Quand la qualité d’un écrivain ne fait que s’accroître : L’île du Diable de Nicolas Beuglet

Troisième thriller de Nicolas Beuglet, L’île du Diable réunit tous les ingrédients d’une bonne enquête policière. Un meurtre ritualisé et dont les éléments sont difficilement compréhensibles, une enquête à étapes qui nous emporte de la Norvège actuelle à la Sibérie de l’entre-deux guerres, un duo d’enquêteurs particulièrement complémentaires et une intrigue qui ne se dévoile pas facilement. Mais surtout, c’est l’évolution des personnages de Christopher et de l’inspectrice Sarah Geringën qui propulse ce troisième tome en haut de l’affiche. Découverts dans Le Cri et nous ayant accompagnés tout au long de Complot, Sarah et Christopher prennent de l’épaisseur et de l’humanité. Ils n’en sont que plus attachants et l’histoire bien meilleure.

A lire du même auteur :

Un Cri de terreur qui vous fera garder les yeux grands ouverts durant plus de 550 pages.

Quand Beuglet se penche sur le féminisme, il en ressort Complot : un thriller remarquable.

« Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche… Des extrémités gangrenées… Un visage figé dans un rictus de douleur… En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clef retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse.

Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être? Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant. Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable? »

Résultat de recherche d'images pour "forêt norvège hiver"

Ce sont des faits historiques réels qui ont inspiré Nicolas Beuglet. Et quand vous avancerez dans l’intrigue, que l’histoire se révélera sous vos yeux incrédules, vous comprendrez qu’un auteur ne peut passer à côté de ces événements. Bien sûr, l’auteur a romancé cette Histoire, cet exil sibérien. Bien entendu, les personnages de Sarah, Christopher, Adrian et Stephen n’ont pas existé. Mais la trame de fond a bel en bien existé et elle est plus forte, plus dure, plus gore que toute imagination.

C’est sur une île que tout a commencé et c’est sur cette même île que tout se termine… Quelques centaines de mètres de large, à peine trois kilomètres de long : L’île du Diable, au coeur de la Sibérie.

Résultat de recherche d'images pour "ile aux cannibales"

Sarah est toujours emprisonnée pour les événements qui s’étaient déroulés dans le précédent opus Complot. Mais la veille de sa libération, au coeur de la nuit, son ancien patron des forces spéciales vient l’arracher à son enfermement pour lui annoncer la mort de son père. Assassiné dans des circonstances particulièrement hors-normes.

Il est évident, connaissant le tempérament de l’inspectrice, qu’elle ne voudra pas être écartée et se comporter en « simple » victime collatérale. Alors, Stephen trouve la parade en attribuant l’enquête à un jeune gamin tout juste sorti de l’école qui accepte d’être piloté par la grande inspectrice Sarah Geringën. Ce duo improbable fonctionne et trouve très vite ses marques. Le jeune Adrian se fait discret mais propose également de bonnes pistes afin de relancer l’enquête lorsque cette dernière stagne un peu.

Mais peut-on enquêter sur ses proches? Sarah va s’y risquer… quitte à perdre quelques certitudes au sujet de sa famille, de ce père qu’elle pensait connaître. Mais aussi à grandir. Car ce livre est également un livre sur la résilience. Timshel, « tu peux »

Résultat de recherche d'images pour "sibérie hiver"

Et puis, l’inspectrice doit aussi faire face au déferlement médiatique lié à sa libération de prison mais surtout à une vieille histoire d’enfant kidnappé qui remonte à la surface. Une photo d’elle et de l’enfant est publiée dans la presse… Et les circonstances floues de la mort de ce dernier font se déchaîner les journalistes. Sa hiérarchie de plus en plus frileuse, Sarah se retrouve pratiquement seule pour résoudre le meurtre de son père. Mais c’est surtout au début de l’hiver norvégien et sibérien que se déroule cette enquête. Et tout au long des pages, on est heureux de tenir un thé bien chaud et d’avoir déposé une belle bûche dans le feu ouvert. Parce que l’air y est glacial, le vent extrême et les arbres en partie gelés.

Une très belle enquête policière qui voit s’épanouir les caractères des deux héros que Beuglet a construits. Cela les rend plus épais, plus intéressants, plus touchants. L’auteur ne cesse de nous proposer des histoires de mieux en mieux ficelées, ce qui présage un quatrième tome d’une qualité encore supérieure.

Toutefois, je dois avouer que je termine cette lecture avec un goût de trop peu… En effet, aucun mot, aucune explication ne vient conclure l’aventure sibérienne. Sarah parvient à revenir en Norvège mais qu’en est-il du personnel travaillant sur l’épigénétique? Et quand est-il de tous les membres de l’association du « correcteur »? Mes questionnements sont volontairement opaques afin de ne rien dévoiler de l’intrigue aux lecteurs qui ne se seraient pas encore plongés dans ce bon thriller.

Mais peut-être aurais-je la réponse à mes questions dans la prochaine enquête de Sarah et Christopher. Car je l’attends de ce fait avec une impatience encore plus tenace.

Résultat de recherche d'images pour "l'île du diable beuglet"Auteur : Nicolas Beuglet

Titre : L’île du Diable

Editions : XO éditions

Sorti le 19 septembre 2019

Nbre de pages : 313 pages

Prix : 19,90 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.