Noël est à nos portes et s’invite dans nos bibliothèques pour les petits et/ou les grands #4: réveillon au château ou dans une maison-bonbon

Continuons ce topic là où nous l’avions commencé, dans le monde des contes, mais cette fois en albums illustrés plus qu’en BD. Il est encore question des incontournables Frères Grimm, avec Hansel et Gretel revu par Jean-Pierre Kerloc’h et Caroline Desse, et de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont qui, si son nom ne vous dit rien, popularisera et jeta les bases des futures adaptations de rien de mieux que La Belle et la Bête. Cette fois apprivoisées et animées vocalement par Marlène Jobert et sa fille Eva Green sur les illustrations puissantes d’Éric Puybaret.

#1 : Trois Grimm méconnus mais voyageurs

#2 : 12 boules de neige bien balancées

#3 : Seuls mais ensemble avec la bande à Spirou

© Caroline Desse

La Belle et la Bête

© Éric Puybaret chez Glénat Jeunesse

Résumé de l’éditeur : Comment une aussi jolie jeune fille que la Belle pourrait-elle aimer cette horrible Bête ? Car, pour sauver son père imprudent qui lui a volé des roses, la voilà retenue prisonnière dans le château du monstre. Pourtant, plus les jours passent, moins la Belle a peur : mais qui se cache donc vraiment sous le masque de la Bête ?

© Éric Puybaret chez Glénat Jeunesse

Là encore, oubliez Disney. Si La Belle et la Bête est un conte vieux comme le monde (antique, en tout cas, puisque l’une des premières traces remonte à l’Empire Romain), c’est au XVIIIe siècle que Jeanne-Marie Leprince en fit une version qui passerait à la postérité. Pas d’objets qui s’animent, ici; pas d’effets spéciaux ni de révolte villageoise, mais plutôt quelque chose de pur et de dépouillé.

© Éric Puybaret chez Glénat Jeunesse

Ainsi rencontre-t-on Belle, cadette de deux pestes dont beaucoup de contes sont accoutumés. Toutes trois vivent avec leur père, jusqu’à ce que celui-ci fasse un mauvais pas, condamnant sa chouchoute, volontaire et le coeur sur la main, à un destin de recluse, dans un château hantée par une bête. La suite, vous ne la connaissez peut-être pas, donc.

© Éric Puybaret

Depuis des décennies, Marlène Jobert n’a pas son pareil pour faire vivre les histoires d’hier et d’avant-hier qui ont pourtant toujours du sens aujourd’hui. Voilà donc qu’elle embarque sa fille pour faire vibrer un peu plus la corde de la famille, du lien intime qui résonne tant dans cette histoire subtile. Si le cd est bien rangé parmi un tapis de roses qui scelleront la trajectoire de cette drôle de rencontre, c’est bien à fleur de papier que s’apprécie aussi cette histoire. Simultanément à la version audio ou pas, Éric Puybaret fait valoir tout son savoir-faire, sa dramaturgie graphique autant que sa poésie.

© Éric Puybaret

Dans des monumentaux décors, relief en prime, l’illustrateur semble disposer de l’héritage d’un Roi et l’oiseau, et c’est ainsi qu’il y balade ses personnages, avec le coeur plus ou moins lourd. La beauté de Belle saute aux yeux mais il ne doit pas être évident de se réapproprier un monstre qui a tant marqué la rétine selon l’une ou l’autre de ses incarnations comme la Bête. Il l’approche ainsi à petits pas, d’un murmure à une gueule, puis à un corps dévoilé, encore plus laid, grotesque même. Petit à petit, Éric Puybaret témoigne de la laideur de son prince pas comme les autres avant de l’apprivoiser. Jouant entre gravité et tendresse, le dessinateur réussit une belle révision. On (re)tombe sous le charme de ce couple peu conventionnel.

© Marlène Jobert/Éric Puybaret chez Glénat Jeunesse

Hansel et Gretel

© Caroline Desse chez Glénat Jeunesse
© Caroline Desse chez Glénat Jeunesse

Résumé de l’éditeur : Hansel et Gretel sont abandonnés dans la forêt par leur père et leur méchante belle-mère, qui n’ont plus de quoi les nourrir. Heureusement, le petit garçon a plus d’un tour dans son sac pour retrouver le chemin de la maison ! Mais c’est sans compter sur la cruauté de leur marâtre, résolue à se séparer d’eux définitivement. Perdus, affamés et désespérés, les deux enfants découvrent alors une maison en pain d’épices au milieu des bois ! Mais gare à la sorcière qui rôde…

© Caroline Desse chez Glénat Jeunesse

Quand les belles-soeurs méchantes laissent leur place à un grand-frère vaillant sur lequel à qui on peut s’en remettre, on peut compter sur les contes et leurs auteurs pour corser la recette en y ajoutant, par exemple, une belle-mère acariâtre (nous l’avions déjà vu dans Le conte du Genévrier). Comme celle d’Hansel et Gretel qui va profiter d’une situation de pauvreté avancée pour instiller dans l’esprit de son bûcheron de mari l’idée de perdre ses deux enfants. De confier leur destinée aux racines de la vaste forêt environnante qui, avec un peu de chance, leur offrira une meilleure vie.

© Caroline Desse

Oui, sauf que, la forêt n’est pas uniquement peuplée de bonnes intentions, il y a là des créatures malsaines. Et Hansel et Gretel n’ont pas franchement envie de s’y perdre, prévenants même si leur papa et sa compagne faussette leur ont seulement dit qu’ils les emmenaient en balade. Après tout, ils ne sont qu’à quelques jets de pierres de leur maison. Mais quand celles-ci laissent la place à des miettes, les oiseaux ont vite fait d’en faire un festin et nos jeunes héros de ne plus retrouver leur chemin, quitte à s’approcher d’une délicieuse maison, pleine de promesses sucrées mais qui cache bien son jeu.

© Caroline Desse
© Caroline Desse

D’un vol d’oiseaux pour refermer le piège à un autre qui ramène la vie à son berceau, Jean-Pierre Kerloc’h met l’horreur à portée de rigolade enfantine, même face à une infernale Baba Yaga. C’est rythmé et ça sonne bien. D’autant plus que, comme des bonbons, Caroline Desse a bien emballé cette histoire. C’est Fantasia. Il y a du mouvement et mille couleurs dans chacune des illustrations de la créatrice d’univers. On sent le sucre sur nos doigts et la chair de poule qui s’empare des enfants quand la maléfique sorcière; impressionnante, se dresse face à eux. Quel beau moment que cette lecture à l’iconographie, là encore, puissante.

Titre : La Belle et la Bête

D’après le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont

Livre-audio illustré

Adapté et interprété par Marlène Jobert et Eva Green

Illustrations : Éric Puybaret

Illustrations sonore : Éric Debègue

Genre : Conte, Drame, Fantastique, Romance

Editeur : Glénat Jeunesse

Nbre de pages : 40

Prix : 18,90 €

Date de sortie : le 04/11/2020


Titre : Hansel et Gretel

D’après le conte des Frères Grimm

Album illustré

Texte : Jean-Pierre Kerloc’h

Illustrations : Caroline Desse

Genre : Aventure, Conte, Drame, Fantastique

Editeur : Glénat Jeunesse

Nbre de pages : 40

Prix : 13 €

Date de sortie : le 21/10/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.