Alix Senator : fin d’époque volcanique aux pieds de Cybèle, de la folie des grandeurs à l’honnie terreur

Outch, faites gaffe à vos héros ! S’ils ont eu la chance d’arriver jusqu’en 2018 sans être oubliés, il semblerait bien qu’ils ne sortiront pas forcément indemne de leurs nouvelles aventures qui n’ont plus rien de bon enfant et qui vont les tuer à la tâche, ou les laisser plus morts que vif. Avec la puissance et l’éternité, Valérie Mangin, Thierry Démarez et Jean-Jacques Chagnaud livrent une conclusion-choc à un cycle qui, plus encore que le premier, aura chamboulé l’univers de cet Alix dans la force de l’âge. Qui l’aura fracassé, sans nul espoir de retour à la normale.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Résumé de l’éditeur : Murés dans le tombeau d’Auguste, Alix et Kephren attendent la mort. Le fils d’Enak aura tout perdu dans sa quête de la Cybèle d’orichalque. Ignorant leur sort, l’empereur a ordonné à sa sœur, Lidia, de détruire la terrible idole cachée en Italie. Nul ne devra jamais plus pouvoir s’en emparer. Mais qui pourrait résister à la promesse d’acquérir la puissance et l’éternité ?

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman
© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Aaaaaaaaaahhhh… aaaarrrrggggghhhh…  la soif d’éternité, du pouvoir et de la richesse, combien d’aventures de BD ou d’ailleurs (Indiana Jones : Les aventuriers de l’arche perdue, par exemple, auquel on a pas mal pensé , toutes proportions gardées à la lecture de ce nouveau tome) aura-t-elle mené en bateau, sans jamais épuiser sa puissance de feu, de séduction et même de fascination, aussi morbide puisse-t-elle être en fin de compte.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman
© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Depuis qu’il est question de la Cybèle d’orichalque dans ce spin-off adulte d’Alix, les auteurs ne nous auront pas épargnés, maltraitant leurs personnages pour les acculer à l’énergie du désespoir. Il n’est plus question de témérité, d’héroïsme ou même d’être les hommes de la situation, puisque celle-ci leur a complètement échappé et fait peser sur eux les plus sinistres augures. Tous sont dans un sale pétrin pendant que les puissants (et, notamment, la grande méchante Livie) tirent les ficelles, ne les relâchant que rarement.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

D’Alix, Khephren, Titus ou encore Enak, Valérie Mangin goûtant aux joies du théâtre antique (plus tragique que comique) a fait des marionnettes qu’elle tient en son pouvoir, dans un gant de fer qui semble aimer la cuisine saignante. Éclatant les champs de l’action pour mieux isoler ses personnages de papier, la scénariste dépose ses dernières cartes sans bluff (si ce n’est Alix que tout le monde croit mort dans les premières planches de cet album), dans un échiquier sur lequel les espions antiques prennent leurs positions avec une propension à la terreur absolue.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Entre l’arrière-plan véridique et l’avant-plan fictif, au fur et à mesure que l’on avance vers les entrailles de la terre, là où semble logée Cybèle, c’est un peu plus d’enfer qui nous attend. Donnant à la série un soupçon fantastique et des allures de champ de bataille. Ce ne sont plus des ressorts scénaristiques, ce sont des coups de semonce amenant un goût de fin d’époque. Plus rien ne sera jamais plus comme avant.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Car oui, cet album est le plus machiavélique, le plus malfaisant, le plus monstrueux de la série et Thierry Démarez arrive à approcher la créature, faisant peser la tension dans les mines déconfites et celles qui jubilent, dans les décors riches et ceux, plus loin, dépouillés pour y mettre le feu volcanique. Sa démarche graphique ne fait pas économie du détail et cela rend l’ensemble de l’album cohérent et prestigieux. Même si on observe peut-être une petite baisse de qualité de par la parution rapprochée des albums. Le huitième épisode, suite directe de celui-ci et intitulé La cité des poisons, arrivera en effet en novembre. Et on craint déjà ce qui pourrait arriver aux survivants de ce septième album qui marque résolument un tournant passionnant.

© Mangin/Démarez/Chagnaud chez Casterman

Série: Alix Senator

Tome: 7 – La puissance et l’éternité

D’après l’univers créé par Jacques Martin

Scénario: Valérie Mangin

Dessin: Thiérry Démarez

Couleurs: Jean-Jacques Chagnaud

Genre: Histoire, Aventure

Éditeur: Casterman

Nbre de pages: 48

Prix: 13,95€

Date de sortie: le 16/05/2018

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.