L’origine du Monde, la fin d’autres : entre bd de cul et pur entertainment philosophique, Geoffroy Monde impressionnant

Si un jour, vous voyez des espèces de montagnes avec des bras et des jambes tutoyer les plus hauts buildings de votre ville, pincez-vous. Si malgré tout, vous constatez que vous ne rêvez pas, c’est que vous êtes tombé dans l’imaginaire de Geoffroy Monde. Celui dans lequel des dieux olympiens peuvent également vous faire du rentre-dedans, vous passer sur le corps dans une onde de plaisir sans que vous ayez vu venir quelque chose. Geoffroy Monde, entre je-m’en-foutisme et déclinaison de sujets plus sérieux sans se départir de son audace, de ses traits d’esprit farfelus, corrosifs, irrésistibles. Dont on aura un encore plus grand panorama en mai.

À lire aussi | Sur les murs de Poussière de Geoffroy Monde, on ne s’est pas brûlé les yeux, on les a… écarquillés face aux cyclopes!

À lire aussi | Geoffroy Monde, prestidigitateur de l’absurde, de tout et De Rien!

À lire aussi | Comment réussir, un guide de développement personnel en BD, du moins du point de vue de Geoffrey Monde

 

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Poussière, un troisième et dernier tome pour faire tomber le voile des illusions

Poussière Tome 3/3 © Geoffroy Monde chez Delcourt

Résumé de l’éditeur : La Terre et la planète Alta sont-elles vouées à se détruire mutuellement et définitivement ? Alors que les cyclopes sèment le chaos sur Terre, sur Alta, la reine Kiba et le professeur Nansen, aidés par la mystérieuse organisation des Merles, cherchent toujours à briser le lien entre les deux mondes et à empêcher la guerre menée par Rachel et Valéria. Poussière réussira-t-elle à convaincre sa soeur Ayame d’apaiser la colère des géants altiens et mettre ainsi fin au conflit ?

Je ne suis pas sûr que tous les lecteurs ayant assisté au début de cet OVNI qu’est Poussière soient présents pour la conclusion. Mais ça n’enlève rien au talent de Geoffroy Monde, perché mais transcendant. C’est sûr, il faut suivre ce trublion qui a fait preuve d’une nouvelle facette de son art en imaginant cette saga interstellaire et pourtant beaucoup plus proche de nous qu’elle ne semble. Dans le troisième tome de sa trilogie, le voilà qui soulève le voile de tous les mystères éthiques et mythologiques.

À 35 ans, celui qui depuis onze ans tâche de sans cesse se renouveler dans des albums toujours plus improbables. Après avoir fait parler l’absurde, voilà Geoffroy qui veut trouver un sens à l’insensé. Sans besoin de Thanos ou autre Darkseid, notre planète bleue s’est retrouvée liée à une planète lointaine. Les deux équilibres en ont été impactés, tout va disparaître, un drôle de transfert. Pas le temps de s’installer sur un divan, pour la cause (on peut cela dit réfléchir en agissant), le temps presse. Sur Terre comme sur Alta.

Poussière Tome 3/3 © Geoffroy Monde chez Delcourt

Passant d’un décor à l’autre, Geoffroy Monde réussit une fin d’époque dévorante, épique tout en cherchant l’éthique, ce qui vaut la peine ou non d’être sauvé. Pour ce faire, il a une quantité de personnages assez phénoménale, quelques humains normaux et pas mal d’extra-terrestres équipés de super-pouvoirs qui sont autant de handicaps physiques, esthétiques. Un mal pour un bien ou pour un autre mal.

Poussière Tome 3/3 © Geoffroy Monde chez Delcourt

Entre action et réflexion philosophique, cathartique, Geoffroy Monde a trouvé les forces de son dessin qu’on n’aurait pas vu, il y a peu, s’engager (car il y en a de l’engagement, autant que de la folie) dans une telle fresque. Les effets, les dimensions mêlées au niveau de l’espace comme du graphisme, tout est maîtrisé dans ce dernier album.

Poussière Tome 3/3 © Geoffroy Monde chez Delcourt

Avec, comme dernière planche, une fin ouverte mais peut-être résignée, une fin de non-recevoir ou un aveu de faiblesse, de défaite, petit humain que nous sommes, avec tous nos combats trop grands pour nous et pourtant issus de nos comportements détestables, devant un champ des possibles métaphysique, troublant, délirant, semblant à côté de la plaque au premier abord, et viable au second. Bien plus qu’ici-bas où l’on a l’impression que l’Homme est de moins en moins capable de sauver ce qu’il a saccagé. Car malgré l’apparence que peu prendre le style Monde, la vie n’est pas un jeu vidéo.

Poussière Tome 3/3 © Geoffroy Monde chez Delcourt

Le privilège des dieux : les jeux olympX, le feu sacré au cul

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Résumé de l’éditeur : Jadis, les Dieux de l’Olympe régnaient sur trous les êtres vivants. Les Hommes leur étaient soumis… jusqu’à ce que Prométhée décide de les libérer. Pour leur insuffler le Feu Sacré, le vigoureux Titan n’eut qu’une seule solution : leur passer sur le corps, sans leur demander leur avis, répandant le savoir dans l’humanité comme une MST pandé-nique. Prométhée puni et enchaîné, la bande des dieux craignant de disparaître aux yeux des humains, envoyèrent Mercure en grande pompe, reprendre patiemment la vénérable flamme à chaque femme et chaque homme de la planète. « Plus jamais ça », dirent les humains après cette double conquéquette, en rajoutant : «Promettez-nous ».

