L’enfer du Nord passe à l’Ouest et tout le monde veut sucer la roue du Lucky Luke de Mawil

Si même Chris Froome participe au Tour de France qui s’élancera d’ici quelques jours, dans le folklore qui en découle, pourquoi ne pourrait-on pas voir un cowboy solitaire se glisser dans une échappée. Quitte à faire une infidélité à l’impétueux Jolly Jumper. De son lointain Far-West, le cowboy qui a pignon sur rue mais ne pédale peut-être pas aussi vite que son ombre ne pense pas encore au maillot jaune et se demande bien quel est l’étrange engin qu’on lui a mis dans les mains et sous les pieds. C’est le postulat, tout à fait véridique dans son onirique fiction, de Mawil, un autre Allemand (né à Berlin-Est) qui s’approprie avec brio un héros de la BD franco-belgo-universelle. Et pas le dernier.

© Mawil

Résumé de l’éditeur : Devant une fois de plus jouer le bon samaritain, Lucky Luke se retrouve à l’improviste sur une selle de vélo, pédalant comme un fou pour aider Albert Obermann à mener sa création à bon port jusqu’à San Francisco. Le fabricant veut profiter d’une course cycliste locale pour séduire les citadins avec son tout nouveau deux-roues révolutionnaire. Mais le voyage de Lucky Luke ne sera pas de tout repos : bandits sans scrupule, ploucs bornés et Indiens méfiants n’auront de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues et d’entraver la course de la modernité ! Sans oublier Jolly Jumper, qui n’apprécie guère que son cow-boy se recycle…

© Mawil chez Lucky Comics
© Mawil

C’est sûr qu’après Morris, Achdé ou Matthieu Bonhomme, le style Mawil peut en surprendre plus d’un. À l’instar de Guillaume Bouzard, le dessinateur humoristique préfère l’efficacité zygomatique et synthétique au dessin fouillé et graphiquement époustouflant. L’intérêt est ailleurs, dans le concept et l’histoire incroyables que nous raconte Mawil. Rendant le cheval obsolète, du moins dans l’esprit de Jolly Jumper et de quelques magnats de la petite ou de la grande reine, l’auteur allemand est parti d’un fait réel, l’arrivée du grand bi puis de la bicyclette à taille plus raisonnable dans les grandes villes de l’Ouest puis le reste, pour faire usage de sa créativité, fertile même dans un désert torride.

© Mawil
© Mawil

Car qui dit course folle pour le progrès (pas encore d’EPO, juste un bon vieux whisky, ni de moteur dans le cadre), dit menace pour les empires du passé, tentatives de corruption ou de sabotage. Distancer à la pédale n’appartient pas à cet univers d’outlaws, même quand ils ont le cigare à la bouche et le costard de prestige. Et voilà Lucky Luke pris dans cette guerre de celui qui aura la plus petite… roue, évidemment.

© Mawil

Appréhendant sa nouvelle monture beaucoup moins increvable que la précédente et perdant d’ailleurs son fidèle destrier en cours de route (ce qui permet à Mawil de dédoubler les points de vue et la narration, avec bonheur, chaque héros vivant sa propre vie), Lucky Luke se retrouve à devoir se méfier de tout quidam mais aussi de lui-même, poussé dans ses retranchements par les avaries, les coups de dynamites, les piliers de comptoirs, les ardents défenseurs des équidés, le soleil, les canyons, les Indiens et même un troupeau de bisons.

© Mawil

Sans faire appel aux Dalton ni à d’autres protagonistes célèbres, Mawil a réuni tout le monde dans cette histoire ubuesque, mené tambour battant (et tam-tam hurlant avec un personnage-mystère accro non pas au smartphone, une prouesse à la fois, mais au télégraphe) sans se priver de petits moments de contemplation comme les dernières heures du Far West peuvent en offrir. C’est une belle et hilarante échappée que Mawil nous offre, un contre-la-montre individuel fou et inventif, sans coup de fringale. Il y a de la giclette pour rouler et ruer dans les brancards.

© Mawil

Et pour ceux qui voudraient taquiner la pédale, Lucky Luke heureux de sa nouvelle acquisition, mais pas au point de remiser Jolly Jumper, lance un défi à réaliser cet été sur tous les terrains.

Pour le reste, on attend maintenant la version d’un autre Allemand: Ralf König.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série : Lucky Luke (Facebook)

Tome : Lucky Luke se recycle

Scénario, dessin et couleurs : Mawil

Traduction : Paul Derouet

Collection : Lucky Luke par…

Éditeur : Lucky Comics / Dargaud

Nbre de pages : 64

Prix : 15€

Date de sortie : le 04/06/2021

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.