Evil Dead/Army of Darkness: Ash fait le grand lâcher de fauves et de tronçonneuse, plutôt deux fois qu’une

Alors que Sam Raimi a confirmé l’étude d’un Evil Dead 4, réveillant la bête et les fantasmes de millions de fans, Bruce Campbell, lui, restera à la production sans reprendre son rôle clé et mythique de Ash(ley) Williams. On pensera fort à lui quand le film sortira mais, d’un autre côté, quitte à faire son deuil de ce personnage haut en couleur, autant ne pas le faire… Ceci n’est pas un adieu : le personnage a déjà été rendu immortel dans les films (même avec un bras en moins), la BD enfonce le clou. La preuve par deux.

À lire aussi | Ashé-menu, l’univers déjanté et décidément coriace d’Evil Dead fait du comics son Nécronomicon et offre une suite à Army of Darkness

À lire aussi | Evil Dead 2, la suite en comics : deux mains valent mieux qu’une tu n’en auras plus pour que les démons du Necronomicon se ram-Ash

© James Kuhoric/Nick Bradshaw/Sanford Greene/Étienne St. Laurent/Jim Charalampidis/Scott Kester chez Dynamite Comics

Army of darkness : faire du shopping jusqu’à la mort et choper les références de Toy Story à Tron en passant par Elvis

Résumé de l’éditeur : Ash continue son grand retour et, de retour chez Prixbas après ses aventures en Egypte, il découvre que les esprits maléfiques ont élu domicile dans les rayons du magasin. Ash doit faire face à l’invasion des forces du mal dans son époque , et surtout dans son magasin. Ce tome inclue aussi le one-shot Tales of Army of Darkness qui présente quelques histoires courtes faisant le lien entre les tomes 1 et 2.

© James Kuhoric/Nick Bradshaw/Sanford Greene/Étienne St. Laurent/Jim Charalampidis/Scott Kester chez Dynamite Comics

Suite pouvant se lire en totale indépendance de Army of Darkness – Ashes 2 Ashes, Shop till you drop dead a le mérite de situer l’action, ébouriffante, dans le seul magasin (ou presque, petit voyage dans le futur à la clé) d’Ash, là où il a finalement, sans doute, passé le moins de temps depuis le début de la saga.

© James Kuhoric/Nick Bradshaw/Sanford Greene/Étienne St. Laurent/Jim Charalampidis/Scott Kester chez Dynamite Comics

James Kuhoric au scénario et Nick Bradshaw et Sanford Greene au dessin ont sauté sur l’occasion transformer Prixbax en grand bordel, même pas organisé, pour y mettre le souk et dégommer le rayonnage que, pourtant Ash, avait bien rangé. Et à une seule main, dieu (ou le diable) sait que ce n’était pas gagné. Roi redevenu « esclave du système », Ash a repris sa routine en pensant que toute son aventure passée et incroyable était bel et bien derrière lui. Caramba, encore raté, force est de constater qu’il a, comme les astronautes qui ont ramené Venom dans l’univers Spiderman, ramené quelque chose de mauvais qui lui collait aux basques. Quelque chose qui a décidé de solder les âmes des clients d’Ash et de les posséder bien comme il faut. Pas forcément diététique mais forcément deadites. C’est donc reparti pour un tour de chaîne, fais chauffer la tronçonneuse, Ash.

© James Kuhoric/Nick Bradshaw/Sanford Greene/Étienne St. Laurent/Jim Charalampidis/Scott Kester chez Dynamite Comics

Sans aucune limite, les trois auteurs sont à la fois comme des enfants dans un magasin de porcelaine et comme des éléphants dans un magasin de jouets, ou peut-être est-ce l’inverse. Amenant à l’univers créé par Sam Raimi des références venues d’ailleurs, ils permettent ainsi au spectateur, pourri gâté, d’aller de surprise en surprise entre des mini-Ash survoltés, Toy Story, Retour vers le futur, Tron, Elvis Presley (et ça le fait !) qui va vite salir son costume blanc. Entre gore et profond délire porté vers l’action, dans ce genre chaotique et apocalyptique, c’est tout bonnement excellent.

