Le cri de Tarzan n’avait plus été aussi balèze depuis longtemps : Bec et Subic, entre fidélité, aventure et documentaire, livrent un spectacle total

C’est un joli coup que réussissent les Éditions Soleil en remettant au goût du jour (si besoin était) de la BD quelques héros emblématiques de la culture populaire et héroïque. Des héros de chair et d’os, pas super- comme on en voit beaucoup sur nos écrans et les produits dérivés. Ainsi, à l’initiative du polyvalent Christophe Bec, voilà que Tarzan, du fin fond de sa jungle, revient plus bestial que jamais, mais aussi très fidèle au roman originel d’Edgar Rice Burroughs qui commença à écrire la légende de Lord Greystoke. En attendant Bob Morane.

Résumé de l’éditeur : XIXe siècle. Partis en bateau depuis l’Angleterre, Lord John et Lady Alice Greystoke s’échouent sur les côtes de l’Afrique équatoriale. Alice donne peu après naissance à un fils. À la mort de ses parents, il sera élevé par les grands singes et deviendra Tarzan. Le jeune homme sera partagé entre la vie brutale de la jungle et les codes stricts de l’aristocratie anglaise…

© Bec/Subic/Facio chez Soleil
Les dimensions sont classiques mais l’histoire est hors-format : 82 pages pour ce premier tome. Ça en dit long sur la volonté de bien faire les choses, et de ne pas passer par des raccourcis, des auteurs et de l’éditeur. Le mythe de l’homme-singe méritait bien ça. C’est ainsi que pendant près de la moitié de l’album, Christophe Bec et Stevan Subic se laissent aller au mutisme et à la contemplation les plus complets. Le privilégié (jusque-là) John Clayton s’est échoué sur cette île hostile et, depuis que ses parents ne sont plus là, est livré à lui-même, sans arme ni défense, si ce n’est les puissants singes qui vont l’adopter et le protéger comme l’un des leurs. Si la nature est bien faite, elle peut se révéler cocasse et montrer un visage bien plus humain que les hommes eux-mêmes – le lecteur le verra dans la suite du récit.
© Bec/Subic/Facio chez Soleil

Car, au début de cette histoire, il n’y a que les arbres, les cascades, les lianes et le peuple de la jungle qui puisse raconter les balbutiements du survivant. Il coulait de source, tout en étant un vrai parti, qu’il fallait s’attarder sur cette époque fondatrice du héros sauvage. En le tenant sur la longueur, entre drames et moments de révélation, quasiment sans texte si ce n’est les cahiers de ses parents que Tarzan trouvera et qui aideront celui-ci à s’autoformer à la langue humaine et plus particulièrement de Shakespeare (un argument peut-être un peu naïf, pouvant semblant peu réaliste, mais que les auteurs ont repris du livre initial), les auteurs se livrent à un véritable documentaire, ne s’interposant pas dans la violence de ce monde brutal et sauvage où sans carapace ni griffe, John va devoir faire ses preuves, ses armes. Le parti pris est risqué mais la puissance graphique, la noirceur mais aussi la clarté végétale de Stevan Subic font le job, portées par les couleurs de Hugo Facio, sans compromis avec le déchaînement de fougue, de sang, de mort mais aussi de vie, couverte de cicatrices. C’est d’autant plus impressionnant que, comme je le disais, les auteurs ont joué sur la longueur pour bien placer ce décor grandeur et férocité nature.

© Bec/Subic/Facio chez Soleil

Puis les hommes arrivent. Des Anglais, un Belge, tous armés de différentes intentions, pour faire progresser la science ou les trophées de chasse. L’équipe est difforme, tendue, et cela va peut-être la mener à sa perte. D’autant plus qu’à son approche, des guerriers immaculés sont sortis de leur terrier. C’est beau l’enfer créé dans le choc des mondes, cet autre big bang entre civilisation et ce qu’on présente comme inhumanité. Une certaine Jane en sera l’agent de liaison, faisant tourner des têtes et faisant naître chez l’homme couvert de boue et de traces de combat passé de nouvelles possibilités de se découvrir lui-même et d’où il vient.

© Bec/Subic/Facio chez Soleil
© Bec/Subic/Facio chez Soleil

Entre la partie muette (textuellement parlant, car le style Subic est loin de l’être) et celle plus volubile, on pouvait craindre une inadéquation. C’est tout le contraire qui se passe, quitte à préférer précipiter la fin que le début. C’est bien joué. Émancipés de la pression de devoir rentrer dans les cases et dans un nombre de pages standardisé, les deux auteurs réussissent un album splendide et rythmé, faisant redécouvrir le mythe premier avec une efficacité carnassière. Plutôt qu’à moitié, les auteurs fondent ce renouveau à 200%, avec la pudeur de ne vouloir rien inventer pour le moment, de s’en tenir à l’original tout en lui apportant une puissance moderne dévastatrice.

© Bec/Subic/Facio chez Soleil
© Bec/Subic/Facio chez Soleil

Le deuxième album s’intitulera Tarzan au centre de la terre et mixera deux romans Le Retour de Tarzan et Tarzan au Cœur de la Terre. Un album plus pulp, selon les dires de Christophe Bec qui sera, cette fois, accompagné par Roberto de la Torre et Stefano Raffaele. La couverture d’Éric Bourgier (qui signe déjà la mystérieuse et contemplative couverture du premier) a déjà été dévoilée. En espérant qu’un jour, chez Dupuis ou ailleurs, le Tarzan du regretté Hubert Mounier/Cleet Boris (dont nous parlions un peu ici) voie enfin le jour.

Tarzan au centre de la terre, couverture du tome © Éric Bourgier

Comme je vous le disais, Christophe Bec se prépare, en compagnie d’Éric Corbeyran et Paolo Grella, à faire renaître une énième fois au Neuvième Art « le plus grand héros de tous les temps », Bob Morane. Le tome 1, Les 100 démons de l’ombre jaune, devrait sortir en septembre. Un Conan est toujours sur le feu aussi, également avec Stevan Subic.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans un autre style plus intimiste mais pas moins violent, le scénariste reviendra comme dessinateur dans la réédition grand format et intégrale d’Anna, auparavant nommé Hôtel particulier, thriller psychologique dont le scénario était signé par Stéphane Betbeder. Le crowdfunding pour permettre cette parution (le 12 mai) dans les meilleures conditions est encore en ligne pour quelques jours. Voilà le résumé. « Oscar se voit comme un dominateur-né qui aime être entouré de courtisans ou plutôt de souffre-douleur. Accompagné de sa bande de suiveurs, il prépare l’exposition qui imposera à tous l’ampleur de son talent. Oscar est sans pitié. Il a aimé sa voisine, Anna, abusé quelque temps de sa naïveté avant de rompre. Point final de l’histoire, pensait-il. Mais Oscar se trompait, Anna lui réservait quelques surprises. » 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série : Tarzan seigneur de la jungle

Tome : 1

D’après le roman de Edgar Rice Burroughs

Scénario : Christophe Bec

Dessin : Stevan Subic

Couleurs : Hugo Sebastián Facio

Couverture : Éric Bourgier

Genre : Aventure, Drame

Éditeur : Soleil

Nbre de pages : 84

Prix : 17,95€

Date de sortie : le 24/03/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.