepts dégoupillés par la concurrence en matière de ce que j’appelle BD du réel, cette nouvelle collection didactique mais pas tragique (enfin si dans ce qu’elle raconte mais pas dans sa manière d’y arriver) pourrait sembler tardive. C’est sans compter que Dupuis a solidement investi ce territoire à empreinte de réalité avec feu la revue Groom où officiait déjà Fabrice Erre dans plusieurs rubriques et histoires. Erre qu’on retrouve donc dans cette collection historique dont les mini-volumes semblent paraître à tours de bras. Là encoren ils ne sont pas de la dernière pluie puisque Sylvain Savoia a dû longtemps travailler en amont (en plus d’un nouveau Marzi) pour tenir le rythme, là où tous les autres font appel à des auteurs différents. Bref, on croit sans sourciller Frédéric Niffle quand il nous dit que Le fil de l’histoire est né avant que des BDTK ou Octopus n’arrivent dans les rayons, il y a plus de dix ans. Et leur est totalement complémentaire.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Quand bien même les aventures d’Ariane et Nino ont sans conteste leur place parmi les collections existantes. D’abord parce que ses tomes sont liés par un même graphisme, un même jeu d’enfant dont la naïveté mêlée à la curiosité amènent le savoir et l’enrichissement personnel, culturel et citoyen. Ensuite parce que le public est bien ciblė, des têtes blondes qui ont 10-12 ans, tout en suscitant l’intérêt des plus grands qui, sait-on jamais liront ces histoires avant que leur progéniture ne s’endorme.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Le fil de l’Histoire m’a aussi fait penser à Quelle Aventure, série documentaire emmenée par l’inimitable Frédéric Courant en parallèle à C’est pas sorcier. De derrière les fagots, nos deux auteurs ont donc passé au grill du savoir des périodes propices à faire rêver les petits d’hommes… et à les faire réfléchir aussi. Des périodes populaires, facilement incarnées par des figures et des étoffes reconnaissables. Des gladiateurs, des Égyptiens, des Templiers ou même la cour de Louis XIV, le Roi Soleil. Et même nos ancêtres les Gaulois qui ne le sont pas tellement.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Car on reconnaît bien là l’intelligence aiguisée de l’auteur d’Une année au lycée (dont les planches continuent de buzzer, encore plus en cette période) et de celui de Marzi qui font force commune pour informer la jeunesse et bien le faire, par un jeu de questions-réponses qui alimente les pages de manière fluide et pourront se prolonger en-dehors de celles-ci, avec les parents, les professeurs, etc.

© Erre/Savoia chez Dupuis

À notre époque, il y a tellement de vérités, de théories du complot et de fausses bonnes idées reçues sur les réseaux sociaux et même dans certains livres qu’il faut regarder les lignes du temps et leur contenu à deux fois, éviter les pièges de la facilité et coller au plus près à la réalité. Les auteurs l’ont bien compris et vont droit au but, faisant de chaque case (on ne vous dit pas au kilomètre-carré) une mine d’info.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Ces deux-là ont le fil de l’Histoire à la patte. Pour preuve, on en veut les deux derniers albums qui paraissent ce 7 septembre.

© Erre/Savoia chez Dupuis

Avec L’or noir, Ariane & Nino et Fabrice & Sylvain partent à la conquête du pétrole comme on va à la chasse aux oeufs de Pâques. La métaphore fonctionne et c’est ainsi que nous voyageons entre les époques, du feu grégeois à la nationalisation de l’Aramco, de Titusville au Koweit, de Rockefeller à Saddam. De quoi brosser un peu plus de 150 histoires d’une denrée de plus en plus rare et ayant révolutionné le monde. Il y a tant de choses à raconter mais, conscients que l’exhaustivité est impossible… mais approchable, Erre et Savoia ne s’engluent pas, suscitent les questions et les réactions, rafraîchissant la mémoire de tout qui, au jour le jour, doit mettre la main sur le pistolet pour remplir leur réservoir de son carrosse moderne. Car ça n’a rien d’anodin et c’est pourquoi le duo entrevoit aussi les perspectives du sans-pétrole.

© Erre/Savoia chez Dupuis
© Erre/Savoia chez Dupuis

Remontant un peu plus le temps, c’est La grande muraille de Chine qui attend ensuite nos nouveaux amis inséparables et des kilomètres d’infos qu’on ne soupçonnait pas à l’ombre de cette gigantesque infrastructure dont la symbolique et la fonction ont changé au fur et à mesure des époques. Si Rome ne s’est pas fait en un jour (qui sait, la série l’abordera peut-être un jour), c’est encore plus vrai pour cette construction de 21000 km de long qui tient notamment par du mortier blanc constitué de riz gluant. Une forteresse pas si imprenable qui est sans doute le cimetière le plus grand au monde. Mais ça, on ne le voit pas depuis l’espace, contrairement aux rumeurs. Là encore, Erre et Savoia jouent les architectes du savoir, intelligemment et pertinemment, toujours séduisants. Bref, ça parle aux petits mais aux grands aussi, et même les cancres pourraient devenir des incollables avec ce média qui n’a pas fini de nous étonner : la BD.

Neuf volumes sont donc sortis jusqu’à présent (Albert Einstein, La pyramide de Khéops, Les Gaulois, La guerre des tranchées, Les croisades, Louis XIV, Les gladiateurs, L’or noir et La grande muraille de Chine). La suite arrive avec, notamment, Les vikings et La découverte des dinosaures, en novembre. 32 planches (d’une à quatre cases) à chaque fois et neuf pages de prolongements.

Série : Le fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino

Neuf volumes parus

Scénario  : Fabrice Erre

Dessin et couleurs : Sylvain Savoia

Genre: Documentaire, Histoire, Vulgarisation

Éditeur: Dupuis

Nbre de pages: 42

Prix: 5,90€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.