La prochaine BD « Astérix » sera un Idéfix (!) dessiné par Jean Bastide et parlera de… confinement: Fluctuat N-hic ! Mergitur

Comme la recette de la potion magique, dans l’univers d’Astérix et des Éditions Albert René, il y a des secrets bien gardés. Mais quand ils sont dévoilés, ils font grand bruit. Alors qu’on savait que 52 épisodes d’une série animée étaient en préparation, l’équipe de communication avait omis de nous dire qu’en parallèle une nouvelle série BD avait été mise sur pied, éponyme: Idéfix et les Irréductibles. 

À lire aussi | Dessins hommages | Irréductible et désormais immortel, Uderzo laisse Astérix et Obélix orphelins mais riches d’amis

Idéfix et les irréductibles – la série télé et bd © Les Éditions Albert René

« Idéfix est bientôt prêt à crever le petit écran avec ses irréductibles, mais la bande va d’abord se dégourdir les pattes sur papier, pour le plus grand plaisir des fans de BD ». C’est par ce chapeau que le neuvième numéro, estival, d’Astérix Max (qui surfe la vague sur un malheureux légionnaire, ça plane pour lui comme dirait un barde qui a longtemps chanté le petit gaulois) lève le lièvre. Ou plutôt le sanglier. Car si nous savions depuis longtemps qu’une série animée (la première dans l’univers gaulois de Goscinny et Uderzo) était en chantier, la révélation d’un nouvelle série BD est une surprise, même un peu attendue. Alors que nous attendions la réédition en album illustré de ce qui, en son temps avait été un livre disque Le Menhir d’or, avec les mots de Goscinny et les dessins d’Uderzo; une nouvelle équipe veille donc à la destinée de celui qui fait partie du club très sélect des incontournables toutous de BD.

Idéfix et les irréductibles – la série télé © Les Éditions Albert René

Si le scénario sera assumé par Matthieu Choquet, nouveau venu dans la BD en tant que telle mais spécialiste en écriture pour de nombreuses séries animées adaptées de BD (Les Dalton, Lanfeust Quest, Lastman) entre autres Wakfu et Miraculous, le dessin a lui été confié par un autre repreneur de petits chiens : Jean Bastide. Déjà successeur de Laurent Verron et de Roba sur la série Boule et Bill après avoir fait ses armes dans des albums à destination plus adulte comme Notre Dame ou La guerre des Sambre, Jean Bastide s’attaque donc à d’autres monstres sacrés. Une nouvelle fois à hauteur de meilleur ami de l’homme.

© Jean Bastide

C’est vrai que ces derniers mois, entre des Boule et des Bill, de nombreuses études de personnages uderzesque peuplaient le mur Facebook du dessinateur. Nous n’avions pas tilté. Comme tant d’autres, tant maître Uderzo fait école. Cette fois, c’est donc concret et l’aperçu donné dans Astérix Max, entre quelques croquis et la toute première planche de l’album à venir, est plus que convaincant, dans le style qui a conduit les Gaulois à la conquête du Neuvième Art. La bonhomie gauloise, gros pifs et yeux ahuris, secoués par le hoquet, est finement exécutée. Provoquant plus qu’un sourire sur les 11 cases composant cette planche alléchante.

© Choquet/Bastide aux Éditions Albert René
© Choquet/Bastide aux Éditions Albert René

Entre un clin d’oeil à Jean-Jacquix Goldman et une épidémie qui semble frapper le peuple d’irréductibles mais aussi les poules, Idéfix déambule avec Turbine, la chienne la plus rapide de Lutèce, dans le village reconstitué. Car oui, « nous sommes en 52 avant Jésus-Christ, tout Lutèce est occupée par les Romains… Tout Lutèce ? Non !  Un petit groupe d’irréductibles animaux lutéciens menés par Idéfix résiste encore et toujours aux projets de romanisation de la cité et la vie n’est pas facile pour le général Labiénus et la meute de chiens romains qui tentent de faire régner la Paix Romaine dans Lutèce », détaillait le n°3 de la revue confinée et gratuite Irréductibles avec Astérix.

