Le jour des Cendres, le Grangé qui fait le job… mais pas plus !

Le jour des Cendres de JC Grangé est une adaptation du troisième épisode de la première saison de la série Les Rivières Pourpres qui a été diffusée en 2019 sur France 2. La maison d’édition et le romancier réitèrent le coup marketing de La Dernière Chasse. Quoiqu’il en soit, ce Grangé fait son job, lu en à peine 48h, j’ai eu du plaisir à retrouver le commandant Pierre Niémans (auquel je ne peux m’empêcher de prêter les traits de Jean Reno qui l’avait remarquablement incarné dans le film Les Rivières Pourpres) et la capitaine Ivana Bogdanovic. C’est donc la suite de La dernière Chasse mais il n’est pas utile d’avoir lu ce précédent tome pour comprendre l’histoire. Un joli dénouement, une ambiance pesante comme je les aime, une communauté secrète, sectaire même, et des meurtres quasi ritualisés. Bref, du Grangé basique, classique qui fait le job…mais sans plus !

Sur Branchés Culture, sont aussi chroniquées du même auteur :

Au coeur de La terre des morts, Grangé plonge dans le monde nocturne du sexe et livre la référence en matière de thriller, exceptionnel et jouissif.

Congo-Requiem, du très grand Jean-Christophe Grangé

Lontano, sur la piste de l’Homme-clou

« Dans un monde de pure innocence, quel peut être le mobile d’un tueur ? Dans une communauté sans péché, comment le sang peut-il couler? A moins qu’à l’inverse…

Le coupable soit le seul innocent de la communauté. »

Y’a rien à faire, je suis une inconditionnelle des couvertures des livres de Grangé. Je suis consciente que le département marketing oeuvre à plein régime mais j’adore. Elles sont gaufrées, attirantes, mystérieuses, aguicheuses et tellement pleines de promesses. Comme la carte d’un restaurant touristique. Bon, il faut reconnaître qu’ici, l’auteur ne nous offre pas de la grande gastronomie dont il a déjà fait preuve à maintes reprises. Ce n’est pas grave, je l’aime quand même et j’ai apprécié cet opus.

Le plaisir de retrouver le commandant Pierre Niémans (incarné dans la série par Olivier Marchal, acteur remarquable mais qui malheureusement n’éclipse pas l’immense Jean Reno) est intact. Ses doutes, son tempérament taciturne, ces aspects sombres, brutes. Une allure de militaire sur sa fin, coupe en brosse et épaules rigides. Ce côté macho caricatural qui le rend presque tendre. De toute façon, je suis acquise à sa cause, donc totalement subjective.

Et puis il y a son adjointe, Ivana Bogdanovic, dont on avait fait la connaissance dans La dernière Chasse. Elle est blessée, téméraire, fonceuse, intelligente, en colère, affûtée.

À eu deux, ils forment un joli duo d’âmes blessées dont le métier de flic est la seule bouée de sauvetage. Une caricature encore mais si je lisais pour retrouver du réalisme et du quotidien, ça se saurait !!!

Ce tome est donc l’objet du troisième épisode de la première saison des Rivières pourpres diffusée sur France 2.

C’est dans un vignoble d’Alsace qui produit un vin issu de vendanges tardives que se plante le décor. Une communauté retirée de toute vie urbaine, qui nomme les personnes extérieures les Mondains, qui suit à la lettre les préceptes dictés par la Bible, qui vit en autarcie et s’habille comme les Amish. Là, une mort suspecte a été découverte, bientôt requalifiée en meurtre et suivie d’autres tout aussi étranges.

Niémans va défoncer toutes les barrières physiques, intellectuelles et culturelles de la communauté pour débusquer le(s) coupable(s) et va devoir faire confiance à ses partenaires de la gendarmerie. Grangé apporte une nouvelle fois, et de manière si personnelle, une ambiance pleine de mystères, de secrets et totalement anoxique. J’adore ce climat anxiogène, où l’impression de suffoquer s’installe en quelques phrases.

Reconnaissons que l’auteur nous a déjà offert des intrigues plus qualitatives mais ce thriller fait le job, et rien que ça, ça vaut la peine. Pour un Grangé, il est moyen à bon, mais si c’était un tout autre auteur, je l’aurais sans doute qualifié de très bon. Le maître du thriller a placé la barre tellement haut avec de précédents ouvrages que la comparaison ne lui rend pas toujours justice. Je n’ai pas été déçue par Le jour des Cendres, je n’ai juste pas été émerveillée.

Auteur : Jean-Christophe Grangé

Titre : Le jour des cendres

Editions : Albin Michel

Sorti le 3 juin 2020

Nbre de pages : 366 pages

Prix : 21,90 €

 

8 commentaires

  1. Pas de nouveauté, quand on a vu les épisodes à la T.V. où est le frisson Grangé ? Aurait-il opté pour la facilité ? Quel dommage.Voir les autres auteurs connus dans la même catégorie et leurs dernières productions c’est vraiment autre chose ! Grosse déception.

    1. Crosa, je partage malheureusement votre avis. A la seule différence que je n’ai pas regardé la série. J’ai donc pu découvrir l’histoire. Mais en effet, ce roman est loin d’être son meilleur.

    2. Oui je partage tout à fait cet avis, surpris même de constater que ce dernier roman soit issu comme la ‘’Dernière chasse’’ d’une série TV, ceci dit cela reste de l’excellant J.C Grangé, mais parce qu’il y a toujours un Mais j’ai un léger ressentie de roman substantiellement commerciale, et puis de préférence dans mes lectures je préfère laisser mon imagination mettre de la couleur, de la forme sur les lieux et les personnages, trop souvent déçu par les adaptations cinématographique ; et là dans ce roman pour moi qui ai visionné la série TV je revois les scènes et les acteurs au cour de la lecture.

      1. Merci pour votre commentaire… En espérant que d’autres lectures vous apportent l’évasion souhaitée. J’ai dernièrement été séduite par La Vallée de Bernard Minier et Il était deux fois de Franck Thilliez. Vous pourrez découvrir les chroniques publiées sur ce blog. La qualité de ces deux thrillers est indéniable.

  2. Je me suis fait avoir…. je croyais me plonger dans un nouveau GRANGÉ et me voilà à lire une histoire que j’ai regardé à la télé en 2019, donc aucun intérêt quand on se souvient de l’intrigue : j’ai jeté 21 euros par la fenêtre, à la limite de l’arnaque !!! très très décue…..

      1. Espérons que pour le prochain, il revienne à la qualité des précédents ! J’avais adoré Congo Requiem par exemple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.