Du pays des cigognes à l’Inde sauvage, Sherlock Holmes n’en a pas fini de nous surprendre

Et si sur la route des chutes du Reichenbach, Sherlock Holmes et son ami Watson avaient laissé des traces alsaciennes? Déjà présent dans le deuxième opus des films réalisés par Guy Ritchie, Strasbourg joue les prolongations sous les pas des deux héros de Conan Doyle que se sont réappropriés moult auteurs. Après avoir adapté le roman de Jacques Fortier dans un premier tome, le strasbourgeois Roger Seiter et l’Italien Giuseppe Manunta ont reconduit le détective de Baker Street dans deux suites, de la capitale (française) de l’Europe à l’Orient mystérieux. Et ça n’a pas l’air fini.

© Manunta
© Manunta

C’est loin du fog mais dans les relents de choucroute (oui, j’avoue, c’est facile) strasbourgeoise que le lecteur retrouve ce brave Sherlock et le fidèle Watson. Le Haut-Koeningsbourg du premier tome semblait pourtant déjà loin pour les deux alliés contre le crime, coulant quelques jours heureux à Bruxelles. C’était sans compter le fameux télégramme de Mycroft annonçant à Holmes que le sinistre Moriarty, galvanisé par l’envie de revanche, continue de rechercher le détective plutôt mort que vif. Même pas le temps d’expliquer à Holmes la menace toute proche, voilà que le duo s’engouffre dans le premier train, direction… Strasbourg.

© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur
© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur

D’une capitale européenne à l’autre (certes, en 1891, nos mots seraient anachroniques) et d’un danger à l’autre. Car Sherlock et Watson ne font rien d’autre que de se jeter dans la gueule d’un machiavélique loup. Les sbires de Moriarty (et notamment, John Clay) sont affûtés, Watson enlevé et l’homme de Baker Street ne pourra compter que sur sa méfiance… et sur l’aide inattendue de la steampunk, torride et rusée, Irène Norton-Adler, croisée précédemment. Une alliée qui ne compte pas son énergie, à condition qu’Holmes l’aide à sauver son mari à des milliers de kilomètres de là.

© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur
© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur

Irène et Holmes embarqueront donc, une fois l’éprouvante parenthèse strasbourgeoise refermée, pour un voyage à bord du Jodhpur  à destination de Port Saïd et en direction de Bombay. Une fois encore, il faut se méfier de tout et tous (sauf peut-être de Michel… Strogoff qui s’invite dans l’aventure) et nos héros ne sont pas au bout de leur peine. Le tome 3 ne sera pas plus une ballade de santé.

© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur
© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur

Il n’y a pas à dire, Roger Seiter et Giuseppe Manunta semblent se plaire dans cet univers de Conan Doyle remis à la sauce alsacienne mais pas que. Et ce n’est pas leur éditeur qui va leur mettre des bâtons dans les roues de l’inspiration. Et nous, lecteurs, il nous semble bien difficile de bouder notre plaisir. Ainsi, il semble évident que la série se prolongera bien au-delà des trois tomes déjà parus. Des tomes indépendants, dont la formule « à suivre » ne vient pas surprendre l’intrigue et le suspense, mais qu’il vaut sans doute mieux lire à la suite pour profiter pleinement de l’intrigue élaborée par les deux auteurs.

© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur
© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur

Les fruits du Verger cuisiné par les deux auteurs se révèlent plutôt juteux. Roger Seiter ménage son héros (bien sous tous les rapports et particulièrement athlétique, mais pas forcément infaillible) face à une galerie de personnages tour à tour féroces, malintentionnés ou tout bonnement excentrique et manie le langage de Conan Doyle sans faire le jeu de la référence outrancière. Et c’est là que germe l’intérêt et l’inattendu. Sherlock est un homme traqué, dont la tête est mise à prix, au pays des cigognes mais aussi bien plus loin que nos frontières. Et voilà notre héros qui débarque aux portes de l’Asie (là où l’imaginaire de Sir Arthur Conan Doyle n’avait fait que la suggérer dans Le signe des 4).

© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur
© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur

Dans ces atmosphères fluctuantes, Giuseppe Manunta, appliqué fait fi des difficultés pour imposer son style à la fois réaliste mais lorgnant, dans le personnage d’Irène, vers un style animé. Un procédé judicieux qui fait ressortir et exploser un peu plus la beauté de cette héroïne jamais à court de ressources ni de charme. Le dessinateur italien a fait des pin-up sa spécialité, on le sent, on le voit, et ce n’est pas pour nous déplaire. Mais quand il s’agit de faire un tour au zoo, la sauvagerie d’un tigre lui sied aussi bien. Sans parler de la violence des hommes à laquelle Sherlock tente d’échapper, aidé (ou pas) par les hasards et les rebondissements.

© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur
© Seiter/Manunta chez Le Verger Éditeur

Pas de panique, donc. Les deux auteurs se montrent ingénieux et respectueux des personnages tout en n’hésitant pas à les balafrer et à les cogner contre une réalité qui ne sert pas toujours les « gentils ». Retrouvailles à Strasbourg et L’énigme du Jodhpur (qui ne semble être que le début d’une grande explication du grand hiatus) s’en tirent plus qu’avec les honneurs. Mieux, à l’heure où d’aucuns cherchent l’intérêt des reprises à n’en plus finir des héros de bande dessinée ou d’ailleurs (Spirou, Tintin en couleurs, Lucky Luke…), Seiter et Manunta apportent de l’eau au moulin. Ils prouvent, si besoin était, que les héros ne meurent jamais et que, quand la passion et l’envie de bien faire est de mise, le renouveau et l’originalité sont possibles. Et Sherlock Holmes, que le mystère ne laisse jamais en paix, en fait l’agréable expérience.

sherlock-holmes-roger-seiter-giuseppe-manunta-lenigme-du-jodhpur-couvertureSérie: Sherlock Holmes

Tome: 2 (Retrouvailles à Strasbourg) et 3 (L’énigme du Jodhpur)

Scénario: Roger Seiter

Dessin et couleurs: Giuseppe Manunta

Genre: Policier

Éditeur: Le Verger

 Nbre de pages: 54

Prix: 14,90€

Date de sortie: le 20/10/2014 et le 09/11/2016

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s