Walthéry sans concession, le bon dieu sans confession pour l’attendrissant p’tit bout d’chique

C’est todi les p’tits qu’on… porte dans nos coeurs de bédéphiles. Si Cédric, le petit Spirou ou autres Toto continuent de vivre leur éternelle jeunesse dans l’espièglerie qui les caractérise, nous n’avions plus de nouvelles de la part du p’tit bout d’chique. Comme les Éditions du Tiroir sont partout et ont très vite attiré le vénérable François Walthéry dans les pages de leur Aventure, les voilà qui sortent ce bonhomme au pull rouge beaucoup trop grand du grenier, comme un petit père Noël, pour rééditer l’intégralité de ses pages signées Walthéry, avec l’aide de Michel Dusart, Serdu et Jean-François De Marchin. Un tout nouvel album en prime.

© François Walthéry

Résumé de l’éditeur : On ne présente plus Le p’tit bout d’chique dont la poésie, la tendresse et l’humour firent les beaux jours du journal Spirou. Voici enfin rassemblé, dans un beau volume de 160 pages, l’intégralité des planches dessinées par François Walthéry l’auteur de Natacha. Cerise sur le gâteau, 44 pages inédites en album ainsi qu’un dossier de présentation richement illustré.

© François Walthéry

À la pèche ou à la plage, à la ville déboussolante ou à la campagne si exaltante, entre la tendresse du passé et l’avenir en culottes courtes qu’il incarnait dans son petit village, quarante-cinq ans après sa première apparition, le P’tit bout d’Chique n’a pas changé. Il faut dire que son papa, dont il est aussi le reflet des années sans souci, est lui aussi un éternel gamin, un ado sur qui le temps n’a pas de prise, au contraire du dieu crayon qu’il ne risque pas de lâcher, pris dans multiples projets (une nouvelle héroïne, Sofia Stromboli, avec André Taymans, notamment). Mais, au fond, après lecture de ces 164 planches qui fleurent bon la poésie et la tendresse, ce personnage craquant, pouvant tout à fait être l’ami des têtes blondes, n’était-il pas réalisé en direction des adultes, avant tout ?

En effet, au contraire d’autres héros qui nous invitent à replonger dans le bain de l’enfance, le petit François est universel dans sa manière de tenir un double discours, entre les évasions de djones et une charpente qui va plus loin, prêtant l’oeil aiguisé sur notre société, son patrimoine, ce qui reste ou ce qui se perd. Le p’tit bout d’chique, c’est de la BD patrimoniale, comme on aime le dire, dans tous les sens du terme. Sans bouder les petits plaisirs pour ce qu’ils sont, la cocasserie de chaque instant bien aidé par le tempérament de son héros, qui n’a pas de pareil dans le monde de la BD. Typique.

© François Walthéry aux Éditions du Tiroir

Dans cet album, le lecteur retrouve le bonheur de se promener dans la verdure et les vieilles pierres en compagnie de François Walthéry. Pourtant, le travail de celui qui devait toujours plus affréter les avions de la compagnie Bardaf sur cette série représentant ses jeunes années fut bien éphémère. Des planches, deux albums (trois en comptant le hors-série Le P’tit Bouquin) et puis s’en va et laisse sa place à son mentor de la première heure Mittéi. Qui, en y mettant son style, désincarnera quelque peu le personnage mais lui offrira quatre albums supplémentaires. Dont des vacances que François Walthéry ferait plus que remastériser en 2009 pour un projet de réédition chez Dupuis qui ne vit jamais le jour.

© François Walthéry aux Éditions du Tiroir
© François Walthéry aux Éditions du Tiroir
© François Walthéry aux Éditions du Tiroir

Tout bonus pour les Éditions du Tiroir qui ont récupéré le bébé et l’ont entouré d’affection dans un album ne reprenant donc pas les travaux de Mittéi mais bien les pages jamais sorties jusqu’ici du P’tit bout d’chique nouvelle mouture, dépaysante. Après s’être vu en gagnant du Tour de France, voilà mini-Walthéry qui emmène les souvenirs de vacances sur le sable fin, avec une tante (jumelle de Rubine). Et les hommes de main de l’hôtel, pas très metoo, sont bien décidés à la tirer dans leurs filets, pour ne pas dire leur lit. Mais avec un môme qui s’interpose de toute sa naïve insolence, le plan va se dérouler avec beaucoup d’accrocs.

© François Walthéry aux Éditions du Tiroir
© François Walthéry aux Éditions du Tiroir

Bref, une joyeuse redécouverte, pleine de peps, d’action et d’amour. Ah oui, pour terminer, ce nouveau recueil donne des idées de suite au diable de Cheratte qui verrait bien son acolyte Jean-François De Marchin en présider le dessin.

© François Walthéry aux Éditions du Tiroir

Série : Le p’tit bout d’chique

Intégrale

Scénario : François Walthéry, Serdu, Michel Dusart

Dessin : François Walthéry (assisté de Jean-François De Marchin)

Couleurs : Leonardo Vittorio, Cerise

Genre : Histoires courtes, Humour

Éditeur : Les éditions du Tiroir

Nbre de pages : 164

Prix : 30€

Date de sortie : le 27/11/2020

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.