Avant la série qui compte détrôner Game of Thrones, À la croisée des mondes croise les arts et Thomas Gilbert prend d’assaut la Tour des anges

Parmi les bande-annonces de séries qui font frémir et bouillir la toile, À la croisée des mondes façon BBC truste l’attention, avec des premières images qui rendent intenables l’attente. De bon augure pour cet univers qui a déjà connu un film peu convaincant.

En attendant d’en voir les épisodes (deux séries ont été condamnées), l’aventure rêvée par Philip Pullman fait aussi les beaux jours du Neuvième Art et s’offre un deuxième volet, après une première trilogie superbe. Cette fois, Clément Oubrerie étant parti conter fleurette à Voltaire, la saga continue de plus belle avec un autre dessinateur aux côtés de Stéphane Melchior, et non des moindres : Thomas Gilbert. Le duo a changé mais est toujours de choc pour donner suite et une nouvelle trilogie au périple nordique et dans un monde parallèle de Lyra et son daemon Pantalaimon.

À lire aussi | Les Royaumes du Nord retrouvent leur souveraineté sous Melchior et Oubrerie

À lire aussi | Melchior et Oubrerie ressuscitent Les Royaumes du Nord de Philip Pullman 

© Thomas Gilbert

Résumé de l’éditeur : Le jeune Will, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, est persuadé d’avoir tué un homme. Dans sa fuite, il franchit une brèche presque invisible qui lui permet de passer dans un monde parallèle. Là, à Cittàgaze, la ville au-delà de l’Aurore, il rencontre Lyra, l’héroïne des Royaumes du Nord. Elle aussi cherche à rejoindre son père, elle aussi est investie d’une mission dont elle ne connaît pas encore l’importance. Ensemble, les deux enfants devront lutter contre les forces obscures et, pour accomplir leur quête, pénétrer dans la mystérieuse Tour des Anges…

© Melchior/Gilbert chez Gallimard

Alors que quelques semaines plutôt sortait Les filles de Salem (ce premier tome de la Tour des Anges est paru en novembre dernier), Thomas Gilbert continue sur sa lancée et intègre cette fois un monde encore plus profondément fantastique et sorcier. Un peu plus à la Croisée des Mondes puisque, notamment, Lyra va rencontrer Will à la faveur d’une incursion dans un monde qu’elle ne connait pas, où rôdent des spectres et très peu habité. Une ville fantôme. Mais aussi un Oxford où les calèches ont laissé leurs places à des voitures. Une nouveauté pour la jeune héroïne en quête de poussière.

© Melchior/Gilbert chez Gallimard

Avançant comme on joue aux échecs, l’intrigue se développe sur plusieurs fronts, se cherchant des scientifiques pour mieux comprendre la poussière et la disparition étrange du père de Will, dans un voyage au nord le plus profond de l’Alaska. Ce deuxième acte, c’est aussi une incursion dans le noir le plus profond. Mais avec de la place pour les clairs-obscurs. Si Madame Coulter persévère dans son ignominie; Lord Asriel, absent, reste énigmatique, controversé mais peut-être animé de meilleures intentions que ce qu’on aurait pu croire. Entre les mondes, le temps est au passage en revue des forces vives, la guerre contre le Magisterium semble proche de commencer. Et la chute de Bolvangar n’était pas une fin mais peut-être un début sinistre.

© Melchior/Gilbert chez Gallimard
© Melchior/Gilbert

Sur un texte aéré de Stéphane Melchior – on sent que les auteurs prennent leur temps sans le perdre, installent les ambiances mais aussi la tension -, Thomas Gilbert réussit sa reprise des personnages et de cet univers fantastique. Mieux que ça, si Clément Oubrerie était l’auteur rêvé pour mettre sur orbite la première trilogie, avec classe et onirisme, le changement d’auteur est bénéfique, en lien tout autant qu’en rupture.

© Melchior/Gilbert chez Gallimard

En effet, dans le passage de flambeau, l’insouciance des débuts a pris du galon, et c’est entre adolescence et âge adulte que les personnages évoluent désormais pour accomplir leur quête tout en se méfiant des apparences et des potentiels alliés, et en enjambant les embûches. Thomas Gilbert assure, mettant ses héros en alerte, prouvant sa capacité à tout dessiner et à y donner de l’âme et de la puissance (notamment dans un clin d’oeil au roi Yorek ou une scène de torture d’une sorcière qui va très mal tourner). Alors que l’esprit de l’oeuvre originale est bien là, transpirant à toutes les cases.

© Melchior/Gilbert chez Gallimard

Ce premier quatrième tome donne du poids aux décors où quelque chose de pourri se cache et se révèlera bien assez tôt. Au pied de La Tour des Anges, aux côtés des daemon, qui sait quel monstre peut encore surgir ? Une chose est sûre, tout ça ne retournera pas à la poussière !

© Melchior/Gilbert

Et quelques cases partagées du tome 2 partagées par Thomas Gilbert sur son compte Instagram.

Série: À la croisée des Mondes

Sous-série : La tour des anges

Tome: 1 (4)

D’après l’oeuvre de Philipp Pullman

Scénario: Stéphane Melchior

Dessin et couleurs : Thomas Gilbert

Genre: Aventure, Fantastique, Jeunesse

Éditeur: Gallimard

Collection: Fétiche

Nbre de pages: 90

Prix: 17,80€

Date de sortie: 15/11/2018

Extraits:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.