Idéfix et les irréductibles – la série télé et bd © Les Éditions Albert René
Idéfix et les irréductibles – la série télé et bd © Les Éditions Albert René/Irréductibles avec Astérix

Que racontera ce premier épisode ? On vous le donne en mille : un confinement ! Intitulé Fluctuat N-hic ! Mergitur, « Une mystérieuse épidémie de hoquet pousse les Romains à imposer une quarantaine dans tout Lutèce. Idéfix doit aller chercher l’aide du druide Amnésix qui vit en forêt. Mais, les Romains ont prévu d’enlever le druide… » Forcément, une BD ne se fait pas en trois mois et Matthieu Choquet précise, s’il en était besoin, qu’il a eu cette idée bien avant le confinement 2020. L’histoire complète est annoncée pour une parution dans le numéro 10 d’Astérix Max. Une histoire courte, peut-être ? Avant un album ? Y verra-t-on Astérix et Obélix ? Mystère jusqu’ici mais pour la dernière question, il y a de fortes chances que les deux héros casqués soient absents, Idéfix et les irréductibles étant envisagé comme une série préquelle aux albums du duo comix.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toujours est-il que ces 192 pages de magazine permettent d’en savoir plus sur la série elle-même. Si l’on avait appris que la première saison de la série serait composé de 52 épisodes de 11min30 qui seront diffusés en 2021 sur l’antenne de France Télévisions, Matthieu Choquet en livre plus sur la teneur. « Chaque épisode est pour Idéfix et ses amis une leçon de vie. (…) En quoi les aventures de nos héros vont leur apprendre quelque chose et, à travers eux, apprendre quelque chose aux spectateurs, tout en les amusant? » Une quinzaine de chercheurs d’idées a donc donné de la matière à cette série réalisée en 3D.

Idéfix et les irréductibles – la série télé © Les Éditions Albert René

S’il peut sembler étonnant qu’en soixante ans, ce soit la première fois que le petit gaulois et son univers bénéficient d’une adaptation en série animée (alors que les Schtroumpfs, Spirou, Lucky Luke, Blake et Mortimer et tant d’autres ont passé le cap depuis longtemps), n’oublions pas qu’Astérix et son irrésistible bande ont été gâtés sur grand écran, dès 1967 avec Astérix le Gaulois, puis 1968 avec Astérix et Cléopâtre. Ce dernier dans lequel Idéfix apparaît pour la première fois animé, quelques années après être né sur papier dans le Tour de Gaule. Pour mieux faciliter le passage à l’écran, les animateurs avaient demandé à Uderzo de revoir la hauteur sur pattes de ce chien (quelque part entre le schnauzer blanc, le bichon maltais et le West Highland white terrier). De quoi nous laisser penser, cinquante ans plus tard, qu’Idéfix était prédestiné à une carrière animée ! 

© Goscinny/Uderzo aux Éditions Albert René

Cela dit, le chien blanc qui pleure quand un arbre est coupé (et là encore, c’est très contemporain) a déjà bien vécu sur papier. Dans des petits livres illustrés édités par Dargaud dans les années 70 puis 80, Idéfix a connu 18 aventures (une collection de seize, une autre de deux) qui l’entraînaient à la découvert de la faune et la flore gauloise. Avant, donc, les années 2020, et un premier album BD qui devrait être suivi d’un autre. La chute de l’Empire gaulois, irréductible, n’est pas près d’avoir lieux ! 

Pour en savoir plus, le n°9 du trimestriel Astérix Max est dans les librairies et kiosques depuis ce mois de juillet. Outre les exclus, il propose une foule de jeux, des hommages à Albert Uderzo, des pages people et cuisine, des jeux sans oublier de la BD avec des planches d’Astérix mais aussi de Benjamin et Benjamine et de Luc Junior. Disponible pour 4,99€.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.