Et si on se promenait du côté de Saint-Héribert, un des neufs forts de la position fortifiée de Namur

En 1870-1871, la guerre franco-prussienne prend fin. La Belgique va très vite se doter de places fortes dans l’éventualité d’un nouveau conflit opposant la France et l’Allemagne. La vallée de la Meuse semble la voie d’invasion la plus facile entre ces deux puissances. En 1887, il est décidé de mettre en œuvre un système de défense du territoire conçu selon les travaux de l’architecte, le général Henri-Alexis Brialmont, à la pointe de la modernité : fort construit en béton, armement sous cuirassement. Saint-Héribert se visite toujours.

Il existe une place forte autour d’Anvers, une position fortifiée à Liège comprenant 12 forts, et celle de Namur comprenant 9 forts. Le fort Saint-Héribert fait partie de ces 9 forts de la ceinture fortifiée de Namur.

Le fort de Saint-Héribert durant les deux grandes guerres

En 1914, les forts ne résisteront pas longtemps, et ce pour diverses raisons. La plupart des forts furent isolés et ne pouvaient dès lors plus communiquer avec l’extérieur. Beaucoup d’hommes seront intoxiqués par la poussière des bombardements. Enfin, les forts avaient été conçus pour résister à un obusier de 210 mm, ce qui se faisait de mieux à l’époque. Or, les techniques évoluant vite, les forts n’étaient plus adaptés et ne pouvaient faire face aux forces ennemies qui disposaient d’obusiers de 420 mm et de mortiers de 305mm.

En 1940, 400 artilleurs se trouvent dans le fort. Le 15 mai 1940, les forces allemandes assènent les premiers tirs, suivi d’une attaque aérienne. Le 21 mai, les Allemands approchent dans le bois, mais le fort résiste, aidé par les forts voisins. Le fort est assiégé par la 211 ID. Les coupoles (à cours de munition) et les observatoires seront mis hors d’état de nuire par l’artillerie ennemie. Le fort se rendra à 12h10, après avoir détruit tous les documents et les armes encore bonne à l’usage.

Envie de visiter le fort de Saint-Héribert ?

Vous pouvez vous y rendre (Route des Forts à Wépion) tous les 2es week-ends du mois, de mai à septembre de 10h00 à 17h00 : Les 10 et 11 juillet, les 7 et 8 août, les 11 et 12 septembre et le 11 novembre 2021.

Les ouvertures sont accompagnées d’expositions en plein air : historiques, artistiques et didactiques pour le plaisir des grands et des petits !

Le site naturel de 11ha permet de réaliser des balades natures tous les dimanches à 10h30.

Un petit musée a également été ouvert grâce aux dons d’objets, de photos des familles des soldats du fort ou de visiteurs passionnés de la 1re et 2e guerre mondiale.

Informations : www.fortsaintheribert.be
Inscription : 0478/40 77 78 – fortsaintheribert@hotmail.com
Céline Lucas – Facebook : Céline Lucas – Carte blanche 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.