Alix Senator, guide dans un Rome intra, extra et sub-muros hanté par les spectres du carnage !

Après avoir basculé dans l’horreur, le spin-off de Valérie Mangin et Thierry Démarez continue de se faire toujours plus dark sans renier, du tout, l’héritage légué par Jacques Martin et sa série-mère. Preuve en est, le neuvième tome d’Alix le grand s’intitule Les spectres de Rome, une allusion à peine voilée au chef-d’oeuvre de Jacques Martin, Le spectre de Carthage. Tout en allant plus loin que la simple référence.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

À lire aussi | Alix Senator : fin d’époque volcanique aux pieds de Cybèle, de la folie des grandeurs à l’honnie terreur

À lire aussi | Alix Senator, le hurlement de Cybèle, le corps et le sang du… fils

À lire aussi | Alix, personnage antique mais aussi contemporain: Interview avec la scénariste Valérie Mangin

À lire aussi | Alix, voir Petra et puis mourir…

Résumé de l’éditeur : De retour de Pétra, Alix découvre la capitale romaine en proie à la peur. Des meurtres étranges ensanglantent les rues au point que la panique gagne même la garde impériale. Certains accusent les lépreux, d’autres les Orientaux, mais Auguste sait que la vérité est ailleurs. Refusant de céder à la terreur ambiante, Alix se lance sur la trace des spectres de Rome. Sans se douter qu’à leur contact, il pourrait devenir aussi dangereux.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

C’est une menace semblant venue d’ailleurs qui se répand comme une traînée de poudre dans Rome. La nuit, des ectoplasmes hantent les rues et font disparaître dans un bain de sang et des tortures effrayantes les différents acteurs du précédent épisode de la série. Hasard ou pas ? Revenu à Rome avec sa petite tribu toujours plus en décomposition – Valérie Mangin et Thierry Démarez les ont soumis à rude épreuve depuis quelques tomes -, Alix ne va pas avoir le temps de se reposer. On se reposera quand on sera mort, dit-on, lui compte bien lutter pour la vie. Lidia, sa femme (et soeur de l’Empereur), elle, est mal embarquée, souffrant d’un horrible et incurable mal.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman
© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Bref, tout se noue, les gorges aussi, et les Romains succombent à l’émotion. Il n’y a plus de place pour la réflexion, place à l’action et les lépreux, bien arrangés les pauvres, semblent être la cause de tous les soucis de la Ville de moins en moins éternelle. Mais sont-ils la raison des phénomènes effroyables qui se jouent intra et extra-muros? Et même en sous-sols, puisque la fine équipe nous emmène dans les égouts de Rome. Elle n’y trouvera pas de crocodile mais bien autre chose de terrifiant. Fanatique, aussi.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Avec un soupçon de fantastique, des réflexes d’horreur, le duo d’auteurs s’émancipe de l’aspect purement historique de leur série (qui transpirent, cela dit, dans les décors et la richesse des représentations sociales) pour se laisser aller à créer leur propre histoire. Qui continue de fracasser leurs personnages.  De les mutiler psychologiquement. Un neuvième tome très réussi. Annonciateur de La forêt carnivore.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman
© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Série: Alix Senator

Tome: 9 – Les spectres de Rome

D’après l’univers créé par Jacques Martin

Scénario: Valérie Mangin

Dessin: Thiérry Démarez

Couleurs: Jean-Jacques Chagnaud

Genre: Histoire, Aventure

Éditeur: Casterman

Nbre de pages: 48

Prix: 13,95€

Date de sortie: le 21/08/2019

Extraits:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.