Les Ardentes, une deuxième journée entre soleil et lune, de découvertes en final de folie !

Le jour s’est levé sur Liège, le soleil est brûlant, comme le souvenir de la veille dans la cité ardente. Les Ardentes ont débuté en fanfare, mais ce n’était que les prémices d’un deuxième jour qui n’allait laisser aucun repos aux festivaliers. Entre découvertes et artistes mondialement (re)connus, voici le récit d’une journée à l’énergie folle.

Il est 14h50, encore un peu fatigués de la veille, les festivaliers se font timides à l’approche du concert sur la Walifornia Beach. Mais c’était sans compter sur le DJ pour mettre l’ambiance et ramener vers la scène les quelques curieux du fond. Tawsen arrive sans artifice. « Vous devez sûrement pas trop me connaître », dit-il en rigolant. Quelques cris se font entendre. Et bien si, nous sommes quelques-uns à le connaître ! Ce petit rappeur bruxellois qui fait des chansons de « love » selon ses mots, a certainement déjà dû faire verser quelques larmes avec ses musiques entre mélancolie et espoir d’un amour heureux. Ce moment était Parfait(s) et intimiste, en harmonie avec les convaincus et les nouveaux arrivants. Nul doute qu’une belle aventure se profile devant lui.

IMG_7703

La chaleur règne sur le site, je m’en vais donc chercher de l’ombre sous les arbres du Parc. Aujourd’hui, l’heure est à la découverte ! Et c’est au tour de Lord Gasmique, jeune rappeur de 20 ans, lui aussi Bruxellois (décidément!), de se dévoiler. Accompagné par son acolyte Feud, tous deux dégagent une énergie folle. Ensemble, ils continuent de réveiller les festivaliers avec flow empli de punch. Je découvre un artiste qui touche à des sonorités Old School avec Lexy Panterra, mais aussi à du RnB avec Cléopâtre.

IMG_7746

Entre deux concerts, je me balade sur la Rambla. Des danseurs performent sur une petite scène, une longue file se forme devant les tatouages éphémères, tandis que certains personnalisent des t-shirts. Le spot grouille d’activités qui permettent de repartir avec des souvenirs. Mais pas le temps de dépenser mon argent, je me dépêche de retourner vers le Parc car L’enfant Lune ne m’attendra pas. Nonchalant comme à son habitude, Gringe monte sur scène. Les Ardentes, il les connaît déjà ! Il y avait déjà été programmé avec son comparse Orelsan pour les Casseurs Flowters. Cette fois-ci, c’est en solo qu’il revient pour présenter son premier album. Empêtré dans le spleen de son Paradis noir, il nous fait tout de même danser ! C’est pour cela que les festivaliers sont venus, pour lui donner de la force, chanter avec lui et se bouger sur ses sons les plus dansants.

IMG_7809

En coulisses, on me glisse le nom d’un artiste génial à voir absolument : Scarlxrd. Je me hâte jusqu’à l’autre bout du site pour une nouvelle traversée. Les Ardentes devraient être partenaires officiels de Manger Bouger au vu du nombre de kilomètres parcourus par jour entre les scènes ! Mais revenons à cette nouvelle découverte. Sur scène, son DJ est torse nu, le crâne rasé, et d’un coup de tonnerre le Lord de la Cicatrice arrive. Un mélange entre le rap et le métal. Me voilà déconcertée. Le public est fou, ça pogote dans tous les coins. L’artiste, lui saute partout, son DJ le suit. Il fait des saltos, bouge ses locks dans tous les sens. Autant je ne l’écouterais pas au quotidien, mais je ne peux nier qu’il est le maître du show ! C’est d’ailleurs à se demander où il puise toute cette énergie qu’il offre au public. Me voilà surprise ! Un artiste qui surprend, c’est un artiste qui réussit son coup en marquant les esprits !

IMG_7940

On reste du côté anglophone, avec Aminé, débarqué tout droit des États-Unis, avec le flow et la légèreté des rappeurs américains en vogue. Des musiques qui font rouler les épaules et laisser nos corps se déhancher. Si on ferme les yeux, avec une imagination sans frontière, on peut presque sentir la brise de l’océan Pacifique, admirer les palmiers de la West Coast au volant d’une décapotable, Reel It In à fond sur la radio…

IMG_8103

Loin des côtes Pacifique, retour au plat pays ! Quelque chose se prépare ; les échos parlent d’un crocodile qui se serait échappé… La foule se regroupe au Parc pour acclamer la bête. Des hôtesses distribuent du Chocolat, c’est d’ailleurs avec ce titre que le désormais incontournable, Roméo Elvis débute son show, vêtu de son plus beau maillot de foot aux couleurs du Standard. Tout en puissance, le Bruxellois parvient tant à faire pogoter les jeunes qu’à émouvoir nos petits cœurs avec J’ai vu. Il fait même revenir le Soleil alors qu’il vient de se coucher. Il n’hésite pas à affirmer ses positions politiques, sans langue de bois : « Fuck le Vlaams Belang » dit-il le majeur levé. Comme d’habitude, il termine son concert torse-nu, transpirant après s’être donné jusqu’au bout et dans la fosse ! Que serait un concert de Roméo Elvis sans un bain de foule ?

IMG_8184.jpg

La nuit est tombée sur Liège. La fin de cette seconde journée approche, et c’est un groupe mondialement connu qui foulera la scène dans quelques minutes. Ils ont marqué plusieurs générations, que l’on soit né en 2000 ou en 970, tout le monde a déjà entendu au moins une de leur musique. Après une séparation de plusieurs années, ils ont décidé de se reformer, mais un élément clé ne sera pas présent : Fergie. Un peu dans l’appréhension qu’il manque de la féminité chez les Black Eyed Peas, j’ai été agréablement surprise qu’ils aient pris une remplaçante : Jessica Reynoso.

Nee passons pas par quatre chemins ! C’était GÉNIAL ! Taboo, Will I Am, Apl.de.ap et Jessica Reysnoso ont livré un show esthétiquement et musicalement extraordinaire. Je n’ai tout simplement pas les mots pour expliquer la folie de ce concert. Entre Will I am performant seul aux platines et donnant la sensation d’être dans une kermesse géante, Tabou nous montrant ses plus beaux pas de breakdance, des téléphones pris par les chanteurs à des festivaliers pour se filmer et les rendre, des tubes au top des charts et l’apothéose du final sur I Gotta Feeling avec des canons de confettis et une marée humaine reprenant le : Ouhouuuu. Je frissonne encore de cette osmose entre le public et la formation américaine, un intense moment de partage qui restera, je pense, gravé dans la tête des festivaliers.

IMG_8458.jpg

Clap de fin sur cette deuxième journée des Ardentes, cru 2019. Les corps sont fatigués, mais les magnifiques souvenirs se figent déjà dans les mémoires. Vivement samedi pour revivre encore de belles émotions !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.