Edelweiss : duo(s) au sommet face aux tempêtes de neige de la vie

Certains rêvent de montagnes d’or tandis qu’à d’autres un edelweiss suffit. Mais quel edelweiss ! De ces fleurs qui vous obsèdent toute la vie comme un but qu’un jour ou l’autre vous serez bien obligé d’atteindre. Cette histoire, c’est celle contée par Cédric Mayen et Lucy Mazel. Et même si c’est l’été, que le soleil brûle, on se laisse allègrement transporter sur ce tapis de neige qui, comme la vie, fait jouer le bonheur mais aussi le malheur.

Résumé de l’éditeur : Été 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser.

Recherches pour Edmond et Olympe © Mazel

Des hauts, des bas, elle n’ont pas besoin d’être russes, les montagnes, pour amener le coeur au zénith ou briser des destins, pour faire sourire les exploits de la glisse ou faire couler des larmes sur le manteau blanc. L’histoire d’Edmond et Olympe se passe sur plusieurs décennies, loin des sommets aux neiges quasi-éternelles ou à flanc de montagne, la tête dans les nuages ou les pieds dans la froidure.

© Mayen/Mazel chez Vents d’Ouest

Ils ne sont pas du même bord et Edmond s’en excuse presque, prêt à tout pour mériter la confiance et le respect du père d’Olympe, bien plus que de celle-ci, déjà acquis mais qui pourrait être si vite perdu. C’est sans compter un grand amour et une passion commune pour l’ivresse des hauteurs. Et les alpinistes chevronnés savent qu’en cordée, mieux vaut être bien accrochés, coûte que coûte et malgré les dommages collatéraux. Et qu’un seul tienne et l’autre suivra… même à genoux.

© Mayen/Mazel chez Vents d’Ouest

Ce que nous proposent Cédric Mayen et Lucie Mazel, c’est une simple mais superbe histoire sur la ténacité d’un couple, contre vents, marées et avalanches; quand après le jeu du chat et la souris, tous deux se retrouvent n’être que de petites et fragiles souris face au désert blanc et (in)surmontable. Il y a un peu de Million Dollar Baby dans Edelweiss, une BD sportive qui n’en est pas vraiment une tout en possédant cet indéniable esprit de compétition face à soi-même et de surpassement. Lucy Mazel, elle, fait encore des miracles, tellement habiles à (re)créer une ambiance dans la chaleur d’une fête ou la froideur des phares, dans les joies des relations humains ou la solitude des sommets.

© Mayen/Mazel chez Vents d’Ouest

Ce talent à l’état pur et enjoué est encore plus exploité avec des illustrations pleine page somptueuses. Notamment pour dessiner délimiter les trois livres et l’épilogue que contient cet album. On s’y croit tellement, perchés sur cette étendue neigeuse, surplombant les belles années et les virages moins bien négociés. Voilà un album à conserver à portée pour y replonger à l’envi.

© Mayen/Mazel chez Vents d’Ouest

Titre : Edelweiss

Scénario : Cédric Mayen

Dessin et couleurs : Lucy Mazel

Genre : Drame, Aventure

Éditeur : Vents d’Ouest

Nbre de pages : 90 (+5 pages d’hommages)

Prix : 17,50€

Date de sortie : le 14/06/2017

Extraits et bonus (aquarelles, crayonnés, encrages et bien d’autres sur la magnifique page Facebook de Lucy Mazel): 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s