Lucky Luke, cow-boy fringant et gay friendly, a rechuté: il refume des cigarettes… en chocolat

On a souvent cherché qui pourrait être la dulcinée de Spirou, Tintin et autres héros asexués. Et si finalement, ils étaient gays ? Parce que les auteurs n’ont pas tranché, le message d’ouverture et de liberté n’en est que plus intense. Et il en va de même pour le cavalier de Jolly Jumper. Il ne faut pas croire ! Ce n’est pas parce que les westerns nous ont servi pendant des décennies le mythe des cow-boys libidineux (quitte à en être machos) après de longs mois de traversée du désert, et recherchant ou fantasmant sur les pépettes du saloon, que les amitiés viriles ou féminines des dans hautes plaines ne laissaient pas parfois la place à des amours entre personnes du même sexe. Pourvu que la pureté des élans du coeur ne soit pas lynchée par les humains à la pensée étriquée. C’est ainsi que, dans Choco-Boys, son nouvel album vu par… Ralf König, Lucky Luke s’intéresse à la question, en mode arc-en-ciel et sket’ braguette. Plus engagé qu’il n’y parait.

© Ralf König
© Ralf König

Résumé de l’éditeur : Même un héros du Far West a besoin de vacances. Garder quelques vaches helvétiques semble être l’occasion rêvée pour Lucky Luke. Ces vaches laitières délivrent le précieux lait indispensable à la fabrication des authentiques chocolats suisses. L’Ouest découvre le cacao, et le chocolat doit être bientôt dans toutes les bouches. Mais entre les chasseurs d’autographes, le chef de la tribu des Chicorées et deux cow-boys qui préfèrent se taper dessus à force d’amour impossible, il en viendrait presque à regretter les Dalton…

Alors que Matthieu Bonhomme propose une reprise plus (semi-)réaliste que l’original, qui continue d’ailleurs sous le trait d’Achdé, Lucky Comics (Dargaud) s’autorise vraiment à aller dans toutes les directions, élargissant l’horizon vers lequel aime se diriger le poor lonesome cow-boy, y compris dans un esprit graphique beaucoup plus humoristique et typé que ce que Morris s’autorisait. C’est comme s’il y avait deux sous-collections parmi les « Vus par ». C’est ainsi qu’on retrouve dans cette deuxième catégorie, Bouzard, Mawil et désormais l’iconique Ralf König.

© Ralf König chez Lucky Comics

En préambule, je dois bien admettre que je n’ai pas encore réussi à me brancher sur l’univers de König, dont le trait gros nez (… et gros paquets, visez sous la ceinture de notre héros en couverture) n’est pas encore parvenu à me soudoyer. N’était pas encore parvenu…  Pourtant, l’homme a du talent et un ton qui lui a permis de s’offrir une renommée mondiale de sex-symbol sans jamais trahir son envie de faire rimer BD avec gay.

© Ralf König chez Lucky Comics

Après Mawil, voilà donc encore un auteur allemand qui se paie la tête et l’univers de Lucky Luke. Pourtant, il n’est toujours pas question de western choucroute. Mais plutôt de chocolat, non pas belge mais suisse. D’ailleurs, Ralf König en profite d’emblée pour éclairer l’une des questions les plus insolubles de ce lait monde : pourquoi les vaches des alpages d’une marque emblématique que nous ne citerons pas ici? Parce qu’après un éprouvant voyage, traversant les prairies, les montagnes et même les mers, Heidi, Louise, Sophia, Hélène et Marguerite (ce sont leurs doux noms) sont tout simplement devenues mauves ! « Vous le seriez aussi », ponctue Alfonz Sprüngl, garant de la qualité du chocolat suisse, même dans les contrées les plus reculées de l’Ouest. Et pour y parvenir, il faut mettre le convoi sous bonne escorte, c’est ainsi que Lucky Luke apparaît comme le sauveur au milieu d’une bande de pignoufs. Dont émerge Bud, mis à l’écart par tout Straight Gulch et peiné du coeur depuis qu’il n’a plus aucune nouvelle de l’homme de sa vie, Terrence. Rien ne plaide en faveur de Bud, mais Lucky Luke le prend sous son aile, et Bud se met peut-être à rêver qu’ils se consolent dans le même duvet, au calme (tout relatif). Dans la nostalgie de ce qui a changé sa vie, un jour, à Bareback Mountain.

© Ralf König chez Lucky Comics

Bouche en coin mais néanmoins verbeux, Ralf König nous entraîne dans une aventure intime (mais pas trop) et délirante (jamais trop) comme notre cow-boy solitaire et désormais barbu en a peu connu. Oh, les Dalton, Calamity Jane et autres Sitting Butch (chamane indienne dont les chevaux ont la crinière arc-en-ciel) sont de la partie, de même que des chasseurs d’autographes (hé oui, Lucky Luke est déjà une star des illustrés… dont la lecture est déjà considérée par d’aucuns pour abrutir les masses). Certains ne seraient pas contre tirer Lucky Luke plus vite que son ombre. Mais s’il profite de la cure offerte aux vaches, le gardian garde la main sûre et dynamique.

© Ralf König chez Lucky Comics
© Ralf König chez Lucky Comics

Louvoyant de Morris vers, pourquoi pas, La tribu terrible de Gordon Bess, dans le graphisme, Ralf König maîtrise son sujet, le décomplexant totalement pour faire rire mais aussi pour parler d’ouverture et d’amours libres, peu importe le regard des autres, dans un monde de biceps et de testostérone qui forcent certains à refouler les ardeurs du coeur. Avec plein de clins d’oeil et de trouvailles iconiques bien vues, quelques scènes contemplatives aussi, l’auteur Allemand n’a pas la bougeotte et fait résider son charme dans le comique de situation et de répétition. C’est ainsi que sur les planches, les cases s’alignent parfois avec peu de variations. C’est parfois très utile pour pousser l’expressionnisme flamboyant avec quasi rien ainsi que le texte et quelques dialogues croustillants, hilarants, mais c’est parfois un peu poussif, même s’il y a toujours un détail (ces yeux globuleux !) pour tenter d’amener de la diversité. Cela dit, l’album fait tout de même 62 planches et est diaboliquement rythmé, par une énergie textuelle et caustique sans faille, et quelques scènes d’action détournées pour créer la surprise. Résolument, malgré tous ses ingrédients et ses arguments, cette nouvelle version de Lucky Luke n’est assurément pas cul-cul-la-praline.

© Ralf König chez Lucky Comics
© Ralf König chez Lucky Comics

À lire aussi | L’enfer du Nord passe à l’Ouest et tout le monde veut sucer la roue du Lucky Luke de Mawil

À lire aussi | Depuis qu’il a arrêté de fumer, ce Bonhomme de Lucky Luke n’est plus le même: dans l’épure, il voit double et ses anciens ennemis resurgir

À lire aussi | Lucky Luke face à la ségrégation raciale, des Dalton presque angéliques à côté du KKK: un album noir sur blanc coton mais en mi-teinte

À lire aussi | Rien ne va plus chez Lucky Luke : Jolly Jumper fait la gueule, Averell est boulimique et Bouzard nous fait (fou) rire

Série : Lucky Luke (Facebook)

Titre : Choco-Boys

D’après l’univers créé par Morris

Scénario, dessin et couleurs : Ralf König

Collection : Lucky Luke par…

Éditeur : Lucky Comics

Nbre de pages : 64

Prix : 16 €

Date de sortie : le 15/10/2021

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.