Macbeth: haute trahison en haute définition, Thomas Day et Guillaume Sorel sont rois d’Écosse

Aura-t-on un jour fait le tour de William Shakespeare ? Le génie anglais, dont l’identité pose toujours question, continue d’inspirer tous les médias et tous les genres. Notamment, avec quelques oeuvres phares que le cinéma, le théâtre mais aussi la BD s’arrachent. Ainsi après l’incarnation de l’histoire de Macbeth par Michael Fassbender et Marion Cotillard, le roi d’Écosse un brin maudit revient au papier. Porté par des incandescents Thomas Day et Guillaume Sorel.

Résumé de l’éditeur : Écosse, XIe siècle. De retour dans leur fief après un long combat contre les armées norvégiennes, Macbeth et Banquo, deux valeureux guerriers, rencontrent trois sorcières sous l’orage. Leur prophétie est formelle : le premier deviendra roi, tandis que le second verra ses descendants le devenir. La suite est connue : meurtres, drames et trahisons composeront l’un des plus célèbres textes de Shakespeare.

À lire aussi | Bluebells Wood, Guillaume Sorel revient sirènes hurlantes et époustouflantes, plongeant dans les eaux troubles, sondant la folie

© Sorel

On peut faire des statues pour ne pas oublier les héros, mais l’effet de l’encre et des aquarelles sur le papier pourra toujours faire mieux. C’est exactement ce qu’il se passe dans cette première partie (sur deux) que livrent Thomas Day et Guillaume Sorel. « Travail de haute trahison », comme l’avoue Thomas Day en remerciement, cet album est tout de même en haute définition, profondément accroché au texte suranné, à la puissance d’évocation de l’inoubliable William.

© Sorel

C’est lyrique, opératique, il faut s’accrocher pour relever toute la richesse de ce chaos royal. Mais, en même temps, c’est tellement mieux d’avoir à lire l’original (du moins tel que traduit par François-Victor Hugo en 1866) que d’avoir affaire à une relecture moderne quitte à sonner « djeun » comme on l’a vu dans le Roméo + Juliet de Baz Luhrmann. Enfin, moi, je trouve.

À lire aussi | Les chemins du fantastique sur lesquels Guillaume Sorel oublie un peu les planches de BD mais jamais la force du dessin

© Sorel

Et comme le dessin est aussi une forme d’écriture, c’est incroyable comme celui-ci répond aux mots de William Shakespeare, s’en imbibe pour en faire surgir, tel un volcan, toute la lave. Même si en Écosse, le temps est plutôt à la pluie et aux éclairs. La puissance de Guillaume Sorel est là, dans cette manière de sentir les choses, de les habiter sans se priver d’être hanté par l’immense dramaturge, ce dieu créateur qu’est William S.

Étude de couverture non retenue © Sorel

Il y a ici tout ce qu’il a écrit, et encore plus. Guillaume Sorel a des doigts d’or, ceux-là même qui permettent d’éclairer parfaitement les nombreuses scènes nocturnes et ombragées que compte cet album. C’est à la fois intense et charnel, ensorcelé. Cette adaptation est dingue, en tout point. Miraculeuse.

© Day/Sorel chez Glénat

Parution du second acte, Le livre des fantômes, le 26 février.

Série : Macbeth, roi d’Écosse

Tome : 1 – Le livre des sorcières

Scénario: Thomas Day

Dessin et couleurs : Guillaume Sorel

Genre: Drame, Fantastique

Éditeur: Glénat

Nbre de pages: 54 (+ 8 pages de cahier graphique)

Prix: 16€

Date de sortie: le 18/09/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.