L’Offrande funèbre de Preston & Child, le macabre qui rend accro !

Offrande funèbre de Preston and Child est une découverte pour moi. Jamais je n’avais lu un titre de ce duo d’auteurs. Alors qu’il y en a un qui m’attend dans ma PAL depuis plusieurs mois. Et je m’interroge…. Comment ai-je fait pour vivre, respirer et lire autre chose ? C’est absolument et divinement macabre. C’est parfaitement intrigant et complètement addictif. Une histoire intéressante, un tueur en série éduqué… Et surtout : un inspecteur aussi distingué qu’Arsène Lupin (l’homme parfait, le héros de mon enfance), aussi intelligent que Sherlock Holmes et aussi rusé que Harry Bosh. Bref, ce roman est un excellent thriller. À lire de toute urgence.

006504699.jpg

Recevez ce cœur pour tout le mal qu’on vous a fait. J’espère que vous accepterez ce présent en signe de sincères condoléances.

Tel est le message, signé d’un certain Cœur-brisé, retrouvé sur la pierre tombale d’une femme décédée onze ans auparavant. Le présent en question? Un cœur humain fraîchement prélevé… Bientôt, d’autres jeunes femmes sont assassinées, dont les cœurs viennent fleurir de nouvelles tombes… Qu’ont-elles en commun? Et pourquoi ces offrandes funèbres? Un mystère à la hauteur d’un Pendergast au sommet de son art.

8e5d977641a565cb7bd92005772ab994-preston-lincoln.jpg
Preston & Child

Mes craintes étaient réelles (et totalement infondées) en commençant le premier chapitre. Parce que je n’avais jamais lu une enquête de l’inspecteur Pendergast et que j’imaginais ne rien comprendre. Or, le talent des auteurs est réel, car dès les premières lignes de ce dix-huitième roman mettant en scène l’inspecteur Pendergast, je me suis attachée à lui. On le visualise immédiatement : « un costume sombre, une voix trahissant la distinction et le charme sudiste dont il a hérité ». Sous des allures hautaines et un visage impassible, il est tout de suite sympathique. Insolent, érudit, pince-sans-rire. C’est l’atout majeur de ce roman au service d’une intrigue délicieusement macabre et parfaitement construite.

Même si quelques remarques, ici et là, sont destinées aux lecteurs assidus  (à ceux dont je ferai désormais partie, mais il me reste l’ignorance de 17 romans à combler), l’écriture et l’histoire sont telles que personne n’est laissé de côté. Même la lectrice qui découvre Pendergast au dix-huitième roman peut tout comprendre et l’adorer. J’imagine que des « private joke » sont plus nombreuses que celles que j’ai aperçues (et incomprises), mais la force des auteurs est de faire en sorte que l’on accroche, que l’on soit ancien ou nouveau lecteur.

Douglas Preston et Lincoln Child réunissent avec Offrande funèbre toutes les qualités espérées et attendues d’un bon thriller : un tueur en série cultivé, un inspecteur atypique, complexe et attachant, une écriture fluide et une intrigue plantée dans un décor qui fait rêver, la Floride et l’étincelante Miami. Tout est présent ici … et ce petit quelque chose en plus qui nous rend accros.

south-beach-miami-from-nyonair-flight-in-may-c7ab85cd.jpg

Voilà longtemps que je n’avais plus retrouvé cette sensation un peu particulière, ressentie pour la première fois après la lecture de mon premier Chattam (La théorie Gaïa) qui avait patienté deux ans dans ma bibliothèque. Sensation rare et renouvelée à la lecture de ces pages. Partagée entre l’incrédulité d’avoir vécu à côté de lui en mésestimant sa qualité exceptionnelle et l’excitation de découvrir qu’il y en a beaucoup d’autres (écrits avant) du même duo d’auteurs.  À coup sûr, je connais l’objet de mes futurs achats.

Un thriller à déguster immédiatement ou un peu plus tard…mais surtout à inscrire sur votre PAL.

006504699

 

Auteurs : Douglas Preston et Lincoln Child

Titre : Offrande funèbre

Editions : L’Archipel

Sorti le 15 mai 2019

347 pages

Prix : 22 €

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.