Inépuisables aventures, poésie inestimable, esthétique vintage magnifiée : Trondheim et Keramidas galvanisent durablement Mickey, Donald & co

À l’heure où Dupuis interrompt momentanément la série de « Spirou vu par… » (ce qui réjouit les puristes et nous chagrine un peu tant il y a eu de belles choses dans cette collection), Glénat continue d’offrir à Mickey et sa bande une french touch tellement rafraîchissante. Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas ne se le sont pas fait dire deux fois… ou plutôt si puisque, coup sur coup, ils ont entraîné Mickey et Donald dans deux aventures plus folles et heureuses l’une que l’autre. 

À lire aussi | Camboni retourne l’océan sur la tête de Mickey : « Disney, c’est un rêve collectif »

À lire aussi | En filant un coup de vieux à Mickey, Tébo dépoussière jubilatoirement le mythe

© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat

Résumé de l’éditeur pour Mickey’s craziest adventures : Catastrophe, le coffre-fort de Picsou a été dévalisé ! Les responsables ne sont autres que Pat Hibulaire et les Rapetou, ayant réussi à dérober la machine à miniaturiser conçue par Géo Trouvetou lui-même. Pour les arrêter, Mickey et Donald doivent unir leurs forces et partir à leur poursuite. C’est pour eux le début d’une course effrénée, du laboratoire du génial inventeur aux méandres d’une dangereuse jungle, en passant par les ruines d’une cité antique et secrète…

© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat

Résumé de l’éditeur pour Donald’s happiest adventures : Un matin comme les autres : Donald se lève de la patte gauche et reçoit un appel de Picsou. Après leurs aventures aux quatre coins du monde avec Mickey, son oncle a besoin de lui pour une nouvelle chasse au trésor. Mais Donald se rend compte que, peu importe l’étendue des richesses qu’il lui envoie chercher, son oncle ne sera jamais satisfait. Picsou a beau être un vieux canard pingre et acariâtre, il veut la même chose que tout le monde : le bonheur. Aussi décide-t-il d’envoyer son neveu à la recherche de cet inestimable trésor ! Mais pour le colérique et malchanceux Donald, trouver le secret du bonheur semble mission impossible…

© Trondheim/Keramidas chez Glénat

Dès le renouveau des beaux jours, quel plaisir de chiner sur les brocantes. Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas ne sont, semble-t-il, pas les derniers à goûter aux joies des quêtes et des reconquêtes d’objets vieillots non identifiés. C’est ainsi, au hasard d’une promenade matinale qu’ils ont mis la main sur des numéros quasi-antiques d’hebdomadaires oubliés des années 60 : des exemplaires de Mickey’s quest et de Donald’s quest comics and stories. Sans doute ont-ils rêvé car de l’histoire des magazines jeunesse, jamais aucun n’a porté l’un de ces deux titres. Sans doute aussi les deux auteurs sont-ils trop modestes que pour s’attribuer la paternité des deux histoires qu’ils ont conçues et qu’ils préfèrent se cacher derrière un prétexte. C’est sûr, depuis le temps que Mickey est Mickey et Donald est Donald, tellement d’artistes sont passés dans leurs sillages qu’on pourrait croire que plus personne ne saura leur apporter une dimension supplémentaire.

© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat
© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat
© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat
© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat
© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat

C’est archi-faux, au fil des saisons, des époques et des évolutions, les personnages de papier, pour peu qu’ils soient en vie (pauvre Tintin), muent. Et Trondheim et Keramidas leur apportent une présence d’esprit et un supplément d’âme assez fameux sous prétexte de grande déconnade et d’aventure foutraque. Leurs deux albums sont des oeuvres de grande maîtrise et d’une esthétique vintage et bouleversante. Avec chasses au trésor et inventions qui prennent le contre-pied de ce qu’ont proposé Filippi et Camboni qui optaient pour le futurisme. Ici, tout est fait, des fac similé de taches ou de moisissures, des auréoles à la page déchirée en passant par les couleurs passées (couleurs, elles-mêmes, d’époque: le travail de Brigitte Findakly est là aussi étincelant), pour nous faire croire que l’ouvrage qu’on a entre les mains est un trésor, celui que cherche sans relâche ces personnages qui nous suivent tout au long de notre vie. Et ça l’est.

© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat

Le premier opus, Mickey’s craziest adventures, rajoute à cette esthétique des affres du temps pourtant diablement soignée un fonctionnement par épisode. Comme si les auteurs avaient scanné les pages ancestrales des revues trouvées par hasard dans cette brocante. Avec en-têtes qui à elles seules font rêver mais aussi des épisodes… manquants ! Vous en trouvez souvent, vous, des lots de magazines totalement complets ?

