Olive, nouvelle étoile de la BD de plus en plus radieuse et forte en son for intérieur et dans l’espace extérieur

Allô la terre, voilà de quoi prendre le contre-pied de tous ces regards qui, depuis quelques jours, sont un peu plus braqués vers l’espace et la Station spatiale internationale dont Thomas Pesquet sera bientôt le commandant de bord, en compagnie de Shane Kimbrough, Megan McArthur et Akihiko Hoshide. Pas de Crew Dragon (le vaisseau de ces spationautes bien réels) ici, mais un gigantesque canard en plastique jaune pour accompagner Olive dans l’immensément grand et intérieur. Refermée sur elle-même, se disant autiste sans que cela ne se voie confirmé; Olive, c’est ce personnage qu’on voit au quatrième plan d’habitude, qui n’existe que parce que les autres lui jouent des tours de cochons, qui est transparent. Inintéressant. Ce n’était pas vrai, ça l’est d’autant plus depuis que Véro Cazot et Lucy Mazel sont entrées dans sa bulle pour en faire une héroïne de BD. Une bulle qu’elle partage désormais avec un spationaute tombé d’on ne sait où et que tout le monde, sur terre, recherche. Car, à la surface, il est porté disparu et en grand danger.

Chronique du tome 1 : Sublime Olive, la tête dans la lune, les idées dans sa bulle et un avion qui lui vole dans les plumes

Résumé de l’éditeur : Un jour dans le monde onirique qu’Olive s’est créé au fil des années débarque Lenny, un spationaute blessé et malade. Que fait donc cet homme dans son espace réservé où personne n’est jamais invité ? Olive est encore plus perturbée quand elle se rend compte que Lenny existe vraiment dans la vie réelle et que la capsule qui le ramenait d’une mission spatiale s’est écrasée quelque part sur terre. Mais personne ne sait où précisément. Avec l’aide de Charlie, sa nouvelle compagne d’internat très extravertie, Olive va devoir se faire violence pour sortir de sa zone de confort et partir à l’aventure pour tenter de sauver la vie de Lenny…

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Après un très riche premier tome qui plantait le décor tout en faisant cohabiter avec grâce et mystère le monde réel et celui ouaté et protégé d’Olive, Véro Cazot et Lucy Mazel donnent un peu plus de sens à la vie, d’Olive. Un but qui va l’obliger à se transcender, à se lier d’amitié avec Charlie, sa comparse de chambre qui n’est pas si invivable que ça même si c’est vrai qu’elle compense avec folie et dynamisme ravageurs l’hermétisme d’Olive. Les deux font la paire, complices et complémentaires. Chacune avec ses forces et ses faiblesses. Et passant du on au off, sans que personne ne s’y attende, Olive avait bien besoin d’une personne comme ça, qui croie sur parole les aventures intérieures qu’elle vit, irrationnelles. Une personne sur l’épaule de laquelle elle peut se reposer mais qui puisse aussi la secouer.

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Entre l’école (dont, reboostée par la drôle de mission qui lui arrive, Olive ne décrochera pas) et le temps libre, les informations radio ou télé rythment désormais la vie des deux copines. Le constat est alarmant : on n’a toujours pas retrouvé Lenny Popincourt. Cet intrus qui squattait l’imaginaire d’Olive existe bel et bien dans la réalité et est sans doute en tête des trends sur les réseaux sociaux. On le recherche, en espérant qu’il soit plus vif que mort. Mais pourquoi l’aventurier de l’espace persiste-t-il à appeler Olive, Ava ? Se sont-ils connus dans une autre vie? Et pourquoi Lenny rêve-t-il désormais plus de la « maison » d’Olive que de la sienne?

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Tant à reculons que vers l’avant, multipliant les allers-retours, l’enquête se déroule pas à pas, car il faut d’abord accepter l’intangible et l’irréel. Olive nage dedans depuis longtemps, elle s’étonne à peine de voir sur la banquise de son inconscient un phoque ou un mammouth. Mais ce dont elle ne se doutait pas, c’est que de près ou de loin, les éléments ramenés de ses songes éveillés pourraient lui indiquer où, sur le globe, Lenny s’est écrasé. Olive et Charlie en sont certaines, elles sont les seules à pouvoir retrouver l’astronaute. Car, jusqu’ici, qui voudrait les croire ?

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Au bout de ces 56 pages, un long cheminement s’est encore fait, creusant la psychologie d’Olive et lui offrant le rôle de sa nouvelle vie, combative, éveillée à la chance unique qui lui est donnée de se révéler… mais aussi celle de comprendre pourquoi elle en est là aujourd’hui. À son habitude, Véro Cazot ne reste pas en surface, soulève chez son héroïne des thèmes très personnels mais aussi très universels, des drames comme des petits bonheurs, dans lesquels chaque lecteur pourra se servir pour grandir. Dans cet univers mélancolique et froid, où il arrive que l’héroïne perde pied, trébuche, Lucy Mazel fait des merveilles et apporte toute la chaleur de son univers graphique, sa douceur et une humanité qui illumine tous les regards de cette histoire-fleuve et d’ores et déjà marquante de par ses lumineuses différences.

© Cazot/Mazel chez Dupuis

Série : Olive

Tome : 2/4 – Allô la terre?

Scénario : Véro Cazot

Dessin et couleurs : Lucy Mazel

Genre : Aventure, Drame, Fantastique

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 56

Prix : 12,50€

Date de sortie : le 12/02/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.