La relève du Neuvième Art est assurée : Alice VDM, Manon Debaye et Victor Pellet sont les derniers candidats en lice pour le Prix Raymond Leblanc 2019

Si vous nous suivez régulièrement, vous savez à quel point le Neuvième Art tient une place particulière dans notre coeur de cultureux, qu’il soit d’hier ou d’aujourd’hui, bien affirmé ou débutant. Peut-être aussi que l’Association Raymond Leblanc et le concours qu’elle organise chaque année ne vous sont pas inconnus. Né il y a près de treize ans (et ça ne porte pas malheur), à l’occasion des soixante ans des Éditions du Lombard, le concours, encadré par quelques grands noms de la BD, a primé notamment Julien Lambert, Hélène V., Aude Mermilliod, Debuhme ou encore, l’année dernière, Maurane Mazars. Qui lui fera suite ? Parmi une centaine de dossiers reçus, un trio s’est dégagé. Il s’agit de Victor Pellet avec La Promotion, de Manon Debaye avec La Falaise et d’Alice VDM avec Le retour de Billie.

Fondation Raymond Leblanc

Sous le nom d’un maître fondateur (du Journal Tintin, des Éditions du Lombard, des fameux studios Belvision et on en passe), l’association Raymond Leblanc entend poursuivre les oeuvres de ce grand bonhomme du 9e Art et se définit comme tel : « Fidèle à l’esprit innovant et précurseur de Raymond Leblanc, l’ ARL désire promouvoir et soutenir la création par l’attribution d’un prix annuel, décerné à de jeunes auteurs de bande dessinée. Sur une thématique libre, tous les genres peuvent être abordés (humour, aventure, science-fiction, fantaisie, autobiographie ou BD reportage). Le projet doit comporter un dossier complet comprenant: un synopsis de l’ensemble de l’album, cinq planches complètes et un projet de couverture couleur. » Peuvent donc y participer tous les dessinateurs en herbe (quel que soit leur âge et leur nationalité) n’ayant pas publié plus de deux albums.

Cette année, le jury est présidé par une pointure de sensibilité, Catherine Meurisse. L’entourent Sébastien Gnaedig, directeur éditorial aux éditions Futuropolis; Gauthier Van Meerbeeck, directeur éditorial des Éditions du Lombard; Daniel Couvreur, journaliste au Soir; Frédéric Ronsse, en tant que représentant des distributeurs et propriétaire de la librairie Flagey; Thierry Tinlot, ancien rédacteur en chef du Journal Spirou et Virginie Jourdain, présidente de l’Association Raymond Leblanc.

Avant même l’annonce du gagnant, ce concours est une belle vitrine pour tout qui y participe. Ainsi, la Fondation a, cette année, investi les réseaux sociaux (Instagram et Facebook, principalement), prenant le soin (et la patience) de publier les différents dossiers reçus et mettant en valeur une diversité de styles et de points de vue, d’arts. Des projets qui verront peut-être le jour, qui sait, et d’autres qui auront eu le mérite d’arriver jusqu’à nos rétines, pour le plaisir des yeux. Preuve que la BD est un monde en ébullition, au-delà des rayons des libraires. Et qu’un communauté peut se créer virtuellement autour du partage des talents non (encore) publiés.

Mais, venons-en aux choses sérieuses. Le trio final est donc composé de la Bruxelloise bretonnante Alice VDM, du Genevo-Bruxellois Victor Pellet et de la Strasbourgeoise Manon Debaye.

Alice VDM a 25 ans et a suivi différents cursus, allant des arts appliqués à la gravure avant deux années de master en bande dessinée à Saint-Luc qu’elle vient de terminer. Avec Le Retour de Billie, c’est un projet au format à l’italienne qu’elle livre. Intriguant.

Victor Pellet a 26 ans et il a été instituteur primaire à Genève avant de tout plaquer pour rallier Bruxelles et sa passion, le dessin. À la clé, des études de bande dessinée à Saint-Luc dont il effectuait la dernière année au moment d’envoyer son dossier. Les sujets qu’il questionne de son art sont : le rapport à l’enfance, les peurs, les relations humaines et la famille, entre autres. Au cours de ses études, il a pris conscience de sa volonté de ne jamais se fixer un style particulier. Son projet, La promotion, prend sa source dans une histoire vécue, celle de sa famille qui a accueilli deux enfants en difficultés familiales les week-ends et une partie des vacances. Le reste du temps, ils étaient en structure spécialisée. Cette BD n’en reste pas moins une fiction, l’histoire de Léo, 26 ans, qui est passé par ce drame de l’enfance, à Bruxelles. Souade, sa compagne, réussit à décrocher une promotion dans le Sud de la France. Léo la suivra-t-il, lui qui a peur de devoir repartir à 0, et de fissurer la stabilité qu’il a réussi à se créer ? Le projet est annoncé en une centaine de pages et six parties faites, notamment, de flashbacks.

Manon Debaye est illustratrice et autrice de bande-dessinée, fraîchement diplômée de la Haute école des arts du Rhin. Co-fondatrice du collectif de micro-édition Mökki, elle vit et travaille à Strasbourg. Dans ses clients, l’on retrouve The New-York Times, Zadig, Zeit Wissen, Playtime, Kiblind, le 13, Alsapan. La Falaise, c’est l’histoire d’un pacte. Celui de Charlie et Astrid qui ont décidé de se suicider en sautant dans le vide, main dans la main, le jour du 14e anniversaire de Charlie. Le projet accompagne les cinq jours précédant le suicide et la compréhension de ce qui a pu pousser les deux filles à en arriver à cette idée.

Vous savez tout. Le gagnant sera annoncé le 13 septembre lors de la remise des Prix Atomium dans le cadre de la fête de la BD de Bruxelles et gagnera le gros lot : son projet publié sous la forme d’un album chez un grand éditeur (Le Lombard ou Futuropolis, Futuropolis cette année), 10 000€, 10 000€ en avance sur tous types de droits ainsi que 10% de droits d’auteur sur le prix de vente public de l’album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.