Déconfinement au 109, rue des soupirs: les fantômes se transcendent dans la ville inconnue pour sauver leur protégé mais leurs plus grands ennemis sont eux-mêmes!

Pour le moment, je me suis lancé dans une opération « rattrapage de films d’horreur », notamment de la franchise Conjuring. Je profite des moments où je suis seul à la maison pour ne pas glacer le sang des autres habitants, entre cris et chair de poule. On aime ou on n’aime pas se faire peur, mais toujours est-il que face à des maisons hantées, la constante est toujours la même et les familles tyrannisées par les esprits frappeurs et autres fantômes n’ont qu’une envie, faire leur bagage et déménager le plus loin possible. Pourtant, au 109 rue des soupirs, à Belle-en-joie, force est de constater qu’on retourne toujours avec ferveur visiter Eva, Walter, Angus et Amédée. Même si, cette fois, ce sont eux qui sortent des quatre murs où ils sont damnés mais heureux.

À lire aussi | Le fantomatique vaudevillesque, un début de série désopilant

À lire aussi | Branle-bas de combat chez les revenants confinés entre médiatisation et inspection

© Mr Tan/Dumont chez Casterman

Résumé de l’éditeur : Ce n’est pas un matin comme les autres au 109 rue des Soupirs : Elliot a disparu ! Ses parents ne sont même pas là pour s’en apercevoir mais sa famille adoptive de fantômes, elle, est « morte » d’inquiétude. Eva, Walter, Angus et Amédée décident de partir à sa recherche. Sauf que… ça fait des siècles qu’ils n’ont pas mis le nez dehors ! Et ce n’est que le début de leurs ennuis car ils vont découvrir qu’ils ne sont pas les seuls fantômes de Belle-en joie…

© Mr Tan/Dumont chez Casterman

Toujours sous la menace d’une chasseuse de fantômes obsessionnelle qui peut débouler à tout moment, les quatre fantômes du 109, rue des soupirs, ne s’étaient pas encore aventurés à l’extérieur, nous non plus. Il faut dire que dans le labyrinthe immobilier, recelant mille et une pièces, qu’ils habitent depuis une éternité, il n’y avait pas de quoi s’embêter. Mais, cette fois, Elliot, le petit gars qui apporte du liant à cette bande ectoplasmique, a été enlevé alors que les spectres en avaient la charge. Branle-bas de combat, il va falloir faire fi des inimitiés et des phobies de chacun pour partir à la découverte de la vaste ville et retrouver la piste du ravisseur.

© Mr Tan/Dumont chez Casterman
© Mr Tan/Dumont chez Casterman

Entre humour, surprises et vraie quête donnée à chacun de leurs revenants, Mr Tan et Yomgui Dumont réussissent pleinement à revisiter leur univers et leurs délicieux personnages en les déconfinant et les extrayant hors de leur bulle de confort. Jouant des relations sociales qui animent aussi nos morts-vivants, les deux auteurs s’amusent aussi du format, commençant cette nouvelle aventure par une joute inénarrable entre Angus, celui dont la mort n’a pas mis fin au rêve de devenir un immense poète) et le narrateur. Le ton est donné, pour trouver leur chemin dans le monde des vivants (mais aussi des morts, ils vont découvrir qu’ils ne sont pas les seuls esprits farceurs de ce bourg), les fantômes vont devoir arrêter de se chamailler, de ne penser qu’à eux et se transcender pour retrouver leur petit être cher. Et peut-être, finalement, se réaliser un peu plus.

© Mr Tan/Dumont chez Casterman
© Mr Tan/Dumont chez Casterman

Sous prétexte d’une aventure fantaisiste et fantastique, Mr Tan et Yomgui Dumont continuent de faire notre bonheur, avec efficacité, cocasserie, savante folle et retournements de situations généreux. Pour les petits comme les grands, c’est savoureux et finalement très incarné.

Série : 109, rue des soupirs

Tome : 3 – Fantômes d’extérieur

Scénario : Mr Tan

Dessin : Yomgui Dumont

Noir et blanc

Genre: Fantastique, Humour, Jeunesse

Éditeur: Casterman

Collection : Jeunesse

Nbre de pages: 128

Prix: 10,90 €

Date de sortie: le 19/05/2021

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.