En couleurs et au fil des matières, à la rencontre de Valérie Ceulemans, Danielle Godeau et Viviane Thenaers au sein de leur ancienne académie

Depuis sa restauration, l’Académie ne cesse de mettre ses étudiants ou anciens étudiants à l’honneur. Après la mise en avant de la bande dessinée avec le collectif Des Harengs Rouges place à un trio d’artiste 100 % féminin.

Je me suis rendu, samedi, à l’Académie des Beaux-Arts de Namur pour le vernissage de l’exposition de trois artistes mises à l’honneur par leur ancienne école. Cette exposition permet de mettre en lumière l’art avec un grand A. Il est vrai que le bâtiment a bénéficié, il y a peu, d’une belle rénovation. Celle-ci a permis de remettre un coup de fraîcheur tout en donnant du cachet supplémentaire à son architecture. Il émane de cet établissement une atmosphère particulière, empreinte de magie créatrice et de respect.

C’est dans cet écrin que j’ai rencontré ces trois femmes aux univers bien différents. Ce fût  très enrichissant sur le plan de l’humain mais également artistique. En discutant avec chacune, je me suis rendu compte combien ces femmes étaient à la fois fortes et sensibles. Nous avons échangé sur leurs passions, qui pour certaines sont devenues bien plus, mais également de leur bagage et de leurs inspirations. Je vais vous les présenter.

Viviane Thenaers

Ayant étudié à la Cambre, elle poursuit son cursus dans le monde de l’art en suivant des cours de céramique puis divers ateliers pluridisciplinaires. Elle reste curieuse et est toujours en recherche de nouvelles techniques ou de supports. Étant très prolifique, elle peint sur différentes surfaces (papiers, affiches, MDF…). Dans son travail, on peut retrouver certaines œuvres composées de plusieurs matériaux, papiers collés sur toile (marouflage) ou des déchets de planches.  Ces « bases » lui permettent de varier les effets, les formes mais également de recycler certaines matières qu’elle trouve intéressantes.

Valérie Ceulemans/Valloma

Cette femme dynamique et spontanée est tombée amoureuse d’une matière mais également d’une couleur: celle de le céramique. En exploitant ainsi sa matière fétiche, elle est parvenue à modeler non seulement ses créations mais également sa vie. Elle a transcendé son art pour pouvoir en vivre et ce n’est pas donné à tout le monde. C’est avec passion et conviction qu’elle nous parle de ses techniques et inspirations. Son travail se décline en œuvres d’arts, en confections de décos spécifiques (commande) ou de vaisselles artistiques. Elle met son savoir-faire à la disposition de particuliers ou d’architectes. Un échange hyper-positif, pour moi.

Danielle Godeau

Danielle Godeau a reçu le Prix de recherches graphiques et picturales, spécialité peinture en 2014 et le Prix de la députée permanente, Geneviève Lazaron, en 2016, tous deux décernés par l’Académie des Beaux-Arts de Sambreville. Elle a poursuivi son cursus artistique à la fois à l’Académie de Namur mais aussi celle de Tamines. Son travail est le reflet de ses balades et de pérégrinations au contact de la nature. Elle parvient à coucher sur sa toile les émotions ressenties ou des phénomènes observés.

Merci pour cette belle initiative qui mettre ces anciennes élèves en avant dans un cadre propice à l’art. Merci aussi à ces artistes pour leur gentillesse et leurs conseils. J’espère que cette chronique vous donnera envie de leur rendre visite et d’aller admirer leurs univers. Merci à l’Académie des Beaux-Arts pour leur accueil qui est encore une fois remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.