Ah la sainte famille ! L’équipe de Fluide Glacial n’a pas son pareil pour lui faire la part belle, notamment avec Espé et Thierry Martin, façon western ou sulfateuse

© Espé chez Fluide Glacial

La belle saison arrive, place aux fêtes comme celle des mères et celle des pères. Ils sont nombreux les secteurs à vouloir marquer le coup avec des produits ou des oeuvres dédiés aux mamans ou aux papas. Avec finesse ou en mettant les pieds dans le plat. La bande dessinée n’est pas la dernière à profiter de ces occasions pour faire des promotions, des packages ou porter des créations pures. Petit échantillon, plein d’umour pas forcément consensuel, avec Thierry Martin (La famille selon Jerry Alone) et Espé (Soyons sérieux, restons idiots).

La famille selon Jerry Alone

© Martin chez Fluide Glacial

Résumé de l’éditeur : L’auteur, être solitaire évoluant sur les steppes arides de la bande dessinée… Seul ? Vraiment ? Pas si l’on compte sa femme, fiston n°1, jumeau n°1, jumelle n°2, le chat et puis tous les personnages de fiction avec qui il partage son quotidien ! Jerry Alone est loin d’être un lonesome cow-boy, devant faire face à mille dangers : réunion parent-prof, parties de cache-cache intempestives, bricolage malheureux du dimanche ou encore règlement de  l’URSSAF… Jerry Alone c’est personne, et un peu tout le monde à la fois.

© Martin chez Fluide Glacial
© Martin chez Fluide Glacial

À lire aussi | D’une souris (Mickey) à une chauve-souris (Batman) en passant par un vengeur au long nez: Thierry Martin a aligné les planètes sur 2021

Commençons par l’album le plus présentable, le plus fréquentable, avec lequel on va pouvoir rire et s’amuser, s’émerveiller ou s’émotionner, avec tout le monde. Thierry Martin nous en avait parlé lors de notre précédente interview, voilà qu’arrive plus vite que son ombre Jerry Alone. Jerry Alone, c’est un cow-boy qui n’a peur de rien… ou du moins le croit. Sa compagne, c’est Wonderwoman. Et ses trois enfants n’ont pas besoin de super-pouvoirs pour avoir la force destructrice ou créatrice des plus puissants super-héros ou super-vilains. Des gosses, quoi! Alors, entre les quatre murs de son atelier, qui accessoirement est aussi leur maison, Jerry Alone jongle entre son métier de dessinateur de BD, la vie de famille et les tâches ménagères à gérer et, évidemment, la défense de la veuve et l’orphelin ainsi que toutes les missions qui incombent à un cavalier de sa trempe: au saloon, dans les rues poussiéreuses ou dans les vastes étendues, à la poursuite des pires outlaws. Tout un programme.

© Martin chez Fluide Glacial
© Martin chez Fluide Glacial

J’adore Thierry Martin, chaque album un peu plus, tant cet auteur est capable de surprendre par les genres et les styles qu’il explore. Le média reste le même, mais à, chaque fois la créativité et les idées brillantes le dynamitent. Dans le dessin mais aussi dans l’esprit. Forcément, comparer la vie moderne à un western, ça nous arrive parfois, ici Thierry Martin pousse la métaphore le temps de tout un album, sans jamais faiblir et avec, semble-t-il, du stock pour la suite.

© Martin chez Fluide Glacial

Qu’est-ce qu’on se marre et qu’est-ce qu’on se prend d’affection pour ce héros d’autofiction, bien campé dans ses bottes, son foulard, son veston (à la Lucky Luke) et sa moustache (à la Lemmy Kilmister) mais aussi dans ses incertitudes et les turpitudes relatives à la vie de père et d’homme au foyer.

© Martin chez Fluide Glacial

Toute l’inventivité de Thierry Martin saute déjà aux yeux en feuilletant les premières cases, celles qui portent le titre de la série (La famille selon Jerry Alone, donc) pour chaque page prépubliée dans le magazine Fluide Glacial. Elles auraient pu être redondantes et donc sucrées lors de la mise en album, il n’en est rien tant ces titres transformés en dessins, se fondant dans le décor ou donnant le ton des saynètes, font sens. Jouant des anachronismes comme on joue aux cartes (passage obligé quand on évoque la vie de saloon), Jerry Alone est parfait en grand couillon pris entre deux feux, sa vie rêvée et sa vie réelle, qui n’est pas la moins palpitante. Dans un dessin qui rappelle Calvin & Hobbes, Thierry Martin travaille ses décors, en huis-clos et pourtant totalement ouverts sur les hautes plaines, les maisons en bois et les tumbleweeds tout en évitant les clichés. Il est là le prodige, proposer un nouveau plat, avec ses notes épicées et d’autres toutes douces, à base d’ingrédients tellement exploités, dans le western comme dans la chronique familiale. En mêlant les deux, l’auteur réussit son feu d’artifices à base de situations telles que toutes les familles en vivent un jour ou l’autre. Savoureux cocktail.

