Merry Deadmas: plus qu’une ordure, le Père Noël est une horreur, un deadite, entre Krampus et les poupées hantées qu’Ash doit affronter

La date fatidique de Noël est passée mais les sapins, sucres d’orge, pères Noël et gentils elfes sont toujours de sortie. On en profite. Noël, ce n’est qu’une fois par an (même si ça dure quatre mois dans les rayonnages). Et en ces temps de trêve des confiseurs, les gourmandises font leur révolution et semblent investis par les démons. Pas de quartier dans la bûche… qui débouche dans le monde hanté d’Annie et Ash… enfin, celui qui a deux mains. Evil Dead, quoi! 

À lire aussi | Evil Dead 2, la suite en comics : deux mains valent mieux qu’une tu n’en auras plus pour que les démons du Necronomicon se ram-Ash

À lire aussi | Evil Dead/Army of Darkness: Ash fait le grand lâcher de fauves et de tronçonneuse, plutôt deux fois qu’une

© Edginton/Youkovich/Strachan chez Space Goat Comics

Résumé de l’éditeur : Oui, en dehors d’Evil Dead 2, La Série, Ash et Annie vivent des aventures d’enfer. Même à Noël, les deadites ne leur offrent aucune trêve, un parc d’attraction hanté et une prise de tête carabinée avec le légendaire démon Krampus les attendent… Être tueur de démons, c’est pas un cadeau !

Si la trêve des confiseurs est toute relative vu ce qu’on mange de bonbons ces derniers temps, elle est bel et bien à l’ordre du jour pour les héros de Evil Dead 2, la série. Pas sûr, au vu des récents événements qu’ils ont dû traverser, qu’ils aient eu le temps de dresser le sapin pourtant. Mais ils ont retrouvé leurs chez eux sans avoir pour autant le coeur à la fête.

© Ball/Riccardi/Summers chez Vestron

Et à l’heure où la télévision continue de faire déferler d’insipides bluettes rouges de Noël, pas sûr que le monde d’Evil Dead reproduise ces schémas vus et revus à la lettre. Nourri d’horreur, il ne met pas le petit Jésus dans la crèche et les bisous de Santa Claus sont plutôt rêches, et préfère Chucky ou Vendredi 13 à Maman, j’ai raté l’avion. Même si, dans un autre genre que l’original, le Père Noël est toujours une ordure… et un deadite.

Dans ce hors-série offrant une parenthèse à la série qui prolonge le deuxième film de Sam Raimi, le lecteur averti (Ash a son franc-parler et sa manière de courir sur le haricot des bêtes des enfers) trouvera deux histoires courtes de vingt pages avec deux équipes différentes aux manettes.

Dans la première, Winter Horrorland, Annie et le sosie de Ash viennent à peine de rentrer de leur sinistre voyage (interrompu, car le troisième tome, Le règne des ombres, arrive le 27 février). Mais, déjà, un ectoplasme apparaît dans la salle de bains de l’alter ego de Bruce Campbell). L’esprit de Robbie, qui n’est pas un renne du Père Noël mais l’ancien employé d’un parc d’attractions hivernal dont il a percé le sombre secret. Des morts-vivants ont pris le contrôle et entendent bien éradiquer l’espèce humaine. Funeste Saint-Sylvestre. Ni une ni deux, plutôt que de fourrer de la dinde, Ash et sa nouvelle coéquipière embarque dans ce parc encore plus flippant que Zombillenium où même les friandises s’animent de mauvaises intentions.

© Ball/Riccardi/Summers chez Vestron

Écrit par Georgia Ball, dessiné par Vincenzo Riccardi et mis en couleurs par Chris Summers, cet épisode est une récréation s’émancipant de son oeuvre cinématographique originelle pour rendre hommage à quelques autres et hauts faits d’armes cinéphiles maniant l’horreur. La maison ne recule devant aucun sacrifice et les apparitions de poupées ou de biscuits aux envies de meurtres sont toutes plus surprenantes les unes que les autres. Ça ne va pas bien loin mais la gouaille et la ténacité du tandem de héros fonctionne du tonnerre.

© Ball/Riccardi/Summers chez Vestron

Dans la deuxième histoire, qui offre sa couverture tonitruante à ce hors-série, c’est Krampus (accent teuton à l’appui pour cette créature mythique anthropomorphe et cornue issue d’une mythologie européenne sévissant pour les garnements vivant en Autriche comme en Italie du Nord ou en Croatie ou encore la Slovaquie) qui tente de voler la vedette à Ash (du moins, celui qui a été créé non pas de la cuisse mais de la main morte du vrai Ash) qui comptait passer une nuit tranquille loin de la fureur du monde, dans sa caravane, entre Jack et Daniels. C’était sans compter un cri dans la nuit. Celui de la voisine, mère célibataire, plutôt séduisante. Le Père Fouettard puissance 1000 a fait son entrée fracassante dans la chambre de son gosse. Plus en espérant conquérir le coeur de la demoiselle en détresse qu’en voulant sauver sa progéniture, Ash va se mesure à ce Krampus, sorte de mix entre Hulk et Wolverine.

© Edginton/Youkovich/Strachan chez Space Goat Comics
© Edginton/Youkovich/Strachan chez Space Goat Comics

Une fois passé la surprise de découvrir que cette montagne de muscles et de griffes qu’est Kampus a changé de couleur entre la couverture et l’histoire (le brun lui allait beaucoup mieux que le gris-noir), on savoure ce récit concocté par Ian Edginton au scénario, Dave Youkovich au dessin et Carrie Strachan aux couleurs par sa propension à faire la paix après la (grosse) baston et les pains (d’épice) dans les gueules. Tout n’est pas sacrifié à l’action, il en faut pour la bière et l’amour d’un soir. À l’enfance de Ash qui n’avait déjà peur de rien… sauf que, aussi. Et le miracle de Noël, par-dessus tout! Bref, comme nos amis québécois le disent, malgré le fait que ce hors-série se lise très vite, « on ne se fait pas passer un sapin ».

© Edginton/Youkovich/Strachan chez Space Goat Comics
© Edginton/Youkovich/Strachan chez Space Goat Comics

Notons donc que l’ultime tome de Evil Dead 2, la série arrivera le 27 février. Mais un deuxième hors-série est aussi prévu, baptisé Evil Ed, du nom de l’ex-petit ami damné d’Annie. Preview.

Série : Evil Dead 2, la série

Tome : Hors-série #1 – Merry Deadmas !

Scénario : Georgia Ball / Ian Edginton

Dessin : Vincenzo Riccardi / Dave Youkovich

Couleurs : Chris Summers / Carrie Strachan

Traduction : Cédric Delarbre

Genre : Aventure, Épouvante-horreur, Fantastique, Noël

Éditeur VF : Vestron

Éditeur VO : Space Goat Publishing

Nbre de pages : 52

Prix : 12,95 €

Date de sortie : le 08/11/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.