Tête de pioche avec des yeux pour manger le monde et un don pour faire de n’importe quel animal son allié

© Brrémaud/Rigano chez Dargaud

Collaborateurs depuis quelques paires d’année, avec des projets partant dans toutes les directions, Brrémaud et Giovanni Rigano ont peut-être trouvé le terrain le plus habile à sublimer leur symbiose: le monde animal, dont l’Homme peut se targuer de faire partie au lieu de tenter de s’en extraire. Après avoir livré un très joli recueil d’histoires courtes avec Lettres des animaux à ceux qui les prennent pour des bêtes, les deux auteurs ont trouvé une héroïne irrésistible dont les aventures le sont tout autant: Tête de pioche!

Résumé de l’éditeur du tome 1 de Tête de pioche « Les bébêtes du Bayou » : Dans un chalet de haute montagne, Tête de Pioche vit avec sa mamie adorée… et lui donne bien du fil à retordre. C’est d’ailleurs son caractère particulièrement têtu qui lui vaut son surnom ! Un jour, Tête de Pioche reçoit une lettre de sa grande soeur. Celle-ci lui annonce qu’elle vient d’être engagée dans un spectacle de claquettes à La Nouvelle-Orléans. Ni une ni deux, voilà Tête de Pioche, aussi intrépide qu’audacieuse, qui décide de fuguer pour admirer sa soeur sur scène ! Le voyage est long mais ne l’effraie pas : elle sait qu’elle pourra compter sur ses amis, les bêtes à poils et à plumes, pour lui venir en aide. Et elle en aura bien besoin ! La petite a de la suite dans les idées. Et, surtout, elle maîtrise le langage des animaux…

© Brrémaud/Rigano chez Dargaud
© Brrémaud/Rigano chez Dargaud

Yakari, Animal Jack et Robert Redford n’ont pas le monopole du dialogue avec les chevaux et autres animaux. Tête de pioche, dans ses montagnes a pris l’habitude de parler aux oiseaux. C’est eux qui viennent la chercher quand un individu, peu importe qu’il soit leur prédateur d’ailleurs, s’est pris dans le piège de chasseurs qui ne jouent pas à la régulière; qui informent la jeune fille au caractère bien trempé aussi. Qui l’accompagnent dans ses plus belles aventures. Qui complète la famille de cette orpheline à laquelle reste une grand-mère bienveillante, mais peut-être trop à son goût, et une soeur globe-trotteuse qui a peut-être enfin trouvé sa vocation.

© Brrémaud/Rigano chez Dargaud
© Brrémaud/Rigano chez Dargaud

Là voilà qui fait des claquettes dans le bayou, et Tête de Pioche compte bien travailler le continent pour acclamer sa première. Sa grand-mère ne veut pas la suivre, tant pis, elle ira seule, rusée comme elle est et bien soutenue par les animaux de tous poils et plumes. Même ceux qui l’instant d’avant voulaient la dévorer mais qui comprennent assez vite que ce petit bout de femme est de leur côté. Les contrebandiers, trafiquants et autres n’ont qu’à bien se tenir.

© Brrémaud/Rigano chez Dargaud

Enfin… Dans ce beau voyage trépidant et négociant bien le long cours avec les gags graphiques et spontanés qui vont comme un gant au dessin de Giovanni Rigano, Brrémaud ne facilite pas la tâche de son héroïne, la faisant prisonnière de ses « ennemis » (en a-t-elle vraiment, elle qui prend tout comme un jeu?). Qui adore châtie bien, et à chaque fois que le lecteur se dit que Tête de pioche va s’en sortir haut la main, facilement, le sort s’acharne. Bref, nous ne sommes pas pris pour des bêtes et ça participe à la magie de ce récit pêchu, plein de rebondissements et de (re)découvertes d’espèces qui prouvent la diversité de notre planète bleue et verte. Le Bayou, c’est pas ballot!

© Brrémaud/Rigano chez Dargaud

À lire chez Dargaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.