© Martin chez Fluide Glacial
© Martin chez Fluide Glacial

Soyons sérieux, restons idiots

© Espé chez Fluide Glacial

Résumé de l’éditeur : Le contraire du rire, ce n’est pas le sérieux, c’est la réalité comme disait l’autre ! Mais si la réalité n’est pas toujours drôle, elle le devient une fois passée entre les mains d’Espé. Car ce sont des scènes du quotidien dont se saisit l’auteur afin de les tordre avec virtuosité toujours de façon complètement déjantée et imprévisible. Votre gynécologue a suivi une formation à l’école vétérinaire ? Votre accouchement naturel se termine avec votre bébé entre les griffes d’un aigle royal ? On vous laisse imaginer la suite. Et si vous manquez d’inspiration, lisez Espé !

Projet de couverture de Fluide Glacial refusé © Espé
Projet de couverture de Fluide Glacial refusé © Espé

Ahah, c’est fort! Caser l’idiotie dans son titre tout en prêtant le flanc à d’autres jugements idiots qui diront « je suis pour la liberté d’expression mais éloignez ce dessin de mes yeux ». Banni de l’Humanité après un dessin sur la relation des deux champions cyclistes Alaphilippe-Rousse (cette dernière en tenue très légère et au lit, ce qui avait choqué la toile, alors que l’intéressée caricaturée n’avait jusque-là eu aucun problème à apparaître de cette manière lors de ces shootings), Espé n’a heureusement pas tout plaqué (comme l’on fait d’autres, lassés) et n’a en rien apaisé son tir précis, cinglé, réjouissant, parfois gratuit mais souvent avec du sens.

© Espé chez Fluide Glacial

Auquel certains ne goûteront pas (ils pourront se rabattre sur d’autres albums de ce dessinateur polyvalent et aussi à l’aise dans le registre du vin, du drame personnel ou de l’enquête-thriller au côté de Marc Lévy notamment), c’est sûr, et ça commence par le dessin de couverture. Sans doute la plus osée de l’année. Sur le mythique tapis de jeu, en mousse, avec des routes praticables pour les Dinky Toys ou autres petites voitures, mais aussi par une pelleteuse. Hé oui, le gamin a décidé qu’il y avait un chantier et un stock de sable à damer. Sous le regard attendri de maman. Du sable, incarné par les cendres de… belle-maman. Et la mère  d’ajouter, alors que son mari vient de rentrer : « Pour une fois que ta mère joue avec le petit. » Ne fût-ce que cette couverture a déjà scandalisé quelques-uns. Tant pis pour eux, le reste de l’album est du même cru, savoureux et passant de situation en situation.

Espé aussi aime les métaphores, les retournements de situation (et si les animaux nous faisaient ce que nous leur infligeons?), les voyages dans le temps avec une vieille radio, des phrases communes qui, prises au premier degré, deviennent de vraies punchlines (vous voulez connaître le sexe?), sans oublier les horribles faits divers pris avec beaucoup plus de légèreté qu’en réalité, et toujours le rapport entre la réalité et la fiction, cette dernière devenant parfois plus puissante que la première (jeu vidéo vs guerre mondiale, par exemple).

© Espé chez Fluide Glacial

Ne manquant jamais de rebond, comme l’oeil en verre que Nathan utilise comme balle magique pendant que papi borgne dort, Espé se lâche tout en restant dans la sphère familiale. À la cantine avec les copains d’école, dans le pré en famille ou dans le fauteuil, grabataire, en passant par le jeu avec le chien, toutes les générations en prennent pour leur grade. Avec un vrai rapport entre les personnages et le décor, qui permet de jouer avec les couleurs et de mettre du relief, Espé a trouvé, au-delà de son ton corrosif, une belle esthétique, jetée mais incarnée, pour rendre tout l’ensemble tonitruant.

© Espé chez Fluide Glacial
© Espé chez Fluide Glacial

Série : La famille selon Jerry Alone

Tome : 1

Scénario et dessin : Thierry Martin

Couleurs : Violette, Théo et Thierry Martin

Genre : Chronique familiale, Humour, Western

Éditeur : Fluide Glacial

Nbre de pages : 56

Prix : 12,90€

Date de sortie : le 01/06/2022

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Série : Soyons sérieux, restons idiots

Tome : 1

Scénario, dessin et couleurs : Espé

Genre : Chronique sociale, Humour noir

Éditeur : Fluide Glacial

Nbre de pages : 56

Prix : 12,90€

Date de sortie : le 01/06/2022

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.