Troisième jour aux Ardentes 2019 : les rappeurs et rappeuses will rock you et mettent Liège à leurs pieds, quitte à faire exploser la Rambla

À l’aube de ce troisième jour, les traits commencent à être tirés. Envers et contre tout, les festivaliers répondent toujours présents, prêts à partir à la rencontre de la scène urbaine française et internationale ! Une brise fraîche souffle sur Liège, offrant aux Ardentes un regain d’énergie. Récit d’une nouvelle journée riche en rebondissements… 

À lire aussi | Les Ardentes, une première journée entre Fennec et Aya, de good vibes en pogos !

À lire aussi | Les Ardentes, une deuxième journée entre soleil et lune, de découvertes en final de folie !

Après une bonne nuit de sommeil, j’arrive un peu en retard sur le site. Juste à l’heure pour voir Chilla, phénomène féminin du rap français. Quel bonheur d’aller à la rencontre de cette artiste qui revendique ses droits de femme dans un monde musical très masculin. Je l’avais découverte avec Si j’étais un homme, chanson dans laquelle bon nombre de femmes se reconnaîtront. Tout en simplicité, elle nous chante son nouvel album Mūn, sorti le jour même. À travers Am Stram Gram, elle parle de la haine qu’elle subit sur les réseaux sociaux : trop blanche pour faire du rap, trop vulgaire, les haters auront toujours quelque chose à dire. Mais elle est sur la scène des Ardentes, devant un public qui chante Mira en cœur, et les médisants, eux, où sont-ils ?

IMG_8549.jpg

Un vent méditerranéen souffle sur le Parc, il est temps pour Sofiane a.k.a Fianso d’enflammer le public. À peine foule-t-il la scène que l’assemblée se met à hurler. On lui lance un drapeau algérien, il le fait pendre de sa poche. Belge, Marocain, Algérien, Français, tout le monde est accepté ici, ajoute-t-il. Je découvre Longue vie, et la difficulté de dire « nikomok » (je vous laisse le soin d’aller traduire), on entend quelques nikoumouk, nikomouk dans le public… Un moment assez drôle. Il continue son concert en reprenant ses albums, mais en ajoutant des surprises comme la venue de Heuss l’Enfoiré pour Khapta, ou encore une cover de We will rock you. Voilà un personnage à croiser au moins une fois tant il est drôle et surprenant.

IMG_8607.jpg

On ne s’arrête pas en si bon chemin, il est temps de foncer pour le concert de Dosseh. Il y a tellement d’artistes de qualité au programme que cela rend les choix difficiles… Bon choix ou non, le public est présent et toujours aussi chaud ! Le beatmaker fait monter les degrés. Dosseh met la ville à ses pieds (Ma Keh à moi), et avec aisance arrive à faire bouger les gens. De sa plume, il parle de son histoire, du passé colonial de l’Afrique et des séquelles laissées sur l’homme qu’il est aujourd’hui. D’Habitué, en passant par Pleure pas ou encore Le bruit du silence, il arrive à transmettre un vécu tout en gardant une certaine légèreté dés le sujet des amours abordé. À peine rentrée, son album Vidalo$$a rejoint ma playlist.

IMG_8672.jpg

Je déambule sur le site, profitant de l’ambiance… Sur la Rambla, des panneaux sont accrochés aux arbres, des badauds alimentent les réseaux en se faisant photographier devant ceux-ci. Ce sont les portraits graffés des artistes à l’affiche : un magnifique travail ! Je ne m’attarde pas et fonce voir une autre artiste féminine : Little Simz. La jeune rappeuse arrivant tout droit de Londres nous souffle un vent léger et apaisant. Avec ses musiciens, elle crée une ambiance Chill et décontractée dans le Parc. Un peu de repos pour les festivaliers déjà rendus poussiéreux par des pogos. Son flow sonne comme le Old School de Brooklyn. Cependant, un regain d’énergie avec Venom fait monter la tension dans la foule ; un rap rapide, sans accroc, et c’est l’apothéose pour les oreilles. Quel talent !

IMG_8817.jpg

C’est sur cette note positive que je m’avance vers Zola. Émile serait-il toujours en vie ? Malheureusement non, mais une nouvelle tête du rap français. Je n’ai pas eu de remarques négatives à faire sur les Ardentes depuis le début, mais ici je ne pourrai malheureusement pas passer outre la faute. La foule était présente, dans un espace beaucoup trop petit, la scène de la Rambla n’était pas assez grande pour accueillir les fans inconditionnés de l’artiste. Entre malaises, colère et déceptions, le concert a été annulé en pleine prestation pour des raisons évidentes de sécurité. Mais les Ardentes promettent une reprogrammation pour l’année prochaine. Pas de Papers pour cette année, mais beaucoup de Cicatrices.

IMG_8919.jpg

On me souffle dans l’oreillette la venue d’un artiste dans la même vibe que Scarlxrd… Proche ami de XXXTentation, Ski Mask The Slump God débarque dans la cité ardente. C’est parti pour sentir les basses vibrer dans tous les corps. Son beatmaker chauffe la foule, les gens sautent dans tous les sens, quand Ski arrive sur scène, les pogos se forment. Encore un artiste avec une énergie débordante, la touche de metal est moindre que celle de Scar, mais elle est présente. Les têtes bougent dans tous les sens tandis que des nuages de poussière montent dans l’air. Les festivaliers sortent leurs masques, foulards pour se couvrir le nez… Moi qui pensais que ce n’était qu’une mode, je comprends mieux l’usage de ceux-ci en festival !

IMG_9028.jpg

Je quitte le parc où l’atmosphère était bouillante pour me rendre au concert de Heuss L’Enfoiré. Il est blessé, mais il est présent. Assis sur sa chaise, il est là pour les Ardentes et pas seulement En Esprit. Des sonorités de Oud, des beats qui rappellent les sons de l’été, il arrive à faire danser, chanter le public. L’Aristocrate, parle d’argent, de cannabis, de voyage… en gros de Moula. Si sur scène, le spectacle était calme vu l’état de Heuss, la foule a tout donné, certainement heureuse de voir que son artiste fétiche ne lâche pas l’affaire !

IMG_9040.jpg

Il est 23h00 quand un choix cornélien se pose à moi… Dois-je aller voir le roi du rap français, a.k.a Booba (B2o pour les intimes), ou alors me rendre devant le set de Petit Biscuit, jeune DJ que j’écoute depuis son époque d’Electro Posé ? Après les pour et contre, et voyant la masse s’agglutiner au Parc, je m’en vais voir Mehdi (Petit Biscuit). Les yeux fermés, il vit à fond sa musique. Je ne suis pas déçue du choix. C’était beau, c’était grand. Il passe de sa guitare, à sa batterie, a ses platines. Sunset Flowers m’a donné des frissons tant je l’ai écoutée plus jeune. En exclusivité, il nous partage son nouveau morceau We were young en featuring avec JP Cooper, des canons à confettis pleuvent dans le ciel quand la montée du beat explose. Petit Biscuit a bien grandi, et son show est à la hauteur de son talent dans la scène électronique.

IMG_9087.jpg

Voilà que cette troisième journée se clôture. Les esprits échauffés sont déjà tristes à l’idée de voir cette édition 2019 toucher doucement à sa fin… Mais pas le temps de se morfondre, nous vivons une seule fois, laissons place à la dernière journée où la chaleur montera à 1000 degrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.