Des sapins qu’ont du look, si t’y mets des artbooks #3: les chemins du fantastique sur lesquels Guillaume Sorel oublie un peu les planches de BD mais jamais la force du dessin

Sous le sapin, des livres à foison. Et la BD n’est pas en reste au gré de rééditions augmentées et festives mais aussi d’albums faisant la part belle aux coulisses et au making-of. Des artbooks qui invitent à prolonger l’expérience d’un album trop vite dévoré, par exemple, à découvrir un artiste autrement. Dans ce passage en revue, nous en évoquerons quelques-uns. Entre terre, mer et imaginaire, sur la voie des contes et du fantastique  expressionniste, entre le doux effroi et l’incroyable séduction. Entre la bibliothèque et l’atelier, suivez à la trace Guillaume Sorel dans ses émois et sa relaxation, oubliant les planches de BD mais jamais la force du dessin.

© Guillaume Sorel chez Dupuis/Champaka Brussels

À lire aussi | #1 Ça va darder et ça t’en boucq un coin

À lire aussi | # 2 Vintage and badass, original et frontal; le cinéma des méchants, les vrais !

© Guillaume Sorel chez Dupuis/Champaka Brussels

Résumé de l’éditeur : Un beau-livre Champaka Brussels, conçu dans les règles de l’art, présentant +/- 80 illustrations réalisées, ces dix dernières années, par Guillaume Sorel, un auteur dont les bandes dessinées (Casterman, Delcourt, Glénat, Rue de Sèvres) baignent dans un climat fantastique de très haute qualité. L’auteur est, en effet, à la tête d’une bibliothèque et d’une banque d’images hors normes dans ce domaine. Il est réellement habité par son sujet et cela transpire dans son travail.

© Guillaume Sorel chez Dupuis/Champaka Brussels

Docteur, j’ai replongé. Il n’y a qu’Ulysse qui peut se tenir écarté du chant des sirènes, le commun des mortels y succombera à nouveau tôt ou tard. Dans un récit qui brouillait les pistes et laissait le lecteur sur ses impressions plutôt que de livrer un final qui mettait tout le monde d’accord (l’auteur explique d’ailleurs pourquoi dans l’album dont nous vous parlons aujourd’hui), Guillaume Sorel livrait un incroyable récit fantastique avec Bluebells Wood. À la fin, on en redemandait, notre vœu a été exaucé pour Noël avec Les chemins du fantastique, nouveau artbook de ce surdoué et héritier de quelques auteurs mythiques de la littérature fantastique. Sur un air de De Palmas qui ne doit certainement pas être sa came, le dessinateur passionnant pourrait chanter : « Même si je m’améliore, Jean Ray-ve encore ». En effet, il y a de ça (et de nombreuses autres choses) dans l’ADN de celui qui a adapté Le Horla, qui est en train de donner une nouvelle vie artistique à Macbeth (avec Thomas Day) et rêve de toucher du crayon le monument Malpertuis.

© Guillaume Sorel chez Dupuis/Champaka Brussels

Et cet artbook nous en donne à nous aussi, encore plus l’envie de la lire cette possible appropriation. Les chemins du fantastique, sur la voie de l’imaginaire irrépressible, porte on ne peut mieux son nom et nous offre un voyage de papier, tangible et inspirant. Avec un guide de luxe : Guillaume Sorel, lui-même, qui, par petites touches, se raconte et personnifie un peu plus son art, pour lui et le lecteur. L’atelier d’un artiste humble et perspicace s’offre à nous, avec des anecdotes et des secrets, du making-of, de son addiction à la cuisine et à la poésie et ses appréciations sur son dessin et son évolution. Au grand air comme en intérieurs toujours bien éclairés. C’est de la haute définition !

© Guillaume Sorel chez Dupuis/Champaka Brussels

Et voilà qu’on vole de dessin en dessin, de récits fondateurs en histoires majeures : la Belle et la Bête, Le seigneur des anneaux, Conan, le Londres de Jack ou celui de Sherlock sans oublier des sirènes, des elfes et le Matagot. De la cime des arbres aux profondeurs d’une crique, d’un écrin de verdure au fog d’une ville malfamée, Guillaume capte le regard et l’attention, laissant le spectateur (oups, lapsus révélateur, le lecteur) y engouffrer ses intentions et se poser les questions dans des domaines magnifiques, habillé de sincérité et de naturel. Sans artifice mais avec des lignes directrices auxquelles il est impossible d’échapper. Au fil de ces tableaux, inédits pour la plupart, c’est sur l’épine dorsale d’une oeuvre qui nous épate toujours plus et nous fait vivre l’impossible que cet artbook nous emmène. Indispensable.

Titre : Les chemins de l’imaginaire

Artbook

Auteur : Guillaume Sorel

Genre : Beau Livre, Recueil

Éditeur : Champaka Brussels/Dupuis

Nbre de pages : 120

Prix : 45€

Date de sortie : le 01/11/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.