De la peinture sur les bords des cases : la BD prolonge les rêves de Monet et du méconnu Vidal Balaguer

© Rubio/Efa chez Le Lombard et © Zidrou/Oriol chez Dargaud

Dans l’étendue de l’Histoire picturale, il s’en est fallu d’un cheveu, d’un poil de pinceau, parfois pour que certains passent de l’ombre à la lumière tandis que d’autres, malgré l’étendue de leurs talents, traînaient les toiles dans l’anonymat. Car la reconnaissance, cette quête plus souvent inassouvie qu’assouvie, est une géométrie variable pour laquelle il convient parfois de forcer la chance et de respecter les dogmes prisés par ses contemporains ou avoir le tempérament de les envoyer balader. Mais entrons dans le vif du sujet sous les pas et les traits de deux guides de luxe, Claude Monet et Vidal Balaguer, servis par deux dessinateurs espagnols qui sentent la peinture puisqu’il leur arrive fort souvent de tâter du chevalet.

© Zidrou/Oriol chez Dargaud

Monet, toucher la lumière de sa palette

© Rubio/Efa

À lire aussi | Musnet: un voyage sensoriel et grandeur souris dans le Giverny de Monet

Résumé de l’éditeur : Du Salon des Refusés au mouvement des Impressionnistes, de jeune peintre désargenté à grand bourgeois tutoyant les huiles, du mari à l’amant… la vie de Claude Monet fut pour le moins plurielle. Chef de file, à son coeur défendant, d’un mouvement qui bouleversa la vision de la peinture au XIXe siècle, l’homme n’est finalement resté fidèle qu’à une seule quête : celle de la lumière absolue, qui viendrait éclairer toute son oeuvre de sa perfection.

© Rubio/Efa chez Le Lombard

Monet, sacré Claude Monet. On pourrait tirer encore et encore sur sa barbe blanche fort reconnaissable, qu’on ne saisirait jamais qu’un petit bout de l’âme de ce peintre mémorable. Ça tombe bien, Salva Rubio et Efa n’ont pas prétention de tisser une toile exhaustive de la vie et de l’oeuvre de Monet.

© Le Lombard
© Rubio/Efa

Bien sûr, dans cette biographie aux couleurs chaudes et vivantes, comme pour ramener de loin le goût des nénuphars et des impressions d’un soleil qui n’a pas fini de prendre la pose, les deux auteurs parcourent les grandes lignes de l’éternel résident de Giverny. Et dès les premières planches, l’heure est grave : trois jours de noir lui tendent les bras et lui ferment les yeux. Un insupportable noir pour un homme qui n’a eu de cesse de rechercher la plus belle des lumières, celle qui le ferait passer à la postérité et donnerait un sous-titre tout trouvé à cet album : « Nomade de la lumière ».

© Rubio/Efa chez Le Lombard

Et si on la suit, dans la grâce des dessins d’Efa qui retrouve l’ombre de Claude dans quelques-uns de ces tableaux emblématiques. Le résultat est splendide, à la hauteur du maître. Et même si les puristes qui connaissent tout de Monet n’y trouveront rien de neuf, cet album qui lie peinture et bd se révèle être une porte d’entrée fabuleuse dans le monde de ce perpétuel chercheur de beauté.

© Rubio/Efa chez Le Lombard

Titre : Monet

Sous-titre : Nomade de la lumière

Scénario : Salva Rubio 

Dessin et couleurs : Efa

Genre : Biographie, Histoire de l’art

Éditeur : Le Lombard

Nbre de pages : 94 (+18 pages de dossier)

Prix : 17,95 €

Date de sortie : le 17/03/2017

Extraits : 

Vidal Balaguer, cet illustre inconnu qui disparut comme il était venu

© Zidrou/Oriol chez Dargaud

Résumé de l’éditeur : Barcelone, 1899. Tous deux peintres, Joaquín Mir et son ami Vidal Balaguer fréquentent le fameux cabaret-galerie Els Quatre Gats. Quoique criblé de dettes, Balaguer refuse de vendre le portrait qu’il a fait de Mar, son amour, disparue quelques mois plus tôt sans laisser la moindre trace… Son comportement éveille les soupçons d’un inspecteur de police, d’autant plus que le corps d’une défunte dont Balaguer avait fait le portrait s’est aussi volatilisé…

© Zidrou/Oriol chez Dargaud

Un peu plus loin sur la vaste palette du Neuvième Art, nous restons dans la peinture mais en changeant totalement de genre. Car si Rubio et Efa se sont servis des grandes lignes de la biographie de Monet, le tandem (déjà marquant sur les Trois Fruits ou La peau de l’ours) Zidrou-Oriol ont plongé dans l’ombre de celle de Vidal Balaguer sans en bouger les forces motrices. Car oui, Vidal Balaguer est une chimère, un mystère entier à lui tout seul mais catalysant ce que le Barcelone de 1899 offrait ou retirait à ses peintres.

© Zidrou/Oriol chez Dargaud

A-t-il seulement existé ? La question ne se pose même pas car Zidrou et Oriol ne nous en laisse pas le temps et déploient tous les arguments pour y croire dur comme fer à cette histoire aux bords du fantastique. Fantastique car Vidal Balaguer n’a pas eu à faire de pacte avec le diable, il a un don. Mais un don est-il suffisant à le débusquer de l’ombre et à le révéler à ses pairs ? Pas sûr.

© Zidrou/Oriol chez Dargaud

Alors dans l’intimité de son atelier, c’est auprès de sa muse que Vidal vivait heureux, caché, comptant les fins de mois difficiles mais jouissant d’un art inné. Bien sûr, la chance sourit toujours, au son de la monnaie sonnante et trébuchante, mais Vidal acceptera-t-il de vendre son inestimable tableau ? Car il est là le dilemme, se faire un nom et s’arracher une part de soi ou vivre en peinant à joindre les deux bouts sans pour autant s’amputer l’âme.

© Zidrou/Oriol

Alors, collectionneur inséparable de ses propres oeuvres, pas qu’il soit égomaniaque loin de là, voilà que Vidal (re)trouve la vie sous l’inspiration formidable de Zidrou tandis qu’Oriol fusionne son crayon avec le pinceau des grands maîtres et fait coïncider les deux arts comme jamais dans cette aventure qui fait le saut de la réalité au tableau, prouvant que la nature du peintre n’est pas si morte qu’on veut bien nous le faire croire. Entre la fiction d’une vie et la réalité d’un milieu qui n’a pas fait de cadeau à ses artisans, voilà un album plein de fantaisie, charnel, poétique, attendu mais aussi inattendu.

© Zidrou/Oriol chez Dargaud

En plus, Dargaud a créé une vraie fausse page Wikipédia consacré à l’artiste.

Titre : Natures Mortes (Page Facebook)

Récit complet

Scénario : Zidrou

Dessin et couleurs : Oriol

Genre : Fausse biographie, Histoire de l’art, Fantastique, Drame

Éditeur : Dargaud

Nbre de pages : 64

Prix : 14,99€

Date de sortie : le 17/03/2017

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s