Le Merlu sur les routes du sang – Entre résistants, occupants et collabos: ici, même Benoît Brisefer ou Fantasio se feraient tuer

© Dubois/Phalippou/Larme chez Paquet

On ne se méfierait pas d’un Merlu sur la terre, ravagée par la guerre… et pourtant ! Laissé plus mort que vif au sortir du premier tome, « le jeune Colin » fait durer le suspense auprès de ceux qui lui demandent comment il a réchappé de l’explosion de son camion de livraison. De toute façon, il y a plus urgent à parer…

© Dubois/Phalippou/Larme chez Paquet

Résumé de l’éditeur : Décembre 1941, Pearl Harbor vient d’être attaqué par l’aviation japonaise. Le monde s’enfonce un peu plus dans une guerre mondiale. Georges Colin a disparu depuis plusieurs moi, tué par l’armée allemande ? Marie-Jeanne n’y croit pas… Mais résignée, elle s’est mariée à Jean-Claude, sympathisant actif de l’occupant, afin de faire cesser les ennuis pour son père. Pendant ce temps, le transport doit continuer et les entreprises Colin et Leduc survivent tant bien que mal… Et quelque part, un certain Merlu s’active dans le maquis…

À lire aussi | Jamais on a vu Le Merlu si loin de la mer, dans l’enfer de la guerre, traversant la « demarkation linie » entre BD et réalité

Le temps est passé, un enfant est né, la neige est arrivée mais peine à masquer les cicatrices laissées par les manoeuvres des hommes ayant soif de conquêtes. Ceux venus de l’est, parlant une langue germanique, mais aussi des traîtres qui se sont rangés de manière plus ou moins sue et pour des motifs plus ou moins reluisants près de l’ennemi. Heureusement, face aux projets mortifères des nazis, et assimilés, d’autres hommes se sont levés, ont pris les armes ou en tout cas ce qu’ils trouvaient pour saboter l’élan de l’envahisseur. Le faire plier. Peut-être casser. Même si on est loin de la fin de la guerre, en décembre 1941, il y a 80 ans.

© Dubois/Phalippou/Larme chez Paquet

Les réjouissances de Noël sont toutes relatives, à cette époque, quand on sait que dans le maquis, quelques cabanes en bois sur le seuil de la méfiance et assez cossues abritent des résistants préparant leurs prochaines opérations ou attendant les ordres qui viennent, de manière cryptée et parfois au prix de longs efforts menant d’un point A à un point B en passant par les points X, Y, Z… Le rapport coût-danger-bénéfices est parfois très faible, mais dans ce monde tyrannique, mieux vaut prendre toutes ses précautions.

© Dubois/Phalippou/Larme chez Paquet

Dans ce second tome, Thierry Dubois et Jérôme Phalippou enrichissent le propos en suivant les destins séparés de Georges et Marie-Jeanne fait pour être ensemble avant que la guerre n’éclate et oblige à faire des choix de raison, quitte pour elle à se jeter dans la gueule du loup et à épouser le détestable Jean-Claude. L’occasion pour les auteurs de multiplier les péripéties, certaines porteuses d’autres menant les protagonistes à laisser de la chair et du sang sur les barbelés, ou pire. Pour peu qu’une brebis galeuse se soit dissimulée dans vos rangs, c’est toute votre cache, vos plans et vos forces vives qui risquent de tomber sur un champ de bataille.

© Dubois/Phalippou/Larme chez Paquet

Le trait rond et expressif de Jérôme Phalippou ne l’empêche pas de semer le drame et la violence, brutale et réaliste, à pleurer, sur le chemin des héros, ou plutôt de ces hommes et femmes en quête d’un monde de paix. Puis, pur les bédéphiles avertis, on trouve, comme dans le premier tome, en ces pages, quelques troisièmes rôles ou figurants qui nous sont familiers, comme Marc Jaguar. Des héros en général insouciants mais qui, dans les turpitudes de la guerre, n’en mènent pas large non plus. Ici, Benoît Brisefer, Fantasio et d’autres se feraient tuer. C’est fort. Il y a Les enfants de la résistance et, dans le même coin, ces adultes de la résistance ne sont pas mal dans leur genre, non plus. Dans un Marvel, on pourrait même rêver d’un crossover!

© Dubois/Phalippou/Larme chez Paquet

Série : Le Merlu

Tome : 2 – Les routes du sang

Scénario : Thierry Dubois

Dessin : Jérôme Phalippou

Couleurs : Patrick Larme

Genre : Drame, Guerre, Histoire

Éditeur : Paquet

Nbre de pages : 56

Prix : 15€

Date de sortie : le 05/05/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.