Sublime Olive, la tête dans la lune, les idées dans sa bulle et un avion qui lui vole dans les plumes

Être seul avec soi-même, ou à peu de chose près, nous en faisons la drôle d’expérience depuis quelques semaines dont l’Histoire de la Santé se rappellera. Olive, dans le premier opus d’une tétralogie sorti in extremis pour nous donner un peu de réconfort et de lecture imagée intelligente, elle semble connaître cette situation depuis bien longtemps. Notre jeune héroïne trouve le réconfort et la sécurité dans son monde intérieur, bien organisé, intangible pour ses pairs et ses parents… Jusqu’au jour où un élément échappe à son contrôle.

Résumé de l’éditeur : Olive, c’est l’histoire d’une fille de 17 ans, très timide et renfermée mais à l’imagination débordante. Un jour dans le monde onirique qu’elle s’est créée au fil des années débarque Lenny, un spationaute blessé et malade. Que fait donc cet homme dans son espace réservé où personne n’est jamais invité ?

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Si Olive arrive en ce début d’année 2020 pour mieux nous mettre du baume au coeur et de l’évasion dans la tête, cela semble faire très longtemps que l’incroyable et sensible Véro Cazot laisse mijoter cette idée. Parce qu’il y a un peu d’Olive en elle, dans les souvenirs de sa jeunesse, d’une timidité pas si maladive mais peut-être incompréhensible pour les experts en manque de solution mais aimant à avoir le dernier mot. Alors que, parfois, ne faut-il pas être le héros de sa vie, de son intimité, et soi-même trouver la clé ? Faire preuve d’instigation.

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Olive, elle vit son existence à part. En classe mais ailleurs, à table mais pas là. Dans un monde qu’il est bien difficile d’appréhender – chacun en trouve les moyens plus ou moins facilement, en fonction de son bagage -, elle a préféré trouver refuge, face au vertige, dans de la ouate bubble-gum entouré d’un canard nommé Noël, d’un pouf translucide sur un océan de possible. Olive est la déesse-créatrice d’un monde qui lui répond ce qu’elle veut entendre, d’une bulle de confort. Et chaque retour au réel, entre une psychologue qui préfère ne pas comprendre et un « camarade » qui coupe les étiquettes des pulls XS qu’elle met à l’envers, n’en est que plus difficile.

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Mais comme « on » refuse d’abandonner Olive à ses pulsions imaginaires, « on » (mieux vaut l’impersonnel pour qualifier tout ce beau monde qui veut aider Olive mais fait pire que mieux – sauver quelqu’un commence par la compréhension) tente de la raccrocher à la réalité, en lui adjoignant la compagnie de l’excentrique Charlie dans sa chambre d’internat. À un moment qui coïncide avec l’arrivée dans la bulle d’Olive d’un astronaute sorti de nulle part. Ou peut-être du passé? Du présent ? Du futur ?

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Entre ici et là-bas, c’est incroyable la richesse que développent Véro Cazot et Lucy Mazel. Chaque album fera a priori 56 pages, on a l’impression d’en lire pourtant le double. Tant dans les petits rituels, les petits détails semblant sans importance, Cazot est précise dans ce qu’elle veut raconter et amène du sens tandis que Mazel le lui rend bien. Le lui rend mieux avec ce dessin chatoyant, lumineux, avec de la personnalité et de l’esprit. Après Communardes ou Edelweiss, c’est fou comme les histoires de femmes lui vont bien, l’inspirent.

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Dans la richesse de cet album – à vrai dire, petit privilégié que je suis, j’ai pu lire le deuxième tome « Allô la Terre » en primeur (non finalisé puisque les dernières planches sont en work in progress à côté du scénario très pointu de Véro Cazot), qui nous emmène ailleurs -, heureusement, pour rendre le plaisir et les émotions durables, le duo bien trouvé n’épuise rien. Le premier album a le goût des OVLI, le deuxième nous donne les premières clés de compréhension imparables et pourtant étonnantes pour mêler inconscient et subconscient, le before-live plutôt que l’after-life. Quelle promesse nous dessinent ces deux auteures !

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Pour mettre du baume au coeur de notre confinement, Dupuis invite chacun a dessiner son Olive par des fan-art, des réappropriations « draw in your style ». Exemple.

Série : Olive

Tome : 1/4 – Une lune bleue dans la tête

Scénario : Véro Cazot

Dessin et couleurs : Lucy Mazel

Genre : Aventure, Drame, Fantastique

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 56

Prix : 12,50€

Date de sortie : le 06/03/2020

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.