De Doux Doux Doux, De Dad Dad Dad: pour le réveillon en famille, Nob met les bouchées doubles

On choisit ses amis mais rarement sa famille, selon la formule consacrée. Chance, l’époque des réveillons nous donne l’occasion de faire la fête avec les uns et les autres. Pour ces seconds, les retrouvailles vont parfois de pair avec des étincelles, voire des feux d’artifice. Pour son sixième tome (et des rawettes), notre Dad, peut-être pas exemplaire mais tellement exemplatif (il paraît que c’est un belgicisme, tant pis) de ce que peut-être un père au foyer avec quatre filles qui n’en ratent pas une, à bout de souffle va changer d’air… en appelant ses parents à la rescousse. Chez eux puis chez lui. Alors qu’il attend toujours le « match » retour avec une amoureuse.

À lire aussi | Dad, un amour de papa et de BD

À lire aussi | Dad n’a toujours rien de De Niro ni du père modèle, et pourvu que ça dure!

© Nob chez Dupuis

Résumé de l’éditeur : Être père n’est pas toujours simple. Ce n’est pas Dad, père célibataire en charge de quatre adorables, mais néanmoins épuisantes, filles, qui va dire le contraire. Entre petits bonheurs et grosses fâcheries, le père à la maison gère plutôt bien. Jusqu’au jour où son corps l’abandonne et qu’il se plie, littéralement, en deux. Impossible de faire la moindre tâche ménagère et encore moins de s’occuper de ses quatre filles. D’autant que Bébérénice découvre l’usage de ses jambes, que Roxane est bien décidée à changer le monde, qu’Ondine rapporte des bulletins de notes catastrophiques et que Pandora est en crise existentielle… la situation est critique ! Ni une ni deux, Dad va appeler à la rescousse celle qui lui a tout appris. Sauf que cette dernière est en voyage avec ses copines ; c’est donc son mari qui débarque. La famille voit ainsi le grand-père lui tomber dans les pattes. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le partage des tâches, il n’en connaît même pas le nom… L’aïeul ne s’est jamais occupé d’une maison et Dad va devoir le guider. Mais ce sera justement l’occasion de faire le point et de découvrir que pour son père aussi le rôle a pu être ingrat et lui-même un enfant parfois injuste. Un peu comme ses filles sont dures et pas toujours honnêtes envers lui…

Loin d’évoluer en vase clos comme d’autres de ses pairs, Dad est une série à gags qui 6aime à s’émanciper de sa situation initiale pour intégrer de nouveaux ingrédients. Et si, durant les cinq premiers tomes, Dad a souvent vécu entre son foyer, ses ex et ses boulots foireux, Nob le raccroche aujourd’hui à ses aïeux, ses parents. Un couple soudé qui tranche avec les histoires d’amour de courte durée qui ont amené Dad à connaître les grandes joies et les petites déconvenues de la paternité. Et tant qu’à parler de père, avec ses airs de Gérard Jugnot, Dad senior va reprendre du service.

Après un repas de famille, où toutes les diversions sont bonnes à prendre, qui permet de faire plus ample connaissance avec les deux parents de notre antihéros, Nob inverse peu à peu les rapports de force. Au sens propre comme au figuré, l’auteur offre à son papa-poule et full un peu de répit (mais pas de trop), quitte même à lui chanter la berceuse et à lui faire un massage du dos dont il se souviendra, et son paternel fait sa loi. Enfin, sa loi… si ce n’est pas facile d’être père dans cette drôle de famille, être grand-père est loin d’être une mince affaire. Encore plus quand notre nouveau venu a toujours été comme un coq en pâte, son épouse étant aux petits soins avec lui. Alors, quand il arrive en sauveur dans un milieu familial et girly, un peu hostile, bon-papa va tourner en bourrique sans jamais quitter son flegme à toute épreuve.

© Nob chez Dupuis

Si les filles sortent la grande artillerie (Bébérénice et ses crayons de couleurs, un gag qui restera dans les annales), Nob réussit surtout à les faire dialoguer avec un autre type de personnage que celui auquel nous avons affaire depuis le début de la série. L’effort est parfois artificiel sur certaines séries, ici, ça sonne juste et bien. Et si, entre les deux pères, on sent la filiation, on sent aussi que chacun possède sa personnalité et sa manière de réagir face aux tracas du quotidien. Peut-être aussi parce que les deux personnages sont pris à deux moments différents de leur vie. L’alchimie opère toujours autant et cette envie d’élargir la famille déjà élargie enrichit cette série sur laquelle il faudra encore compter en 2020.

© Nob chez Dupuis

Série: Dad

Tome: 6 – Père à tout faire

Scénario, dessin et couleurs: Nob

Genre: Humour, Gag, Famille

Éditeur: Dupuis

Nbre de pages: 46

Prix: 10,60€

Date de sortie: le 18/10/2019

Extraits:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.