Chasse au trésor meurtrière dans Le dard du scorpion de Preston and Child

Ce duo d’auteurs est épatant, je ne me lasse pas de les découvrir. Avec le Dard du scorpion, deuxième aventure de l’archéologue Nora Kelly, on cherche un trésor légendaire enfoui quelque part dans le Nouveau-Mexique. Le décor est rapidement planté, il suffit de quelques lignes pour que Douglas Preston et Lincoln Child vous entraînent dans leurs aventures. C’est bon, c’est passionnant et il n’y a aucun temps mort. Encore une réussite.

« Un mystère du passé peut transformer votre présent en cauchemar…

Le corps étrangement momifié d’un homme est retrouvé dans une ville fantôme du Nouveau-Mexique. A ses côtés : une croix en or datant de la conquête espagnole du XVIIème siècle. L’archéologue Nora Kelly et Corrie Swanson, jeune agente du FBI, doivent exhumer le cadavre, l’identifier et déterminer les causes de son trépas, pour espérer mettre la main sur un fabuleux trésor qu’on dit enfoui à proximité… Mais leur présence dérange et les mort s’accumulent… D’abord l’homme qui a découvert le corps. Puis un militaire…l’armée justement, qui se livrait dans le secteur à des essais nucléaires, ne serait-elle pas mêlées à l’affaire ? Et quid du supposé trésor ? Une fois de plus, l’intervention de l’inspecteur Pendergast, du FBI, le Sherlock Holmes des temps modernes, pourrait lever le voile sur ce mystère… »

Pourquoi une (LA) scène du film Des hommes d’honneur avec Demi Moore, Tom Cruise et Jack Nicholson ? C’est pour mieux vous parler de mon personnage coup de coeur dans ce roman : le général McGurk. Digne du colonel Nathan R. Jessep, il pourrait lui aussi prononcer cette célèbre phrase « Je prends mon petit déjeuner à 300 mètres de 4000 Cubains formés pour avoir ma peau, alors ne croyez pas une seconde que vous pouvez venir ici….brandir votre badge et me faire trembler »... Oh, mais que j’adore (d’un point de vue littéraire, s’entend !) ces hommes imbus de leur personne, ivres de pouvoir et de vrais méchants ! Le général McGurk en est un et c’est un vrai régal !

Le décor apporte beaucoup au roman. Il m’a également permis d’enrichir mon vocabulaire : une mésa, des constructions en adobe, un corral, les cités fantômes… Le plateau désertique, asséché, aux températures folles, participe entièrement à cette chasse au trésor. Inspirée d’une légende réelle (on ne dit pas que l’histoire est vraie, on dit que la légende qui a inspiré l’histoire circule depuis plus de 30 ans dans le région), elle a tous les codes de la quête de l’ouest. 

Une vieille mine abandonnée quand son filon d’or s’est tari, les descendants des Apaches, l’ombre du célèbre Géronimo, l’or des conquistadors, un corps retrouvé momifié dans une cave abandonnée et un shérif spécialiste du tir croisé avec de vieux colts. Pour nous, Européens biberonnés des récits d’aventures américaines, c’est un régal. C’est rempli de stéréotypes, de caricature, mais j’adore. Car quand on raconte une histoire dans cette région, autant assumer la caricature !

L’intrigue est prenante, les morts se succèdent, la collaboration entre Corrie Swanson (découverte dans les Croassements de la nuit) et Nora Kelly se fait parfois encore avec quelques heurts mais, finalement, c’est cela aussi qu’on aime dans ce duo d’héroïnes qu’on avait découvert dans Tombes Oubliées. Et, cerise sur la gâteau, une petite apparition de Pendergast (mon chouchou toute catégorie) en toute fin de roman.

Bref, un très bon roman policier et d’aventures. Même si je reste une inconditionnelle de la saga Pendergast et de son style plus thriller-horreur bien gore !

À lire et découvrir, pour s’évader, pour rêver et se divertir !

Chroniqués des mêmes auteurs sur Branchés Culture :

Trésors, légendes et cannibalisme au programme de Tombes Oubliées de Preston and Child.

Un monstre qui terrorise une petite ville du Kansas et l’imagination de Preston and Child pour Les Croassements de la nuit.

L’Offrende funèbre de Preston and Child, le macabre qui rend accro.

Excursion angoissante dans les égouts de New-York en compagnie de créatures mutantes et cannibales. 

Un peu d’horreur, une pincée de science-fiction et beaucoup de thriller pour ce premier opus – Relic – de la saga Pendergast de Preston and Child

Auteurs : Douglas Preston et Lincoln Child

Titre : Le Dard du Scorpion

Editions : L’Archipel

Sortie : le 20 mai 2021

Nbre de pages : 385 pages

Prix : 22 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.