Moi qui collectionne les Journaux Spirou d’antan, il m’est souvent arrivé de devoir lire une histoire à suivre en devant imaginer ce qu’il se passait durant quatre ou cinq planches que je n’avais pas. Ça fait travailler l’imaginaire. C’est sur ce même procédé d’imprégnation et d’investissement que joue le duo magique en proposant 82 épisodes-planches répartis sur 42 planches.

Projet de couverture © Keramidas

De quoi donner une histoire aussi rocambolesque que sans queue-ni-tête. Et pourtant sensée à mesure que le lecteur s’y invite peu ou prou, s’accaparant ce récit trépidant (des profondeurs sous-marines à la Lune en passant par des cités antiques et des… cités antiques) et en en faisant un récit dont il est aussi le héros aux côtés d’une galerie bien connue : Géo Trouvetou, les Rapetou et Pat Hibulaire, le Professeur Mirandus… en plus d’un bestiaire fouillé.

© Trondheim/Keramidas chez Glénat

Au coeur de ses pérégrinations passant sans faute de raccord ni d’accord de Chérie, j’ai rétréci les gosses à Indiana Jones et l’Atlantide, le duo mène cet album d’une trombe en multipliant les gags, les running gags et les rebondissements inattendus. Nicolas Keramidas n’a pas vendu son âme au dia… à la petite souris et réussit à faire du Disney sans trahir son style, si efficace, si spectaculaire.

Encrage de quelques entêtes © Trondheim/Keramidas

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, les deux auteurs ont ainsi donné suite à cette aventure inattendue en proposant une variation autour du bonheur et de Donald. Donald, le personnage de l’univers Disney qui n’est pas le plus heureux qui soit, c’est un fait. Et quand le personnage qui l’est sans doute le moins, Picsou, lui confie une mission corsée, ça risque de faire un malheur.

© Trondheim/Keramidas/Findakly chez Glénat

Dans cette histoire qui fait passer Mickey au rang des seconds rôles, on prend les mêmes et on recommence. Si ce n’est que, conscients que les plus courtes sont les meilleurs, Trondheim et Keramidas ont cette fois « retrouvé » l’intégralité des numéros de Donald’s Quest. Plus besoin dont d’imaginer ce qui se passe durant de nombreuses ellipses : tout est là !

Crayonné © Trondheim/Keramidas

Tout est là mais ça n’empêche pas le lecteur de s’investir, d’une autre façon; dans ce récit moins tragi- que -comique tant le tandem nous renvoie à une question simple et universelle, naïve mais pertinente : qu’est-ce que le bonheur et comment y accède-t-on ? Un Disney philosophique ? En quelque sorte mais évitant soigneusement tout ce qui pourrait être un poil pompeux et soporifique. On est quelque part entre Walter Mitty et QRN sur Bretzelburg, avec un Donald toujours plus emmêlés dans les fils inextricables d’un destin facétieux, lui qui est si malchanceux par rapport à son cousin à la chance insolente, Gontran.

Crayonné © Trondheim/Keramidas

Dans les décors souvent rêvés et parfois cauchemardés qui peuplent cette odyssée, on se rend compte que le message développé par les deux auteurs à l’aide de personnages pour enfants nous touche mille fois plus que si le trait avait été ultra-réaliste et l’histoire baignée de nos certitudes humaines. C’est tellement bien vu et bien senti. Mickey et Donald ont atteint la quintessence et le dessin si riche de Keramidas semble inépuisable, intarissable. On en redemande encore et encore.

© Trondheim/Keramidas

D’ailleurs, pour ne pas quitter trop vite cet univers si prenant et enchanteur, voici une petite sélection des magnifiques dédicaces que Nicolas Keramidas n’hésite jamais à poster sur ses pages Facebook. Allez-y, ça vaut la peine, des petits bijoux :

Enfin, pour son prochain album qui sera un roman graphique, Nicolas Keramidas ne quittera pas totalement l’univers Disney puisqu’il reviendra, notamment, sur son expérience comme animateur pour les Studios Disney (Tarzan, Notre-Dame de Paris). Un aperçu a été également posté sur cette page Facebook qu’on ne vous invitera jamais assez à liker. 

Titre : Donald’s happiest adventures 

Récit complet

Scénario : Lewis Trondheim

Dessin : Nicolas Keramidas (Page Facebook)

Couleurs : Brigitte Findakly

Genre : Aventure, Humour, Philosophie

Éditeur : Glénat

Collection : Mickey vu par

Nbre de pages : 48

Prix : 15€

Date de sortie : le 23/05/2018

Extraits : 

Titre : Mickey’s craziest adventures

Récit complet

Scénario : Lewis Trondheim

Dessin : Nicolas Keramidas (Page Facebook)

Couleurs : Brigitte Findakly

Genre : Aventure, Humour, Science-fiction

Éditeur : Glénat

Collection : Mickey vu par

Nbre de pages : 48

Prix : 15€

Date de sortie : le 02/03/2016

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.