Obie Koul, un album BD inédit et attachant pour parler tant de science-fiction que de harcèlement

Récompensée par le Prix des Collèges 2020 au 47e Festival International de la BD d’Angoulême, Obie Koul dégaîne son deuxième tome et propose le premier à 2€ dans la sélection 48h BD de ces 3 et 4 juillet chez tous les libraires participants. Les éditions Kennes accompagnées par un trio imaginatif Makyo, Buffolo et Dottori ont réalisé le premier tome d’une aventure qui pourrait être galactique.

Résumé: Mia vit sur Terre, Elzeki est extraterrestre. Mia a été enlevée par Elzeki lors d’une mission d’exploration. Ils se sont aimés, puis séparés. De leur amour hétéroplanétaire est né un fils, Obie. A 12 ans, l’adolescent ne sait toujours rien des origines de son père. Lorsque ses parents lui expliquent enfin la vérité, il n’en revient pas. Dorénavant, il va devoir passer un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires sur une autre planète…Trop cool!

Qu’il est difficile de s’intégrer dans une nouvelle école. Encore plus quand on vient d’emménager dans le quartier. Obie et sa maman, Mia, entament un nouveau cycle scolaire ensemble, l’un en tant qu’élève et l’autre en tant que prof. Mais l’adaptation risque d’être un peu plus compliquée pour le jeune garçon. Pris à partie par deux bandes rivales, il va devoir faire un choix. Mais comment choisir entre la peste et le choléra? Il demande alors conseil à son père, souvent absent, et constate que celui-ci lui cache des choses… mais quoi? Comprenant le désarroi de leur fils, Mia et Elzeki lui apprennent la vérité sur ces origines. Comment va-t-il pouvoir affronter les Kill Dolls et les Raging Bulls ainsi que son patrimoine extraterrestre?

Cet album, on le doit à la conjugaison de trois talents. Au scénario, nous retrouvons Pierre Makyo au scénario. Il a travaillé sur Spirou, Malaurie: L’appel de Thulé, Les deux coeurs de l’Egypte, entre de nombreux autres. Le dessin est, lui pris en charge par Alessia Buffolo, elle a participé Aux carnets de Grrreeny avec Midam et Adam. Alessandra Dottori prête ces couleurs tout au long de l’aventure.

Le scénario de science-fiction de ce premier tome tient la route et promet de chouettes rebondissements dans les prochains albums. Mais l’originalité principale est le brillant mariage de la SF avec des problèmes beaucoup plus sensibles tels que le divorce ou le harcèlement scolaire et tous ce qui en découle (chantage, violence mentale et/ou physique). On peut regretter que, pour l’instant, Obie ne réponde à ses persécuteurs que par l’intermédiaires de « gadgets » proposés par son père ». Comme cet album est proposé aux ados dès l’âge de 11 ans, on aurait aimé voir des solutions plus « terriennes ». Patience, sans doute, Obie devrait évoluer au fur et à mesure de son parcours initiatique.

Cela dit, beaucoup de personnages de second plan sont très stéréotypés, j’espère que l’aspect psychologique sera un peu plus nuancé par la suite. Makyo peut en tout cas reposer son conte sur l’excellent travail graphique proposé par Buffolo. Dès la couverture le ton est donné. Le visage du héros en gros plan sur un fond constellé d’étoile est juste magnifique. Il attire directement l’attention et donne envie d’aller plus loin. C’est une invitation à la lecture ou aux voyages stellaires. Le format des cases n’est pas des plus révolutionnaire mais fonctionne bien même si le rythme est finalement assez lent. Le design des personnages est sympathique et plaira à beaucoup. Les traits des visages sont doux et précis. Les costumes habits collent bien au thème de la série. L’environnement est riche et varié avec un véritable engagement sur les détails et finitions. La complexité des bâtiments et les perspectives sont bien respectées. Le choix des couleurs est très judicieux et met en valeur tout l’album.

Je recommande cet album: sous ses aspects simples, il dégage du potentiel. À l’instar de son héros. L’histoire est évolutive et peut s’ouvrir sur beaucoup de variations. On découvrira l’éveil du pouvoir caché de Obie, mais aussi la suite de sa vie sur Terre. Ou bien peut-être encore la rencontre d’autres peuples ou la découverte d’autres planètes. Le champ des possibles semble illimité. Les Editions Kennes ont réalisé un beau travail d’impression. Le papier est de bonne qualité et le rendu des couleurs est magnifique. Grâce à cette série, j’espère voyager autant dans l’espace que dans la psyché. Et qui mieux qu’un demi-extraterrestre pourrait comprendre toutes les vicissitudes de l’âme humaine.

Titre: Obie Koul

Tome: 1 – Un week-end sur deux chez mon père

Scénario: Makyo

Dessin: Alessia Buffolo

Couleur: Alessandra Dottori

Genre: Science Fiction/aventure/jeunesse

Éditeur: Kennes Editions

Nombre de pages: 56

Prix: 11,95€

Date de sortie: 22 mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.