© James Kuhoric/Nick Bradshaw/Sanford Greene/Étienne St. Laurent/Jim Charalampidis/Scott Kester chez Dynamite Comics

Et comme ce récit, en tant que tel, est court, les Éditions Reflexions y ont ajouté quelques Tales of Army of Darkness, six contes défaits qui permettent de faire la liaison avec le premier album. Dans des styles différents. Quelques pages à chaque fois qui permettent à différents auteurs d’apporter leur vision, entre le monde du Necronomicon et l’époque moderne. Rafraichissant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le prochain album poussera le vice un cran plus loin, puisque Army of Darkness rencontrera Re-Animator ! Par ailleurs, les Éditions Réflexions prépare aussi l’ultime retour de Jack Burton dans le troisième tome de sa série.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Evil Dead 2, la série : dans la dimension miroir, un piège guère reluisant et lovecraftien

À lire aussi | Evil fun : Kiss reprend Oops I deadites again et le plus hot des groupes au monde débarque dans Army of Darkness

© Franck Hannah/Oscar Bazaldua/Chris Summers chez Vestron

Résumé de l’éditeur : Six mois après leur évasion de l’enfer, Ash et Annie traquent les deadites dans le monde des vivants…

© Franck Hannah/Oscar Bazaldua/Chris Summers chez Vestron

À côté des Army of Darkness et des Éditions Reflexions, il y a, au format paperback, la série Evil Dead qu’édite Vestron. Un autre délire tout aussi kiffant pour les admirateurs et fanatiques d’Ash comme pour les amateurs de série B qui invite à laisser son cerveau à l’entrée et à prendre plein les yeux. Plus lovecraftienne et plus tordue, cette série qui se place entre les films 2 et 3 raconte le périple fou d’un (parmi d’autres) Ash qui s’est repris en main et qui l’a retrouvée, cette main, et d’Annie. Ensemble, ils ont réussi à s’extirper des enfers mais le cauchemar continue. Ils ne sont même pas morts mais les deadites peuvent en dire autant.

© Franck Hannah/Oscar Bazaldua/Chris Summers chez Vestron

Le récit conçu par Frank Hannah et Oscar Bazaldua s’ouvre donc sur une chasse aux zombies façon Walking Dead. Et pour attirer des mort-vivants, il n’y a pas 36 solutions. Joignant l’utile à l’alimentaire, Ash et sa coéquipière deluxe et sexy font de leurs ennemis immortels de la pâtée pour… chats. Problème, les damnés sont beaucoup trop nombreux : il n’y a pas assez de chat sur terre que pour tous les servir en repas. Notre duo de héros malgré eux doit donc rouvrir un passage pour renvoyer ses sangsues dans la dimension miroir. Pas de chance, ils vont y être entraînés aussi. Et si le palais des glaces, à la foire de votre coin, ça va 5 minutes, quand on y est piégé pour l’éternité, c’est tout de suite moins drôle.

© Franck Hannah/Oscar Bazaldua/Chris Summers chez Vestron

Récit de liaison et d’explications, ce deuxième numéro fait la part belle aux dialogues et aux théories, préparant le terrain pour le troisième et la conclusion. Métaphysique et aux limites de la raison, l’histoire n’en oublie pas pour autant quelques monstres soignés aux petits oignons et répugnants qui vont renvoyer Ash à des souvenirs d’enfance bien peu plaisants. On reste sur notre faim pour la fin mais force est de constater que les deux auteurs connaissent leur affaire et en profitent pour amener leur pierre à l’édifice colossal de cet univers de plus en plus étendu. Oscar Bazaldua réussit un parc d’attraction hideux et efficace, fou à lier, parfois coincé dans sa générosité par un univers sans horizon, vide.

© Franck Hannah/Oscar Bazaldua/Chris Summers chez Vestron

La conclusion arrive en février. Mais, en attendant, le Père Noël est en avance, aujourd’hui sort le premier hors-série Evil Dead 2 : Merry Deadmas (dont Revenge of Krampus en VO).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La suite du programme ?

Titre : Army of Darkness

Tome : 2 – Shop till you drop dead

Scénario : James Kuhoric

Dessin : Nick Bradshaw et Sanford Greene

Couleurs : Étienne St. Laurent, Jim Charalampidis et Scott Kester

Traduction : Yoann Boisseau

Genre : Aventure, Épouvante-horreur

Éditeur VF : Éditions Réflexions

Éditeur VO : Dynamite Comics

Nbre de pages : 160

Prix : 16,50 €

Date de sortie : le 23/05/2019

Extraits : 

Série : Evil Dead 2, la série

Tome : 1/3 – Ash en enfer

Scénario : Frank Hannah

Dessin : Oscar Bazaldua

Couleurs : Chris Summers

Traduction : Cédric Delarbre

Genre : Aventure, Épouvante-horreur, Fantastique

Éditeur VF : Vestron

Éditeur VO : Space Goat Publishing

Nbre de pages : 92

Prix : 12,95 €

Date de sortie : le 28/03/2019

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.