Walter Appleduck: non ce pays n’est pas pour le jeune stagiaire… quoique !

Imaginez, vous venez de traverser le désert et avez semé Blondin, Tuco (Sentenza nous rejoindra plus tard), les Dalton , Sitting Bull et tous les coyotes de l’Ouest , vous avez enfin atteint votre but : Dirty Old Town, un trou perdu où les cow-boys ne boivent ni eau de feu ni whisky… mais de la Jupiler au saloon! Pas le temps de s’interroger sur cet anachronisme (qui ne sera pas le seul), vous n’êtes pas là pour boire mais pour voir de quel bois se chauffe un shérif digne de ce nom. Comme Billy, votre maître de stage intransigeant mais pas forcément si intelligent.

© Fabcaro/Fabrice Erre/Sandrine Greff chez Dupuis

Résumé de l’éditeur : Walter Appleduck est un jeune homme cultivé, poli et bien éduqué qui fait un « master cowboy ». Le shérif de Dirtyoldtown et son adjoint Billy ont accepté de le prendre en stage pour lui apprendre les rudiments du métier. Les périodes de stage sont en général assez courtes, s’interrompant brutalement après le cours sur l’art du duel au pistolet. Mais Walter est bien décidé à s’accrocher et à apporter un peu d’humanité dans cette bourgade de ploucs. Sa tâche sera rude entre les évasions à répétition de Rascal Joe (qui revient à la prison parce qu’il a oublié son chapeau) et ses efforts pour aider Billy à draguer Miss Rigby (quand elle le traite d’« archétype du type rustre, macho, grossier et alcoolique aux idées dangereusement fascisantes », il croit qu’elle le drague).

© Fabcaro/Fabrice Erre/Sandrine Greff chez Dupuis

Ce n’est pas une première, pas mal de buddy movies se fondent sur un duo composé d’une fine gâchette et d’un apprenti. C’est aussi un peu le cas ici, même si les rôles ont tendance à s’inverser et les postures s’effriter pendant que, entre les chapitres, les cactus dansent.

© Fabcaro/Fabrice Erre/Sandrine Greff chez Dupuis

Après avoir revisité un drôle de zozo et de Zorro ou la conquête spatiale, les inséparables Fabcaro et Fabrice Erre bonifient encore et s’attaquent au western, à ses outlaws et à ses bourrins bêtes à bouffer leur foin.

© Fabcaro/Fabrice Erre/Sandrine Greff chez Dupuis

Hilarant de bout en bout, ce nouveau souffle parodique sur les tumbleweed et les hautes-plaines dangereuses continue de surfer sur le décalage humoristique et les failles temporelles, nous donnant tout ce qu’on attend de cet univers (indiens, duels jolies filles de caractère…) et y amenant des délires sensés sur les réseaux sociaux, les magazines people sans vergogne et la problématique des auteurs dont on considère le travail acquis et gratuit.

© Fabcaro/Fabrice Erre/Sandrine Greff chez Dupuis

Les couleurs de Sandrine Greff, troisième membre de ce duo de Fabrice Brothers (mais remisée dans l’ombre de la page-titre alors que, comme tous les coloristes, elle devrait logiquement être sur la couverture), continuent de participer à la folie de cet univers, jouant entre l’arrière-plan et les avant-plans et donnant à l’ensemble une identité pop-sodante.

© Fabcaro/Fabrice Erre/Sandrine Greff chez Dupuis

De ces Astier ou Charlot de la BD on n’en a jamais assez.

Série : Walter Appelduck

Tome : 1 – Cow-boy stagiaire

Scénario  : Fabacaro

Dessin : Fabrice Erre

Couleurs : Sandrine Greff

Genre: Humour, Parodie, Western

Éditeur: Dupuis

Nbre de pages: 62

Prix: 12,50€

Date de sortie: le 01/02/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.