Indiana Jones alsaciens, avec Maxime Valmont, Roger Seiter et Giuseppe Manunta ont retrouvé le trésor de Darius!

Nous avions fait connaissance de Maxime Valmont, curieux de nature et assez à l’abri du besoin que pour prendre le risque de tout perdre dans le souffle de l’aventure, et de la pétillante et n’ayant pas froid aux yeux Emily Evans dans un premier tome dont ils auraient pu ressortir essoufflés. Heureusement, il n’en est rien. De Paris à Venise en passant par les déserts orientaux que la violence n’a pas décidé de laisser en paix, dans une plongée dans l’Histoire et l’un de ses plus grands et convoités mystères.

À lire aussi | Maxime Valmont : Seiter et Manunta mettent l’aventure dans son plus simple appareil sans s’arrêter au cul et en y mettant du QI

À lire aussi | Du pays des cigognes à l’Inde sauvage, Sherlock Holmes n’en a pas fini de nous surprendre

À lire aussi | HiéroglypH, des héros qui glissent sur la peau de banane laissée par ce coquin de sort et des auteurs talentueux et facétieux

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

Résumé de l’éditeur : Années 1920. Après s’être lancé dans sa première aventure sur les traces du trésor des Romanov, revoilà Maxime Valmont, le jeune aventurier héritier d’Arsène Lupin et annonciateur d’Indiana Jones… Son but cette fois : découvrir l’emplacement du mythique trésor de Darius III… Après avoir participé à une course automobile en compagnie d’Emily Evans, Maxime Valmont se lance dans une course au trésor. De Rome à Venise, en passant par l’Iran, sa quête le conduit jusqu’au tombeau d’Alexandre le Grand. Son objectif ultime : découvrir l’emplacement du mythique trésor de Darius III…

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

Mis sur sa piste par un fait divers touchant de près sa délicieuse acolyte, Valmont va connaître des liaisons dangereuses, qu’elles soient aériennes ou ferroviaires. Avec un grand méchant (et une grande méchante) roulant pour Mussolini, les embûches ne vont pas manquer sur le chemin du héros.

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta

Crédibilisant leur histoire, rappels historiques autant que légendaires à l’appui, les deux auteurs continuent de se faire plaisir en faisant appel à des références et des influences indéniables, celles des héros des vrais bien avant la sophistication et les adjuvants mécaniques des nouvelles technologiques.

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

L’aspect brut, instinctif, sans esbroufe et « dans son plus simple appareil » (le titre de notre chronique sur le premier album) est toujours valable. Le dessin de Manunta est toujours aussi séduisant (excitant, parfois aussi, diront certains) et classe, lui a de l’or dans les doigts.

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

Mais, peut-être, les auteurs rendent la tâche un peu trop simple et attendue pour leurs héros. Reste que l’aventure c’est l’aventure, et celle-ci vaut son pesant d’or… à jamais perdu? Avant un troisième tome?

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

Série : Maxime Valmont

Tome : 2 – L’or de Darius

Scénario : Roger Seiter

Dessin et couleurs : Giuseppe Manunta

Genre : Aventure

Éditeur : Éditions du Long Bec

Nbre de pages : 56

Prix : 16€

Date de sortie : le 14/11/2018

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.