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Ça ressemble à un manga, un livre de poche mais détrompez-vous: c’est un livre de cul. Et pas le premier, le 24e de la collection BDCul aux Éditions Les Requins-Marteaux, dernier-né (enfin depuis est sorti le Teddy Beat 3 – Sex Change de Morgan Navarro) d’une série de propositions découvertes par des auteurs de premier plan : Bastien Vivès, Aude Picault, Guillaume Bouzard, Hugues Micol ou encore Ugo Bienvenu. Le tout sous des couvertures souvent audacieuses et fabriquée avec des effets spéciaux. Pour le Privilège des Dieux, ce sont rien de moins que des éclairs argentés qui jaillissent de l’entrejambe du héros, Prométhée. Enfin, le héraut qui s’est retourné contre ses géniteurs: les dieux de l’Olympe. À cheval sur le monde entier, il ne pensait pas si bien dire, et jouir.

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Le chibre en avant, les coudes en arrière, les genoux pliés, Et tchic et tchac et tchic et tchac et tchic et tchac han-han. Des millénaires avant Fragmax, Prométhée avait déjà la rythmique pour disperser le savoir et le pouvoir des dieux: le feu sacré de la connaissance. Celui-là même qu’ils gardaient secret et sans partage pour que les terriens leur mangent dans la main. Parce que quand on croit, on a peur, on sert au mieux pour bénéficier des meilleurs auspices.

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Dans son périple iconoclaste, le Titan à la dégaine tout en muscles a ainsi décidé, pour une obscure raison, de disperser ce feu tout en devant l’allumer en toute créature humaine habitant notre monde, dans tous les continents, sous l’océan ou dans les airs. Tous, mères et pères, soeurs et frères, vieux et jeunes, devaient subir l’onde de choc, l’irrésistible vague de plaisir amenée par ce brakmar d’enfer… qui jetait un froid sur Jupiter et leur clique. La fin de leur règne était-elle en approche, coup de rein après coup de rein.

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux
Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Alors pour contrer Prométhée, pas le choix, il a fallu envoyer Mercure pour reconquérir la tête à coups de bite. Ben oui, action – réaction. Voilà comment, de manière interposée et décalée, à travers les temps et les âges, le combat du bien contre le mal a procuré bien du plaisir à une foule en sueur. Mais qui allait gagner ? Et qui allait, entre deux coïts révéler aux humains quelques secrets pour évoluer.

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

Bousculant sans aucun doute le nombre de rapports sexuels présents dans un livre (et même sans doute à l’écran), Geoffroy Monde livre un album pop et dément, hardcore mais pas trop porno. Parce qu’à force d’en montrer à tout bout de champ, l’auteur démystifie l’engin de tous les tabous et nous plonge dans son histoire héroïco-mique en s’offrant le luxe de visiter tous les décors et toutes les époques, y compris dans les costumes et les modes (vous pensiez vraiment que 208 pages – pubs comprises – durant, sans Durex, le monde entier allait courir tout nu à sa perte ou à sa révélation?). Western, prohibition, moyen-âge, tout y passe, et repasse. Le plaisir libertaire mais aussi l’amour, ce sentiment que, peut-être, les dieux ne connaissaient pas, et pouvant revêtir différentes formes. Sans s’encombrer des conventions, du regard des autres. Entre hommes entre femmes ou de manière hétéro, dans la plus grande des puretés, l’origine du Monde démonte.

Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux
Le privilège des dieux © Geoffroy Monde chez Les Requins-Marteaux

La suite, best-of parrainé par une gloire de Fluide Glacial

Et ça va continuer d’être ça fête à Monsieur Monde puisque, sous le haut patronage de Daniel Goossens, le trublion aura l’honneur du second tome de L’Institut Fluide Glacial, nouvelle collection dédiée aux auteurs qui constituent la relève de Fluide Glacial. Parmi ces 56 pages, on trouvera un best-of des planches publiées par le caméléon graphique (également auteur-compositeur-interprète dans les projets Cadet ou Attention) au fil des dernières années dans le magazine d’Umour. Ça sort le 12 mai.

Une journée dans la peau d’un auteur Fluide Glacial© Geoffroy Monde chez Fluide Glacial
© Geoffroy Monde chez Fluide Glacial
Batman le dragon © Geoffroy Monde chez Fluide Glacial
Batman le dragon © Geoffroy Monde chez Fluide Glacial
Le papa solitaire contre Florence © Geoffroy Monde chez Fluide Glacial
Les défendeurs © Geoffroy Monde chez Fluide Glacial
© Geoffroy Monde chez Fluide Glacial

Série : Poussière

Tome : 3

Scénario, dessin et couleurs : Geoffroy Monde

Genre : Aventure, Guerre, Science-fiction

Éditeur : Delcourt

Nbre de pages : 88

Prix : 17,95€

Date de sortie : le 10/02/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Série : Le privilège des dieux

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Geoffroy Monde

Genre : Aventure, Érotisme, Mythologie

Éditeur : Les requins-marteaux

Genre : BDCul

Nbre de pages : 208

Prix : 14€

Date de sortie : le 06/11/2020

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.